SYZZORS

Le trio Syzzors, un «collage» de sons électro/pop

Julie Vaillancourt
Commentaires
collage
sys god
  • collage
  • sys god

Raphaëlle et Gabriel se sont connus à la petite école. Désormais dans la jeune vingtaine, les deux amis d’enfance se retrouvent dans la Métropole, avec un bagage musical et une amitié indéfectible. Ensemble, ils forment le groupe Syzzors. Un an et demi plus tard, Lisandre vient ajouter ses sonorités à ce trio électro/pop émergeant sur la scène indie montréalaise. Discussion avec Raphaëlle Chouinard, cofondatrice, chanteuse/guitariste du groupe.

 À l’aube de ses 23 ans, la jeune femme originaire de Québec se rappelle ses débuts : «J’ai toujours été impliquée dans la musique de près ou de loin. J’ai commencé à jouer de la guitare à 12 ans, j’ai eu quelques bands au secondaire». Intéressée par le milieu artistique, Raphaëlle part étudier au Cégep de Jonquière en Arts et Technologie des Médias, volet télévision, mais la musique prendra vite le dessus, affirme-t-elle :«Là-bas, j’ai focusé sur le chant, en travaillant sur deux comédies musicales; on a monté Glee et Struggle. J’y étais prof de chant, ce qui m’a permis de développer davantage mon oreille». 
 
Au terme de ses études, Raphaëlle quitte pour la métropole, où elle retrouve son ami d’enfance, Gabriel Marcovitch Tremblay, qui deviendra, par le fait même, cofondateur du groupe Syzzors :«On se connaît depuis l’âge de 8 ans. On s’est retrouvé à Montréal, il étudiait en sonorisation. On a eu l’idée, un soir, de démarrer un petit projet électro. Notre première chanson, That G Word, était pour son projet d’école. On a enregistré, ça sonnait bien, alors on a continué. Ça a décollé de là!» 
 
Aux influences pop/électro/hip pop de Gabriel et Raphaëlle viennent se greffer les influences plus world de Lisandre Bourdages : «Nous avons récemment intégré Lisandre et c’est cocasse, car je l’ai rencontrée par l’entremise de mon ex-copine, puisque c’est sa sœur. Lisandre a étudié au Cégep St-Laurent en percussions latines alors ça ajoute vraiment un aspect intéressant à notre musique». 
 
Pour le EP, sorti en mai 2013, Raphaëlle et Gabriel ont composé et écrit les pièces en duo : «En général, on va jammer ensemble, trouver une mélodie, que je vais souvent reprendre chez moi, en composant seule à l’ordinateur avec clavier et guitare. J’envoie le démo à Gabriel et s’il le trouve intéressant, on continue à travailler dessus. Je dirais que Gabriel est le designer du son et que je suis plus à la composition, mélodies et couches vocales. Lisandre vient ajouter sa saveur musicale. Une chanson peut prendre plusieurs mois à développer, c’est vraiment un processus évolutif».
 
Ainsi, Syzzors compose dans la langue de Shakespeare, et ce, « car j’ai toujours préféré composer les paroles en anglais. À mes oreil-les, j’ai toujours tripé et aimé les sonorités des chansons anglophones. Mais ça n’enlève rien au français qui est une très belle langue», appuie Raphaëlle :«J’ai lu une phrase un jour que j’ai toujours gardé en mémoire, qui disait que l’anglais est plus mélodique alors que le français plus poétique. Aussi, on doit se le dire, le milieu francophone est pas mal restreint si tu veux percer à l’international, alors que l’anglais t’ouvre les portes! » Ainsi, Raphaëlle, chante de cette belle voix grave et mature, procurant une sonorité unique : «Souvent les gens me questionnent à ce sujet. L’autre fois j’ai croisé quelqu’un dans le métro qui me disait "C’est ta vraie voix? Tu n’es pas malade?"» 
 
De cette voix, se dégage une sensualité et «c’est d’ailleurs ce que présente le vidéoclip Special Blend, car ça fitte avec ma voix un peu rauque et sexy tout en restant dynamique. On s’enligne vers cette énergie». Le vidéoclip, réalisé par Les Gamins, évoque de façon poétique un univers saphique, ce qui représente bien les paroles de la chanson, appuie Raphaëlle : «On a tous vécu ce moment où notre objet de désir devient inaccessible. Et c’est ce qui alimente le désir! Dans le clip, c’est représenté par deux filles, entre les draps, qui ne peuvent se toucher et ça se termine par un baiser, qui clôt l’apogée du désir…» 
 
Sans conteste, la discussion nous mène sur le terrain des ciseaux, avec la symbolique lesbienne du mot : «Je ne pourrais même pas te dire pourquoi Syzzors …On aimait la sonorité, mais surement que dans notre subconscient…C’est sûr que les ciseaux c’est le cliché lesbien par excellence, on ne se le cachera pas! Notre nom n’était pas nécessairement relié à ça, mais en même temps le hasard fait bien les choses…Qu’on le veuille ou non, c’est devenu une association, car je suis ouvertement lesbienne et Gabriel est gai.» 
 
Lorsqu’on parle d’homophobie avec la jeune femme, elle avoue avoir vécu de l’homophobie intériorisée au départ, car «lorsqu’on se rend compte de notre homosexualité, on a tous un chemin à faire. Par la suite, je me suis assumée et très vite et on dirait que lorsque tu t’assumes, les gens n’ont plus rien à dire. Je crois aussi que la jeune génération tend à être plus ouverte. C’est tellement la cause de l’heure, c’est presque cool…et en même temps, pourquoi pas? Tant mieux!» D’ailleurs, avec une chanson sur le coming-out comme The G Word, où Raphaëlle chante « your body is speaking, no need at all to fight it», on sent l’affirmation. 
 
Le groupe s’est récemment associé à Lez Spread the Word (LSTW) puisqu’une de leurs pièces sera de la trame sonore de la web série Féminin/Féminin. Syzzors sera d’ailleurs du spectacle-bénéfice du 29 mai prochain au Royal Phoenix, mettant en vedette des groupes dont les femmes sont à l’avant-scène :«On ne se le cachera pas it’s a man’s world, alors étant une femme, il faut toujours pousser davantage, mais le milieu de la musique, surtout électro fait de plus en plus de place aux femmes, avec des figures de proue comme Grimes par exemple. Elle disait en entrevue que les gens prennent pour acquis que ce n’est pas elle qui fait sa musique et ce n’est pas rare qu’une fille se fasse demander si elle a besoin d’aide pour brancher ses fils! Mais c’est en train de changer…Avec Syzzors, peut-être que les gens prennent pour acquis que je suis juste la chanteuse, mais je suis derrière 50% de la composition musicale. Je suis quelqu’un qui défonce des portes et qui sait où elle s’en va». D’ailleurs, en pleine période de création, le trio prépare son prochain album, conclus Raphaëlle : «Il y a quelques semaines, on s’est payé un petit trip dans un chalet pour composer, et ça a super bien été! D’autres idées, c’est toujours important!» 
 
 
Syzzors en spectacle le 29 mai au Royal Phoenix avec Apigeon et Vogue Dots (spectacle-bénéfice pour la web série Féminin/Féminin) et le 30 mai au O Patro Vys avec Blood and Glass et Dear Denizen
Le groupe sera en tournée Québec/Ontario cet été. Plus d’informations sur Facebook : www.facebook.com/syzzors
Leur EP Collage est disponible sur Bandcamp: http://syzzors.bandcamp.com/
Visionnez leur clip Special Blend: http://vimeo.com/73164554