Mariage

Le parlement finlandais légalise le mariage gai

L'agence AFP
Commentaires
mariage gai

Les députés du parlement finlandais se sont prononcés aujourd'hui par 105 voix pour et 92 contre en faveur de la légalisation du mariage homosexuel.

La Finlande est le 12e pays d'Europe à légaliser ainsi le mariage entre deux personnes du même sexe. Jusqu'à présent, les couples homosexuels pouvaient, depuis 2002, se faire enregistrer comme partenaires, mais la Finlande restait le seul pays du nord de l'Europe à ne pas autoriser leur mariage.

Les Slovaques appelés aux urnes contre le mariage homosexuel

Aucune forme d’union de personnes de même sexe n’est reconnue dans ce pays chrétien, où le Parlement a déjà validé en juin un amendement constitutionnel définissant le mariage comme «l’union exclusive d’un homme et d’une femme».

Les Slovaques sont appelés aux urnes le 7 février prochain pour un référendum dont les promoteurs souhaitent barrer la route au mariage homosexuel, a annoncé jeudi le président de la République Andrej Kiska. Ce référendum a été demandé par le mouvement Alliance pour la famille, qui a annoncé en septembre avoir recueilli près de 400 000 signatures nécessaires.

Le mariage homosexuel est en fait déjà interdit dans ce pays de tradition catholique, membre de l’Union européenne depuis 2004. En juin dernier, le Parlement a approuvé un amendement constitutionnel définissant le mariage comme «l’union exclusive d’un homme et d’une femme».

Le référendum à venir devrait comporter trois questions : sur l’interdiction d’autres formes d’union que le mariage entre un homme et une femme, celle de l’adoption d’enfants par des couples de même sexe, et le droit pour les parents de refuser que leurs enfants assistent aux cours d’éducation sexuelle s’ils n’approuvent pas leur contenu. Le président Kiska a déjà annoncé début novembre qu’il voterait oui aux deux premières questions.

«Un précédent dandeureux»

Les défenseurs des droits des homosexuels ont critiqué la consultation. Le fait que ce référendum ait «finalement lieu est un précédent dangereux (...) le fait que la majorité vote sur les droits d’une minorité ouvre la boîte de Pandore», a déclaré une militante, Romana Schlesinger.

La médiatrice de la République, Jana Dubovcova, qui veille à protéger les droits de toutes les minorités, se montre moins inquiète. «Le taux de participation montrera si ces questions sont aussi importantes pour les gens que pour les organisateurs du référendum», a-t-elle déclaré.

Aucune forme d’union de personnes de même sexe n’est légalement reconnue en Slovaquie, pays de 5,4 millions d’habitants dont 70 % se sont déclarés chrétiens au dernier recensement.  Sur les sept référendums précédents organisés depuis l’indépendance en 1993, un seul a été déclaré valide, celui concernant l’entrée dans l’Union européenne. La participation aux six autres n’avait pas atteint le seuil réglementaire de 50 %.