Affaires et droits

Un signal encourageant

Yves Lafontaine
Commentaires
Yves Lafontaine
Photo prise par © Robert Laliberté

Pour la première fois de son histoire, des participants au Forum économique mondial, qui se tenait en Suisse, du 21 au 24 janvier dernier, ont évoqué la question des droits des LGBT. 

Plusieurs dirigeants d'entreprises et des représentants de l’élite de la politique mondiale se sont réunis, lors d’un événement parallèle pour montrer leur engagement pour les droits des homosexuels. Un beau message de solidarité en faveur de la diversité.
 
Ce forum est connu pour sa réunion annuelle à Davos, en Suisse, qui réunit des dirigeants d’entreprise, des responsables politiques du monde entier ainsi que des intellectuels et des journalistes, afin de débattre des problèmes les plus urgents de la planète, y compris dans les domaines de la santé et de l’environnement. 
 
De toujours, le forum de Davos a été une plate-forme d’échange d’idées sur les problématiques les plus diverses et souvent les plus controversées. De nombreux face-à-face idéologiques y ont eu lieu, opposant israéliens et palestiniens, chefs d’entreprise et ONG, pro-pétrole ou gaz de schiste et écologistes et bien d’autres antagonistes.
 
Historiquement, le Forum a servi de mégaphone pour des sujets sensibles tels que le changement climatique, la géopolitique ou le terrorisme. Un sujet, pourtant, n’avait jamais été abordé jusque-là : les droits des homosexuels.
 
Mais avec l’avancée inéluctable du mariage gai à travers le globe, et les coming out de plusieurs dirigeant de grandes entreprises — dont celui explosif de Tim Cook, PDG d’Apple, première entreprise mondiale en valeur boursière et celui, réçent, d’António Simões, à la tête de la Banque HSBC, la seconde institution financière au monde — , la question des droits LGBT a atteint les plus hauts cercles économiques.
 
Cette année, et pour la première fois de son histoire, le Forum a adopté la première session LGBT dans son programme officiel. Un signal de solidarité, aux implications fortes, grâce au courage et à la détermination de Paul Singer, fondateur du fonds d’investissement Elliott Management, dont le fils est gai, et de Daniel Loeb, fondateur du fonds Third Point.
 
Les acteurs politiques et économiques du monde entier se sont réunis pour promouvoir et défendre les droits civiques des LGBT en face de leurs oppresseurs : des représentants venus de Russie, du Nigeria, d’Uganda, d’Iran, du Qatar, de l’Arabie Saoudite et des émirats, où les persécutions contre les homosexuels sont des plus violentes, et vont jusqu'à la peine de mort. Le message était clair : garantir la dignité, l'inclusion, et le traitement équitable des homosexuels est une priorité à la croissance.
 
Des dirigeants d’Ernst & Young, Microsoft, Accenture et Marriott, entre autres, ont également réaffirmé leur engagement en faveur de la diversité et envers la force de travail homosexuelle et pas seulement dans les pays où les droits des homosexuels sont reconnus ou protégés. Durant le Forum, ils ont rappelé que la diversité de talents et de perspectives est un moteur d’innovation et de productivité. À l’instar des entreprises québécoises et canadiennes qui font partie de Fierté au Travail, ils ont aussi invité leur auditoire — principalement composé d’autres dirigeants d’entreprises — à créer un environnement de travail inclusif où les LGBT sont protégés et reçoivent les mêmes opportunités de développement et de carrière. Adopter des politiques de diversité n’est plus seulement un principe d’éthique, mais une priorité pour les employeurs qui veulent.
 
D’après HRC, près de 90% des entreprises du Fortune 500 ont mis en place des politiques de non-discrimination en faveur des minorités sexuelles. Une majorité de 66% assurent désormais les mêmes protections sociales et prestations médicales à leurs salariés LGBT ainsi qu’à leurs époux ou partenaires. Il est intéressant de voir que la plupart des marques et entreprises classées dans l’index du HRC sont également en tête du baromètre YouGov, qui analy-se la perception et les préférences des marques chez les LGBT.
 
Le poids que représente la démographie LGBT ne peut plus être ignoré, même par ses détracteurs. Communiquer, engager avec ses interlocuteurs — qu’ils soient des clients, des employés, des collègues ou des partenaires d’affaires — homosexuels est devenu vital pour les entreprises modernes.