Place au Village

Gros plan sur Christiane Richard

André-Constantin Passiour
Commentaires
Christiane Richard

Plusieurs la connaissent surtout comme étant l’adjointe du directeur général Bernard Plante, pourtant Christiane Richard est, en fait, beaucoup plus que cela. La Société de développement commercial du Village (SDC) étant une petite équipe avec seulement deux employés, comparée à d’autres SDC qui en comptent une dizaine, on porte donc plusieurs chapeaux à la fois à la SDC du Village ! Et les tâches s’accumulent… Responsables des commerçants membres, responsable des réseaux sociaux et des 2 sites web de la SDC et, finalement, responsa-ble du volet lesbien des activités de la SDC. Grande voyageuse, elle a visité la Chine l’automne dernier… Christiane Richard est là aussi pour «recevoir les suggestions et les projets des membres pour continuer à améliorer le Village»… 

Elle a terminé une maîtrise en communication gouvernementale à l’ENAP. Elle a œuvré en communication à Hydro-Québec et, pendant ses études, elle a été employée à la SDC du Plateau Mont-Royal. «C’est comme ça que je me suis familiarisée avec le travail d’une SDC car je ne savais pas trop ce que cela faisait exactement une SDC à part d’être un regroupement de commerçants.», affirme-t-elle.
 
Ce qui la caractérise, c’est qu’elle a habité le Village durant sept ans. «C’était le début de la piétonnisation d’Aires Libres, des terrasses, de cette ambiance festive qui y régnait. Ensuite, il y a eu les Boules Roses que j’adore et qui font la renommée du Village dans les milieux du design et du tourisme à l’international, j’en suis une grande fan !» Globetrotteuse dans l’âme, elle a également eu la chance de visiter 18 pays différents et de voir les autres quartiers gais du globe. Montréal reste tout de même son coup de cœur! 
 
On pourrait s’étendre longtemps sur les voyages de Christiane, mais revenons sur ses responsabilités à la SDC. Tout d’abord, lorsqu’un commerce ouvre ses portes, elle s’y rend pour discuter avec le propriétaire. «C’est le volet accueil, alors qu’on lui parle des divers services, de mettre en ligne une description de son commerce sur le site de la SDC et sur les médias sociaux… Il y a un volet de conseil, concernant les médias sociaux pour ceux qui ne sont pas très familiers avec ces réseaux. Dans le cas d’un restaurant, d’un bar ou d’un café, on peut l’aider à obtenir un permis de terrasse pour l’été. Et si ce sont un autre type de commerce, on va voir les diverses possibi-lités pour l’aider à augmenter sa visibilité durant la piétonnisation.» En ce qui a trait à la page Facebook du Village gai de Montréal, celle-ci enregistrera bientôt les 3 000 membres !
 
«J’aimerais, pour 2015, que les commerçants continuent de se mobiliser encore plus, d’aller de l’avant avec  leurs initiatives et idées de projets, etc. À deux au bureau de la SDC du Village le temps et les ressources sont limités. On peut faire bien, mais la force du Village c’est ses commerçants et il peut s’en dégager une synergie intéressante pour le Village si tout le monde s’investit.», cela fait partie de ses résolutions de l’année. Que les marchands poursuivent aussi leur implication dans des événements montréalais comme «Montréal à Table» organisé par Tourisme Montréal, qui a eu lieu récemment, et auquel seul le restaurant Mille Grammes a participé dans le Village. «Cela fut pour le Mille Grammes un franc succès, des gens des médias ont même parlé de leurs fabuleux desserts sur les réseaux sociaux, ce qui a créé tout un engouement. Je crois qu’il serait bénéfique que plus de restos du Village y participent la prochaine fois», insiste-t-elle. Il en va de même pour l’activité «Mes achats, mon quartier», qui se tenait en novembre dernier. Au moment où l’on cherche à encourager les gens aux achats locaux afin d’appuyer les commerces du coin, on espère donc, là encore, que les commerces de détail du Village embarqueront dans cette activité qui reviendra sûrement cette année.
 
Vous ne le savez peut-être pas, mais il y a 10% de commerces de détail dans le secteur de la SDC du Village. Malheureusement, ce ne sont pas tous ces commerces qui s’impliquent dans les 3 foires commerciales estivales du Village. Pourtant, « cela offre une visibilité intéressante que de sortir dans la rue et de montrer aux gens ce que vous offrez comme produits et services», souligne Christiane Richard. Mais on le sait très bien qu’il y a de profonds changements qui sont en train de s’opérer dans ce milieu. «De plus en plus, les gens se réfèrent au web pour leurs achats, ce qui veut dire que les marchands ne doivent penser pas uniquement à un site de présentation de produits, mais aussi de ventes, qu’il soit transactionnel. Cela assure une diversification des ventes du commerce et contribue à le faire connaître, même à l’extérieur de la ville ou du pays. Je sais que ce sont parfois de gros efforts pour les établissements,  mais plusieurs produits web clef en main adaptés aux PME québécoises sont aujourd’hui disponibles à petit prix», dit-elle. À ce sujet, Détail Formation offre une panoplie d’ateliers et de formations aux commerçants du Village et ce, à prix modique… 
malheureusement le taux de participation est faible. 
 
Bien sûr, Christiane est là pour répondre aux questions relatives aux diverses règlementations municipales ou toutes autres questions touchant la piétonnisation. «Si certains propriétaires ont des enjeux avec la Ville, dépendamment des cas, on peut aider à faire avancer les dossiers, car, avec le temps, on a réussi à développer une expertise à la SDC ainsi que des bons rapports avec les fonctionnaires de l’arrondissement Ville-Marie par exemple», précise Mme Richard.
 
Christiane Richard constate une très belle collaboration de la part des membres du conseil d’administration de la SDC, tous des commer-çants du Village qui siègent à titre bénévole sur le C.A. et qui sont là souvent depuis de nombreuses années. «C’est beau de les voir s’impliquer et tout faire pour renforcer le Village.»
 
«C’est très stimulant de travailler avec un directeur général [Bernard Plante] qui est capable de porter de gros dossiers, c’est un honneur pour moi d’œuvrer avec lui pour le bien du Village», de conclure Christiane Richard…