Anniversaire

L’Astérisk souffle sa première bougie!

Julie Vaillancourt
Commentaires
L’Astérisk

Le 17 septembre prochain, l’Astérisk célèbrera sa première année d’existence. Pour l’occasion, les enceintes du 1575 Amherst, offreront plusieurs activités dans le but de faire connaître leurs ser-vices. Discussion avec la coordonnatrice Hélia Tremblay de Mestral et avec Esteban Torres, un jeune homme trans membre du comité des jeunes de l'Astérisk.

La genèse du projet
Au cœur du Village, L’Astérisk offre espace sécuritaire pour les jeunes de 14 à 25 ans de la communauté LGBTQ, leurs alliés et ceux en questionnement, afin qu’ils puissent socialiser, discuter de leurs problématiques ou être redirigés vers des ressources précises. À mi-chemin entre la maison des jeunes et le centre communautaire, l’initiative se voit chapeautée par La Coalition jeunesse montréalaise de lutte à l’homophobie, Projet 10, Jeunesse Lambda et leurs nombreux partenaires dont Gai Écoute, Gris-Montréal, Conseil Québécois LGBT, Arc-en-ciel d’Afrique, etc.
 
Si l’Astérisk a ouvert ses locaux en septembre 2013 grâce au soutien du Forum jeunesse de l'île de Montréal (FJÎM), c’est toutefois un an plus tard que le lancement officiel s’annonce, explique Hélia Tremblay de Mestral, coordonnatrice à l’Astérisk : «Depuis notre ouverture en septembre dernier, nous n’avions jamais fait d’événement public pour annoncer la venue au monde de l’Astérisk. Évidemment, nous avions fait part de nos services dans le milieu, car il y en a peu pour les jeunes à Montréal. Après un an d’existence, nous sommes solides et désirons lancer officiellement le projet!»
 
Ainsi, l’Astérisk souffle sa première bougie et invite les gens intéressés à «partager le gâteau» lors d’activités qui seront animées par le porte-parole Kama Lamackerel, artiste de la scène queer, connu dans le milieu anglophone. La seconde porte-parole est la journaliste Judith Lussier, ajoute Hélia : «Nous sommes allés chercher deux portes-paroles de milieux différents pour essayer de rejoindre un plus large public et sommes très contents de les avoir avec nous!» Ainsi, le 17 septembre prochain, les jeunes de la communauté, mais aussi les alliés et les gens du quartier, sont invités à découvrir ou redécouvrir l’Astérisk, lors d’un événement festif, conclut Hélia : «et l’espace sera présenté par les jeunes et l’équipe de l’Astérisk!»
 
L’Astérisk, vu par Esteban Torres
Esteban Torres (photo ci-dessus), un étudiant de 18 ans qui s’identifie comme un jeune homme trans et qui fréquente l'espace de l’Astérisk depuis son ouverture, explique d’emblée ses motivations: «Avant j’étais en centre jeunesse, alors je ne pouvais pas parler de mon identité [trans] et j’étais mineur aussi, donc je ne pouvais pas fréquenter les bars», souligne celui qui s’impliquait déjà à Projet 10 et Jeunesse Lambda.
 
Ainsi, Esteban enchaîne sur l'importance du lieu pour les jeunes LGBTQ montréalais : «Pour moi, c’est un milieu sécuritaire, où je peux jaser avec d’autres sur mon vécu, sur comment je me sens», précise celui qui est impliqué dans le «comité jeune» de l’Astérisk, qui organise des activités variées avec ses collègues bénévoles, à l’image des jeunes qui fréquentent l’espace. L’Astérisk offre autant des activités organisées par les organismes associés (Projet 10; drop in le jeudi soir, service d’aide et ateliers et Jeunesse Lambda; soirées percussions le vendredi soir) que celles organisées par le comité des jeunes (soupers, karaoké, etc.), sans compter que les locaux sont accessibles à divers organismes au sein de la communauté LGBT.
 
Si vous êtes un jeune en questionnement qui hésite encore à fréquenter l’Astérisk, Esteban vous encourage à venir visiter les locaux : «Toutes les personnes en questionnement ou qui s’identifient à la communauté LGBTQ sont les bienvenues, car notre principal règlement est le respect de l’autre, selon son orientation sexuelle, son genre, sa culture, etc.» D’ailleurs, avec ses camarades de l’Astérisk, Esteban vous attend le 17 septembre, pour vous faire visiter son milieu de vie. 
 
Pour plus d’informations sur l’événement: www.coalitionjeunesse.org et