France - réseaux sociaux

SOS Homophobie dénonce la recrudescence des propos homophobes sur Twitter

Yannick LeClerc
Commentaires
Twitter

SOS Homophobie dénonce la recrudescence des propos homophobes sur Twitter ces derniers jours, citant quatre hashtags homophobes : (#HomophobeEtFier, #OnNeVeuxPasDuMariagePourTous (sic), #StopAdoptionPourTous, #LesHomosDoiventSeFaireSoigner) ont été parmi les plus employés sur le réseau social.

Grâce au travail conjoint de SOS Homophobie et de Twitter, plusieurs de ces hashtags ont pu être désindexés de la liste des sujets les plus abordés sur le réseau social. 

Le partenariat de SOS homophobie avec Twitter permet en effet de pouvoir signaler rapidement à la plateforme sociale les hashtags haineux pour les faire désindexer et ainsi éviter qu’ils ne gagnent en visibilité.

Seuls les propos manifestement illicites, c’est-à-dire ceux dépassant la liberté d’expression, insultant, diffamant ou incitant à la haine sont signalés à Twitter, conformément à la Loi pour la Confiance dans l’Economie Numérique (LCEN) du 21 juin 2004. 

SOS Homophobie rappelle que le retrait de ces propos ne dédouane pas pour autant leurs auteurs de leur responsabilité et que des poursuites peuvent être parallèlement engagées.

Par ailleurs, l'association salue la mobilisation des internautes qui ont notamment créé en réaction les hashtags #VivelAdoptionPourTous et #LesHomophobesDoiventSeFaireSoigner.

« Les témoignages de LGBTphobies sur Internet ne cessent d’augmenter, observe Yohann Roszéwitch, le président de l'association. En 2013, ils représentaient plus d’un témoignage sur deux recueillis dans notre rapport annuel, soit une hausse de 162 % par rapport à l’année précédente. Il est malheureusement presque banal que l’homosexualité suscite sur Internet des propos insultants ou haineux tant il est facile pour leurs auteurs de se cacher derrière l’anonymat d’un pseudonyme ».

Pour lui, « le combat sur la toile exige la mobilisation de toutes et de tous, à commencer par les réseaux sociaux eux-mêmes qui doivent être plus proactifs, en sensibilisant leurs utilisateurs et en supprimant plus rapidement les propos manifestement illicites ».

Les internautes peuvent également signaler à SOS Homophobie tout propos LGBTphobe sur Internet via un formulaire en ligne (www.sos-homophobie.org/temoigner). Une équipe dédiée, mise en place par l’association, se charge ensuite de répercuter ces signalements aux sites ou réseaux sociaux concernés et s’assure du retrait effectif des propos.

(Source SOS Homophobie)