Au volant

Questions de choix...

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
volvo

Rien de tel qu’un petit séjour en Europe pour se rendre compte que nos choix sont limités au Canada. 

Impossible ici de se procurer une Lancia, une Peugeot, une Skoda, ou même un véhicule provenant de Chine. Même parmi les marques représentées sur le nouveau continent, de nombreux modèles ne franchissent pas l’océan, et encore moins les nombreuses motorisations proposées pour un seul et même teslamodèle (parfois pas moins de 30 choix possibles). Autre constatation, les Européens aiment que leur voiture ne ressemble pas à celle du voisin. Ainsi, les couleurs bi-tons font un malheur pour ajouter une note de singula-rité. On choisit la couleur de la carrosserie, du toit, ou des arches pour personnaliser un maximum son moyen de locomotion. Un peu comme pour les vêtements, on apportera toujours une touche personnelle pour ne pas être habillé totalement comme le voisin dans un bar gai par exemple. Enfin, dernière constatation, on le soulignait dans la dernière chronique, l’engouement des chauffeurs de taxi et des compagnies pour les véhicules hybrides, entre autres les Toyota Prius. Mais à Paris, vous pouvez trouver un chauffeur de taxi au volant d’une Tesla, la Rolls Royce des véhicules électriques, qui se détaillent au Canada entre 80 000 et 100 000 $. Le chauffeur-propriétaire de la Tesla nous a expliqué que les économies faites chaque jour en termes de consommation dépassaient largement les 80 % que lorsqu’il roulait au volant d’un taxi à motorisation conventionnelle. À quand des taxis Tesla à Montréal ? Mais une tendance commune à travers le monde persiste, l’engouement pour les VUS, appelés Crossover en France, et qui se déclinent avec chaque mo-dèle d’une gamme proposée par un constructeur. 
 
Jeep Renegade
Il est enfin arrivé sur nos routes. Le plus petit modèle de Jeep qui doit faire oublier les tristes Compass et Patriot, mal finis, sans grande personnalité. Le souhait des dirigeants de diversifier les propriétés de la gamme pour les rendre plus « civilisés » a échoué. L’image tout-terrain reste collée au quatre lettres magiques JEEP. Avec le Renegade, on retrouve les gènes de la marque. Les formes sont carrées et évoquent déjà l’aventure au bout de la route. D’autant que selon les versions, le Renegade se révèle un véritable petit baroudeur. Certains crient à l’hérésie puisque le dernier de la marque est en fait construit en Europe et avec une plate-forme et une motorisation du constructeur Fiat, actionnaire majoritaire de Chrysler-Jeep-Dodge. Peu sûr que les futurs propriétaires du Renegade s’aperçoivent de l’intrusion de la technologie européenne en prenant le volant de leur toute nouvelle acquisition. Au-delà de la ligne distinctive du petit aventurier, on s’arrêtera ou s’étonnera sur la croix formée sur les feux arrière, ou encore sur le toit ouvrant électrique et amovible, deux panneaux qui se logent facilement dans l’espace bagage. Quatre versions sont proposées (Sport, North, Trailhawk et Limited). Les prix s’échelonnent de 19 995 $  pour le modèle de base à 32 295 $ pour le modèle le mieux équipé. Cependant, le modèle de base (Sport) est déjà extrêmement bien équipé même s’il faut se tourner vers le modèle North pour obtenir le toit ouvrant. Quelque soit le niveau de finition, le Renegade ne propose qu’un seul moteur un 4 cylindres en ligne MultiAir de 1,4 litre  ou 2,4 litres avec au choix une transmission manuelle à 6 rapports ou automatique à 9 rapports, cette dernière étant rare dans l’industrie automobile pour des modè-les d’entrée de gamme. Bien entendu, le Renegade se décline aussi en version quatre roues motrices, ce qui n’est pas superflu l’hiver au Québec. 
 
Volvo S60 Cross Country 
Pendant longtemps on a cru la marque Volvo moribonde. Pourtant depuis un an, les nouveaux modèles ne cessent d’arriver rajeunissant une gamme qui en avait bien besoin. On peut cependant se demander quel est l’intérêt pour Volvo de proposer une berline haute sur pattes alors qu’il propose différents VUS de toutes les tailles. D’autant que les rares exemples dans l’industrie (Subaru et de mémoire AMC avec l’Eagle) n’ont pas fait tourner les têtes des acheteurs. Cependant à l’heure où les constructeurs se livrent au mélange des genres avec des berlines et des VUS aux allures de coupé, des monospaces qui flirtent avec le tout-terrain, Volvo a peut-être décidé d’explorer une nouvelle niche,  et qui sait si elle ne fera des adeptes, puisque la berline S60 a déjà des faux-airs de coupé. En fait, le constructeur a repris la structure de la V60 Cross Country pour sa berline, du copié-collé en somme. On retrouve donc le rouage intégral de série et le moteur est un 5 cylindres développant 250 chevaux. Une transmission automatique sera proposée avec 6 rapports. Dévoilée au salon de Detroit, la déclinaison de S60 sera surement bientôt sur nos routes.
 
Mazda 2016Mazda 2 
D’abord annoncée pour le printemps 2015, puis pour l’automne, les dirigeants de la marque ont annoncé au début du mois de mars que la toute nouvelle Mazda 2 sera lancée au cours de 2016. Officiellement, pour ne pas faire de l’ombre aux deux autres nouveautés, le multisegment CX-3 et le coupé sport MX-5. Récemment arrivée en Amérique du Nord, la Mazda 2 n’a pas réussi à s’imposer face à la Honda Fit ou encore la Nissan Versa Note. Reste que les petits modèles ne sont pas les plus recherchés en Amérique du Nord, excepté au Québec. Il se peut que devant le faible volume de vente de la Mazda 2, génération actuelle, le constructeur japonais décide de mettre fin à l’aventure de la Mazda 2 sur le nouveau continent.