Holy Tranity en français du 20 au 24 août

Saint-Jude du Village

André-Constantin Passiour
Commentaires
jude michel
Photo prise par © Dominc Brunet (Fotofusion)

Après l’immense succès qu’a connu cette pièce l’an dernier dans le cadre du Festival Fringe, en anglais, Holy Tranity nous revient adaptée dans la langue de Molière cette fois-ci. Mais il n’y a pas que la langue qui change, il y aura une toute nouvelle distribution ! Et cette fois-ci on troque le décor du Cabaret Cléopâtre pour la Salle Claude-Léveillée de la Place des Arts…  Du 19 au 24 août prochain, soit peu après les célébrations de Fierté Montréal, place à Saint-Jude du Village !

 
L’amour, le sexe, le sida… Cela résume bien Saint-Jude du Village ! On effectue ici une sorte de retour en arrière, dans les années 1980. La pièce évoque l’histoire de ce beau jeune homme de 17 ans, Jude, un fugueur encore naïf qui aboutit dans une boîte de nuit, le Rainbow Lounge, endroit crapuleux du Village au bord de la faillite, où il fait la connaissance de Madame Gracie, la reine du cabaret et maîtresse des lieux qui le prendra sous son aile. Sans le sou, le jeune homme auditionnera pour devenir danseur nu et prendra le nom de Santos.  Jude, élevé dans la religion catholique stricte, fait la rencontre de Michael, un ex-mécanicien militaire ami et confident de la drag, ancien employé du club, mais aussi activiste sida. On assiste ici à un trio des plus incongrus où à la fois Gracie et Santos aimeraient une relation plus poussée avec Michael. Entre temps, sentant la liberté l’envahir, Santos tombera-t-il dans le sexe débridé et la débauche des rencontres anonymes ? Mais replaçons-nous dans cette décennie du disco… Des jeunes hommes découvrent leur homosexualité, leur sexualité, ils vivent intensément tout en recherchant l’amour et le réconfort. Mais voilà qu’à Montréal, tout comme sur le reste de la « planète gaie », un mal inconnu frappe et tape fort, on le baptisera plus tard VIH, mais, à l’époque, certains l’appelleront le « cancer gai » ! Face à la ma-ladie, aux gens qui meurent par dizaines, certains vont s’investir dans le mouvement VIH/sida, comme le personnage de Michael, vont lutter pour les soins, pour les droits, etc.
 
« J’ai choisi de l’appeler Saint-Jude du Village parce que le nom du personnage est Jude (appelé aussi Santos), mais c’est aussi une ode, une sorte d’hommage à Michel Tremblay et à sa Sainte-Carmen de la Main! C’est une histoire de renouveau, de rédemption, de quête et le personnage de Jude possède un fond très religieux aussi, donc je pense que c’était très à propos et cela collait bien à la situation », explique Puelo Gregory Deir, l’auteur de la pièce et cofondateur de Divers/Cité…
 
Pour cette version-ci de Holy Tranity, on a fait appel à Philippe Gobeille à l’adaptation et la mise en scène et à Marie-Christine Martel en tant que consultante productrice (elle était régisseure sur le plateau de Sainte-Carmen de la Main justement). Certaines sections de la pièce ont aussi été confiées à Thierry Dubé. « Le défi sera de trouver la musique francophone appropriée aux divers segments de la pièce et au contexte et qui soit aussi percutante qu’elle l’était pour la pièce anglophone », indique M. Deir.
 
Mais le défi était aussi pour Philippe Gobeille : « Je suis né en 1982 et la pièce se déroule en 1985, je devais donc rattraper cette époque que je n’ai pas connu avec tout le contexte de la communauté gaie et la situation sociopolitique du moment et ses enjeux, le langage utilisé, les expressions, etc. Donc le défi était majeur pour moi, mais j’ai été aidé par Thierry Dubé en ce sens et, à part cela, le reste s’est très bien passé », confie-t-il.
 
Comme on l’a mentionné, Saint-Jude du Village proposera une autre distribution que son original anglophone. L’agréable Simon Therrien, le Michael de Holy Tranity, revient en force dans son rôle en français. La drag Tracie, quant à elle, sera jouée par Marc-André Leclerc mieux reconnu sous son nom d’artiste Tracy Trash. « Il a fait une très bonne audition c’est quelqu’un qui a du métier autant en théâtre qu’en animation de cabaret et personnification, continue M. Deir. Mais ce n’est pas évident parce que Gracie joue une drag queen alors qu’en réalité c’est un transgenre qui ramasse des fonds pour son opération. » L’autre challenge était de trouver la perle rare, soit qui incarnera Jude-Santos ? C’est donc le jeune Alexis Lemay-Plamondon qui se mettra dans la peau de ce personnage. « Quand il est rentré dans le local, il avait vraiment toute l’attitude qu’il fallait, il avait un beau corps, une belle prestance et il se prêtait au jeu », avoue M. Gobeille. « C’est un acteur très ouvert d’esprit pour ce rôle parce qu’il y a de la nudité partielle, donc ce n’était pas facile de trouver quelqu’un qui veuille bien le faire », indique Puelo Gregory Deir. « Mais ce sont tous des rôles assez exigeants qui demandent d’être polyvalent et ouvert », rajoute pour sa part le metteur en scène.
 
« Comme la pièce se déroule dans un club, il faudra donc transformer la salle de la PDA pour qu’elle devienne un bar! On va voir comment on va faire ça, mais je crois que c’est salutaire parce que, dans un certain sens, c’est une nouvelle pièce et, en tant que dramaturge, je voulais amener ma création vers un autre niveau en la présentant dans un théâtre… Donc, je crois que la Place des Arts était tout indiquée pour l’occasion », spécifie M. Deir.
 
Saint-Jude du Village, création on ne peut plus gaie, reçoit l’assentiment de Fierté Montréal. « Les gens de Fierté Montréal ont été merveilleux et m’appuient dans ma démarche, ils collaborent pour annoncer la pièce durant les festivités. Ils ont été très encourageants à vouloir que ça se fasse. Ce sera donc une présentation spéciale d’après les célébrations de Fierté Montréal. Je les remercie », dit M. Deir.
 
Mais on n’en restera pas là. « On a créé les Productions Boy About Town afin de continuer à produire la pièce, qu’elle puisse avoir une vie et être présentée à nouveau… On espère ainsi avoir des appuis financiers, on verra bien où cela nous mènera », de dire pensif Puelo Gregory Deir dont les idées foisonnent dans sa tête…  
 
 
Billets/réservations : 514-842-2112 ou placedesarts.com