Image+nation / du 26 novembre au 6 décembre

Canular en Syrie

Patrick Brunette
Commentaires

Fugues a rencontré la réalisatrice, Sophie Deraspe, et Sandra Bagaria, la femme au cœur de ce surprenant film entremêlant amour, sexe, révolution syrienne et fausse identité.

Sandra et Sophie font la tournée des festivals avec Le profil Amina. Au moment de les rencontrer (en mars 2015), elles sont de retour de Turquie et s’apprêtent à présenter ce documentaire pour la toute première fois au Québec, au RVCQ. « Je suis super excitée et nerveuse à la fois, avoue Sandra Bagaria. Dans les autres festivals, les gens ne me connaissaient pas alors qu’ici, à Montréal, il y aura beaucoup de gens que je connais qui verront ce film et qui découvriront une autre facette de moi. » La réalisatrice, Sophie Deraspe, ajoute : « C’est un fragment de sa vie que les gens verront. Une partie qui se termine par une trahison et une peine d’amour quintuplée par le fait que son histoire a fait le tour du monde. »
 
SandraRetour dans le temps
En 2011, Sandra Bagaria, jeune professionnelle montréalaise, tombe en amour avec Amina Arraf, blogueuse américano-syrienne. « C’était quelqu’un qui avait de la personnalité, qui savait bien s’exprimer, qui ne s’abaissait pas dans un pays en pleine révolution. Amina avait une personnalité stimulante. » Pendant six mois, les deux femmes s’écrivent, échangent des photos. Une relation amoureuse se bâtit entre Montréal et Damas, alors que la capitale syrienne vit sous le joug de la violence et de la révolte. 
 
Mais voilà que Sandra apprend qu’Amina est kidnappée. La suite des événements est digne d’un polar et se termine par la vérité mise à nue : Amina n’existe pas. La planète entière apprend qu’elle est le fruit de l’imagination d’un Américain qui a alimenté pendant plusieurs mois le blogue « Gay girl in Damascus ». Sandra a été victime d’un canular.
 
Le fascinant documentaire revient sur l’histoire d’Amina qui a captivé autant les médias sociaux que les médias traditionnels, mais dans la perspective de Sandra, une femme flouée, qui a accepté d’offrir à son amie réalisatrice tout le contenu de ses échanges avec « Amina ». Pour Sandra, participer à ce film lui aura servi en quelque sorte de thérapie artistique. « Ça m’a pris six mois après la découverte de la véritable identité d’Amina avant d’aller voir Sophie. Pouvoir lui en parler m’a permis de verbaliser ce que j’avais vécu. » Pendant deux ans, les deux amies ont travaillé de pair pour accoucher de ce film.
 
Un des moments forts du documentaire, c’est la rencontre de Sandra avec celui qui se faisait passer pour la blogueuse Amina, l’Américain Tom McMaster. La nervosité de Sandra perce l’écran alors qu’elle s’apprête à entrer dans la salle de classe où se trouve l’arnaqueur. « Il ne savait pas qu’on allait le voir. Allait-il nous gifler ou s’enfuir? On n’en avait aucune idée. Cette rencontre a été organisée pour que je puisse reprendre le contrôle, selon mes propres termes. À ce moment, Tom n’avait contrôle sur rien. C’est ça qui est jouissif : lui montrer qu’il n’est pas le seul dans cette histoire.»
 
Pour la suite des choses
Sandra ne cache pas son bonheur de voir le film sortir en salle. « Je vis en ce moment une certaine sérénité intérieure et le chapitre qui s’ouvre en est un de partages humains. » Déjà, lors de la présentation dans certains festivals de cinéma, Sandra a reçu des commentaires positifs comme celui de cette jeune Turque voilée, à Istanbul : « Elle est venue me voir pour me dire qu’elle avait suivi le blogue "Gay girl in Damascus". N’étant pas ouvertement gaie auprès de sa famille, elle m’a dit être pleine d’admiration pour moi. Elle était fière que je sois allée jusqu’au bout. Mais surtout, mon histoire lui a appris à se méfier. Ça me donne encore plus envie d’en parler quand je vis des rencontres comme celle-là. »
 
Heureusement, il y a un happy ending à cette histoire : Sandra est en amour depuis près de trois ans avec une vraie femme. « Et non, je ne l’ai pas rencontrée sur internet », ajoute-t-elle en souriant!
 
Le profil Amina 
PGM39 
Pavillon Judith-Jasmin Annexe 
Dimanche, Décembre 6, 2015 - 17:00
Documentaire