Bilan 2014

En 2014, Fugues fêtait ses trente ans

Yannick LeClerc
Commentaires
exposition Fugues se souvient
Denis Coderre au Cocktail 30E
Photo prise par © Pascal Forest
Cocktail Fugues30 ans
  • exposition Fugues se souvient
  • Denis Coderre au Cocktail 30E
  • Cocktail Fugues30 ans

2014 a été une année de célébrations et de transformations pour votre magazine qui fêtait ses trente ans d’existence. Un âge vénérable pour la presse gaie d’ici et d’ailleurs. 

Pour marquer ces trente ans d’existence en phase avec l’évolution de nos communautés, Fugues a tenu à souligner et à partager avec ceux et celles qui ont été à ses côtés depuis plusieurs décennies par des événements d’ampleur. Entre autres, le 1er avril 2014 avec un cocktail spectaculaire réunissant entre 600 et 700 personnes au Centre des Sciences de Montréal. De nombreux, militants, gens d’affaires, artistes et hommes et femmes politiques municipal, provincial et fédéral, étaient de la partie, dont la première ministre du Québec, Pauline Marois, et le maire de Montréal, Denis Coderre.

Au mois de juin, était lancé l’exposition Fugues se souvient : 30 d’homosexualité au Québec à l’Écomusée du fier monde, qui pour l’événement a collaboré à la réalisation de l’exposition. Du 19 juin au 31 août 2014, pluisuers milliers de visiteurs ont découvert les thématiques importantes de ces trente dernières années pour les minorités sexuelles. L’exposition s’est value de nombreux commentaires élogieux dans la presse généraliste et des visiteurs issus de toutes orientations.

Ces événements et la reconnaissance qu’ils ont pu avoir aussi bien de la part des personnes LGBTQ que du public en général témoigne du rôle important que joue Fugues depuis longtemps et de son inscription définitive dans le paysage montréalais et québécois.

 

Mais ce n’est pas tout…

Dans le cadre du 30e anniversaire de Fugues qui se déroulait en 2014 nous avons également lancé une version de Fugues.com entièrement repensée. L’ancien site, qui a connu plusieurs améliorations cosmétiques depuis douze ans, fonctionnait encore avec une technologie développée au début de l’an 2000. Comme nous devions de toute façon procéder à une mise à niveau technologique du site cette année, nous en avons profité pour en repenser complètement la structure, le traitement et la présentation du contenu qui s’y trouve, afin de mieux répondre aux besoins en information de nos lecteurs et de faciliter l’interaction de ceux-ci via les réseaux sociaux. Fugues Mobile, un site mobile et bilingue optimisé pour les téléphones intelligents, et une toute nouvelle version de l’Infolettre de Fugues (à laquelle plus de 13 000 personnes sont maintenant abonnées) ont aussi  été dévoilé à la fin janvier.

Le succès des nouvelles plateformes a été instantané. Le site rejoint maintenant plus de 100000 personnes distinctes par mois qui y lisent en moyenne chacun un peu plus de 3 textes

De leur côté, les versions numériques du montage des différents magazines (Fugues, DécorHomme, Zip, Guide arc-en-ciel) remportent également un succès imprévu. Outre les versions pdf, qui ont connu une croissance de plus de 40% du nombre de lecteurs sur iPad et sur ordinateur, la version en module ISSUU (qu’on peut lire via les téléphones intelligents, tablettes et ordinateurs, tant les portables que les ordis de bureau), a permis de rejoindre un tout nouveau marché : près d’un million d’impressions supplémentaires ont été réalisé ainsi en moins d’un an avec environ une soixantaine d’éditions numériques du magazine. Et la majorité des personnes rejointes de cette manière sont des nouveaux lecteurs habitant hors du Québec. On peut parler donc d’un agrandissement important du rayonnement du contenu du magazine.

Malgré cette croissance du côté numérique et virtuel, l’équipe de Fugues croit fermement en l’avenir de la version imprimée, «qui continue à rejoindre autant de personnes», rassure Yves Lafontaine, le directeur de la publication. «À une époque ou un grand nombre de publications réduisent leur tirage ou cessent de publier une version imprimée, je crois que nous tirons très bien notre épingle du jeu. Nous devons bien faire quelque chose, non ?».

Le lectorat de la version imprimée de Fugues est stable est se maintient à près de 250 000 lecteurs, via un tirage d’en moyenne 42 000 exemplaires, selon l’étude réalisée par Community Marketing au cours de l’été 2014. «Ça nous conforte dans les choix éditoriaux que nous avons pris depuis deux ans : plus d’entrevues et de chroniques d’opinion présentées en primeur dans la version papier», conclut M. Lafontaine.

Pour 2015, l’équipe de Fugues prévoit consolider sa position de média LGBT de référence en tablant sur une synergie de ses différentes plateformes.