Homogène

Démystifier la différence à travers le regard d’une génération

Julie Vaillancourt
Commentaires
Homogène

À travers 9 épisodes totalisant plus de 90 minutes, neuf personnages issus de la même génération se côtoient à l’écran afin de poser un regard sur les réalités sociales des gaies et des lesbiennes. Voilà la prémisse de la série documentaire HOMOGÈNE chapeautée par la réalisatrice Isabelle Courville.

Sans conteste, le parcours de la jeune femme de 23 ans impressionne. Cette bachelière en cinéma de l’UQAM, s’était préalablement fait remarquer au Festival international du court-métrage en Outaouais, avec son tout premier film P.O.W, en 2011. En 2014, elle poursuivra sa formation lors d’un masterclass documentaire à Požega en Serbie, en plus de réaliser, un mois plus tard, un documentaire à Belgrade dans le cadre du concours European Summer Film School. La genèse de la série documentaire HOMOGÈNE prend sa source deux ans auparavant en la personne de Kim Alex Larochelle, jeune enseignante en musique et amie d’Isabelle. 
 
 Isabelle courvilleKim Alex croit au pouvoir de la création et de l’éducation pour un monde plus juste et égalitaire. Elle fait donc part à son amie cinéaste de cette idée embryonnaire de série documentaire pour contrer l’homophobie. Dès lors, Isabelle est séduite par l’idée : «Pendant toutes mes études, j’ai travaillé dans une école de théâtre musical en Outaouais où j’y ai rencontré Kim Alex. Elle savait que j’étudias le cinéma, et m’a parlé de cette idée embryonnaire de faire une série de quelques épisodes documentaires afin de parler de l’homosexualité.» Conciliant travail et études, Isabelle prend les rênes du projet, dont le tournage se fera sur 2 ans. 
 
Au printemps dernier, diplôme en poche, Isabelle embraque dans la post-production à temps plein, avec sa copine et collègue cinéaste, Jessica Desjardins. Petite précision ici : à l’époque où Isabelle a débuté le projet, elle était en couple avec un homme: «Ça n’a rien à voir avec HOMOGÈNE, mais lors du tournage, je suis tombée en amour avec mon amie Jessica, ça a apporté une couleur et une perspective différente au projet». De cette première relation avec une femme ? qu’elle n’avait jamais préalablement envisagé – Isabelle s’identifie comme bisexuelle. 
 
Outre les étiquettes, ce changement de regard de la documentariste, qui à la base voyait ses sujets de l’extérieur, est très pertinent puisqu’elle vit maintenant au cœur de la réalité sur laquelle elle pose sa lentille : «Ça m’a aussi aidé à travers mon processus, car j’ai effectivement fait mon coming-out à ma famille. J’espère que ce documentaire va aider les gens.» Ainsi, la réalisatrice elle-même redécouvre toutes les étapes de l’orientation sexuelle, qu’elle présente au spectateur de façon structurée et organique. Les 9 protagonistes de son documentaire discuteront, tour à tour, au fil des 9 épisodes, du coming-out, de l’acceptation et du respect de la différence, de l’amour et des enfants au sein d’un couple, des relations de travail, des célébrations de la fierté, pour ensuite questionner la normalisation de l’homosexualité. 
 
 Kim Alex Larcohcelle et Isabelle courville, coproductrices de la série HomogènePar ce documentaire, Isabelle désire sensibiliser, tout en «normalisant» la différence, non pas dans le sens de banaliser les réalités LGBT, mais plutôt «jusqu’à ce que cette différence n’ait plus aucune importance», à l’image du titre du dernier épisode, explique la réalisatrice : «Comme le dit Marie-Hélène dans le premier épisode, c’est dans le sens qu’un jour on n’ait plus besoin d’annoncer notre orientation à personne. Kim Alex et moi croyons qu’il faut aller dans les écoles, afin d’éduquer les enfants en très bas âge pour favoriser le changement. Lorsque les gens vont grandir avec des modèles et que ce sera partout dans les médias, ça ne sera pas banal, mais normal». 
 
Afin de faire porter son message, Isabelle présente dans la série HOMOGÈNE plusieurs témoignages de gens de la même génération (18-36 ans): «Pour la plupart ce sont des connaissances, des amis d’amis, nous avons aussi fait des présélections. Niveaux critères, je voulais des gens comme tout le monde, dans leur quotidien, avec diverses occupations et pas nécessairement des gens impliqués dans la cause ou militant(e)s. C’est pourquoi beaucoup ont voulu s’impliquer dans HOMOGÈNE, car on se voulait plus nuancé, en écartant les stéréotypes et le flamboyant. On voulait montrer qu’on est du monde comme tout le monde. Au moment des entrevues, on voulait que chaque personnage soit porteur d’un thème et que chaque épisode explore une facette de l’homosexualité. Cela dit, il y a des thèmes qui se sont ajoutés au montage.» 
 
Ainsi, la série HOMOGÈNE fut lancée sur le web, le 8 janvier dernier et est accessible gratuitement pour visionnement. Cette alternative du web représente une plateforme de diffusion hors pair non seulement lorsqu’on traite de réalités plus «marginales», mais surtout pour les jeunes cinéastes émergents, appuie Isabelle : «Le web est devenu une porte d’entrée pour l’auto-distribution, mais de là à ce que le web remplace les médias traditionnels... Notre espoir est de commencer par le web et qu’on se fasse remarquer afin d’avoir l’intérêt d’autres médias, festivals et plateformes traditionnelles, car nous voulons rejoindre le plus de gens possible! Les médias traditionnels ont encore leur place. Cela dit, c’est certain que le web permet une accessibilité, et on espère que ce n’est que le début pour HOMOGÈNE!» 
 
 Jessica desjardinsD’ailleurs, parlant de début, la jeune réalisatrice de 23 ans, a plusieurs projets en démarchage, dont sa maison de production avec sa compagne Jessica : «Dans les deux dernières années, nous avons fait quelques courts documentaires et de fiction et on continue. Je désire aussi faire ma maitrise à l’étranger! C’est certain que 98% de mes projets sont bénévoles, dont HOMOGÈNE. Nous sommes justement en campagne de financement, car on désire que ça dépasse notre site web, afin que le plus de gens possible puissent voir notre série documentaire.» 
 
D’ailleurs, Isabelle conclut en remerciant sa micro équipe et les deux femmes qui l’ont accompagnée dans cette aventure : « Jessica au son et Kim Alex, qui m’a donné son message et m’a fait porter son flambeau.» Flambeau qui est devenu sien désormais et qui voit le jour grâce à trois petites femmes derrière un grand projet.
 

Visionnez la totalité des épisodes de la série documentaire

HOMOGÈNE: http://homogenedoc.com

Bande-annonce: https://www.youtube.com