Rencontre

Levi Karter, un attendrissant latino !

Marc Antonios
Commentaires

Il a 21 ans. Originaire du Paraguay, il a émigré aux États-Unis depuis son enfance, dans une petite ville de l’Ohio pour être exact. Son tatouage dans le dos avec l’inscription «Paraguay» témoigne, cependant, son attachement à son pays d’origine… Après le chaud espagnol Dario Beck dans le dernier numéro, voici l’attendrissant latino imberbe Levi Karter ! Karter est l’une des vedettes phares du studio CockyBoys de New York. Il est devenu danseur nu peu après avoir atteint ses 18 ans. Il voulait devenir modèle dans l’industrie porno dès ce moment-là… Avec son corps mince et athlétique grâce à des années d’entraînement pendant presque tout son secondaire, Levi Karter échappe donc au standard du gars twink. Tout ceci fait de lui un garçon plein de charme et sexy… Karter est la star de la toute nouvelle production de CockyBoys, Fuck Yeah Levi Karter, qui sera présentée en sélection officielle au Berlin Porn Film Festival ce mois d’octobre.


Plutôt petit de taille, 5’4’’, ce mignon brun aux yeux pétillants de désir plaît à bien des fans et aux autres acteurs partenaires. Ces petits tétons pointus et ses fesses douces revêtues d’un léger duvet sont délectables et font le bonheur des tops qui ne veulent qu’y introduire leurs queues bien dures… Mais le coquin Levi Karter, avec sa pine de 7’’, n’est pas un vrai bottom puisqu’il se décline, également, en tant que «versatile». Karter possède plus d’une vingtaine de scènes à son actif, dont des apparitions dans la série à succès du réalisateur Jake Jaxson Answered Prayers ou encore dans Road Strip avec Max Ryder et le montréalais Jake Bass. Parlant de Québécois, parmi ses scènes, les vigoureux Gabriel Clark et Pierre Fitch ont aussi joué dans des tableaux avec ce très gentil et tendre Levi Karter. 
 
Voici donc l’entretien réalisé avec ce beau garçon originaire d’Amérique du Sud.
 
 
***
 
Bonjour Levi. 
 
Bonjour.
 
Avais-tu déjà fait de la porno avant CockyBoys ou bien est-ce vraiment comme ça que tu as commencé ?
 
CockyBoys est le seul studio pour lequel j’ai travaillé jusqu’à présent. Je me suis toujours filmé en vidéo : que ce soit lorsque je me masturbais, lorsque j’étais au téléphone avec des gars en train de se masturber. Je me suis filmé quand je baisais avec mon chum, quand je parlais au téléphone avec mes amis, quand je me disputais avec ma mère. J’ai constamment do-cumenté ma vie à l’aide de la vidéo. 
 
Jake Jaxson semble avoir été émerveillé de ta personnalité et de tes qualités. Est-ce que vous vous êtes entendu dès le tout début de ton arrivée à CockyBoys ?
 
Oui, dès la première seconde que nous nous parlé de mon ardent désir de faire de la porno, nous avons commencé à nous entendre. Je suis un être sexuel (rires) et alors il a bien voulu que je sois moi-même.  
 
Dans une des plus récentes scènes, une avec Justin Matthews, cela semble très passionné. On dirait que cette scène-là ressort du lot, la chimie semble opérer de manière fantastique entre vous. Et le sexe y est magi-que… ! Est-ce ta meilleure scène à date, qu’en penses-tu ?
 
Cette scène avec Justin est en effet très hot. Je ne pensais pas que je serais à la hauteur pour la simple raison que j’était très nerveux. Mais Justin étant quelqu’un de très sexuel, je me suis alors laissé aller et ce fut super. Mais je dois admettre qu’une de mes scènes préférées est celle avec Connor Maguire [un tableau très romantique sur le bord d’un lac, à la campagne]. Il est très amical et nous étions sur la même longueur d’ondes. Il m’a fourré alors que nous étions debout, c’était incroyable comme position. Mais j’aime aussi avoir un rôle à jouer dans les longs métrages comme dans Road Strip dans lequel j’ai travaillé avec Jake Bass et dans Answered Prayers. (Ça c’est pour bientôt !) 
 

Jusqu’à présent, que peux-tu nous dire sur ta carrière porno, les gens et les autres acteurs que tu as rencontrés ?
 
Je suis très reconnaissant envers tous les gars que j’ai rencontrés jusqu’à maintenant. En travaillant avec RJ Sebastian et Jake Jaxson [les deux responsables de la production et de la réalisation chez CockyBoys], cela m’a aidé non seulement à développer ma carrière porno, mais aussi à en apprendre moi-même, sur ma propre sexualité, et sur ce que j’aime réellement. Je dois dire que je n’ai jamais rencontré quelqu’un que je n’aimais pas sur le plateau de tournage, mais il est vrai que nous ne sommes «pairés» qu’avec des gars entre lesquels il y a une attraction mutuelle. Honnêtement, en ce moment, je dois avouer que tous mes meilleurs 
amis sont dans l’industrie porno. 
 
De l’extérieur, vous avez l’air tous d’avoir beaucoup de plaisir chez CockyBoys, est-ce vrai, est-ce bien le cas ?
 
Oh ! Mon Dieu que oui ! Nous travaillons tous très fort lorsque nous sommes en tournage, mais la chose la plus importante que nous demandent RJ [Sebastian] et JJ [Jake Jaxson] c’est surtout d’avoir beaucoup de fun. Nous ne faisons rien que nous ne faisons pas déjà dans notre vie quotidienne. Et lorsque nous nous retrouvons ensemble avec d’autres gars de CockyBoys, nous avons beaucoup, beaucoup de plaisir…
 
Que penses-tu du genre de porno réalisé par CockyBoys, ses scènes, son orientation ?
 
Je serai le premier à admettre qu’au début, je ne comprenais pas. Je pensais que la porno c’était de se masturber, de faire la prochaine scène pour en arriver à l’orgasme et ainsi de suite. Mais CockyBoys a changé toute cette conception. Car il ne s’agit pas que du «trou». Tout est plutôt dans la connexion [entre les acteurs], dans l’intention, dans le fantasme que nous souhaitons voir se réaliser. Comme JJ se plaît à le dire, nous sommes indispensables, donc pourquoi la porno ne le serait pas ? Cela fait en sorte que les fans et les internautes apprécient ma personnalité et peuvent tout découvrir à mon sujet. Et j’adore ça. 
 
Mais pourquoi voulais-tu faire de la porno ?
 
Je pensais faire de la porno depuis très longtemps. C’est pour moi une soupape créative. 
 
 
Mais raconte-nous un peu qui est Levi Karter et qu’est-ce qu’il faisait avant la porno ?
 
Eh bien, heu… Levi Karter faisait plutôt le trouble… (rires) Non, effectivement dans mon adolescence, je faisais bien du trouble, mais est-ce que cela ne fait pas partie de ce que c’est que de grandir après tout… J’étais un cheerleader à mon école secondaire et au collège. Mais, à un certain point, j’ai réalisé que ce n’était pas du tout pour moi. Je voulais simplement sortir des sentiers battus et faire autre chose. 
 
Et que fait Levi Karter à part de la porno, as-tu d’autres passions, des hobbies, etc. ?
 
Oui, en fait, je suis un chef cuisinier. Avant la porno, j’étais sur le chemin des arts culinaires. J’adore cuisiner et trouver comment réussir les meilleurs plats et les plus nutritifs qui soient. Je cuisine même tout nu ! Je vais aussi beaucoup au gym avec mon colocataire et je suis une gym queen typique. Et il y a la danse. Je suis danseur trois ou quatre fois par semaine dans des endroits ou des événements différents. Lorsque je suis sur scène à montrer mon cul, c’est là que j’ai le plus de plaisir…  C’est d’ailleurs comme ça que j’ai entendu parler de CockyBoys pour la première fois, lorsque j’ai vu Project Gogo Boy [qui parle du milieu des danseurs nus].
 
Es-tu aussi sensuel à l’arrière de la caméra que tu l’es devant ?
 
Totalement ! Ce qui est fantastique avec la façon dont nous tournons une scène est que c’est une extension de ma vie [personnelle]. Le sexe qui est réalisé devant la caméra est, en fait, la manière que j’aime avoir du sexe dans ma vie quotidienne.
 
Es-tu au courant de tes prochains tournages ? Est-ce que tu participeras à des nouvelles «séries» comme Answered Prayers ou The Haunting par exemple ? Nous savons que Jake Jaxson, avec sa créativité sexy débordante, prépare toujours de nouveaux projets. Alors verra-t-on Levi Karter sou peu dans un de ces projets ?
 
Oui ! Je suis sur le projet de Answered Prayers qui comprend les très sexy Dean Monroe, Jake Bass, Tayte Hanson, Duncan Black et bien d’autres encore. Après quoi, je ferai partie de la distribution d’une série semblable à une téléréalité, Meet The Morecocks et Porn Again. Ce sont là deux projets très artistiques. Meet The Morecocks relate plus la vie quotidienne sur les plateaux de CockyBoys. Quant à Porn Again, il s’agit d’une comédie musicale religieuse, alors cela promet d’être très, très différent tu comprends. 
 

Tu es bien bâti, pas très musclé, mais plutôt athlétique avec le corps d’un danseur, que fais-tu pour avoir un telle forme ?
 
J’ADORE m’entraîner. Je danse tout le temps. Et j’aime beaucoup faire des «sexercices» (rires) ! 
 
Quel est ton type d’homme ?
 
Deux pattes et une grosses queue (rires). Je n’ai pas de genre de gars en particulier, je suis plutôt attiré par la personnalité et la chimie qui se dégagent chez un gars, voilà tout. 
 
Comment te sonsidères-tu, comme un versatile, un top ou un bottom ?
 
Je suis définitivement plus du genre bottom.
 
Quelle est ta position préférée alors ?
 
Ma position favorite est de faire du galop sur la queue d’un gars. J’admets que j’aime être souvent le bottom. C’est un talent vous savez… Alors lorsque je m’assois sur la queue du gars, j’aime le regarder droit dans les yeux et lui faire savoir que, parce qu’il est un top, je suis en contrôle et sa queue m’appartient et c’est moi qui la contrôle en fait… 
 
As-tu des tournées de promotions, est-ce qu’on aura la chance de te voir un jour au Canada, à Montréal ? 
 
C’est une réelle possibilité. Mes stars préférées sont à Montréal et j’ai vraiment très hâte de voyager et d’aller vous retrouver à Montréal. 
 
Merci beaucoup Levi pour avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions, c’est très gentil de ta part.
 
Tout le plaisir est pour moi ! 
 
 
 

AVIS AUX FANS DE COCKYBOYS !

Les célébrations de la Fierté arrivent à grands pas… Cette année, lors de la Journée communautaire de Fierté Montréal, le samedi 15 août, nous recevrons de la grande, très grande visite au kiosque de Fugues/ZIP ! De 13h à 16h, vous pourrez rencontrer, non pas une ou deux, mais quatre des vedettes les plus hot et sexys de l’heure du site Cockyboys.com ! Vous avez aimé le gars qui fait la page couverture de la dernière édition de Zip, Tayte Hanson ? Eh bien il sera là en compagnie d’une autre porn star qui a fait la page frontispice du numéro 98, c’est-à-dire le très agréable Levi Karter (le mignon jeune latino qui était avec son chien !). Mais ce n’est pas tout, Liam Riley et Allen King seront également à Montréal pour cette occasion unique ! Ne ratez pas ça ! Venez les rencontrer en grand nombre !

Quand : samedi 15 août 2015, de 13h à 16h

 : kiosque de Fugues/ZIP, sur Sainte-Catherine Est à l’angle de la rue Amherst (face au Cabaret Mado).