Pitou et minou...

Identifions nos animaux domestiques

Daniel Rolland
Commentaires
chien noir

Rex ou Bobépine ont pris la clé des champs ? Vous craignez de ne plus les revoir ? En les identifiant, vous augmentez vos chances qu’ils rentrent à la maison. 

chatLa Dre Suzanne Lecomte, vétérinaire, est conseillère en planification de la gestion animalière au service de la concertation des arrondissements de la Ville de Montréal. Elle veille à ce que nos animaux domestiques puissent bénéficier d’un meilleur encadrement. Et parmi ses recommandations, celui de bien identifier son petit compagnon à quatre pattes. « Chaque animal doit avoir un permis pour les identifier et un petit médaillon. Si jamais il est capturé et amené, soit à la Société Protectrice des Animaux ou au Berger blanc, nos deux refuges, ils vont éviter l’adoption par d’autres ou pire l’euthanasie. » Et d’ajouter que cette même identification permet du coup de réduire les entrées dans ces mêmes refuges. De même, le bon samaritain qui retrouvera en perdition pourra remonter aisément la filière jusqu’au propriétaire. 
 
Stérilisation des chats
De toute évidence les Montréalais préfèrent les chats dont on recense 330 mille représentants dans les résidences, contre 145 mille chiens. Le problème demeure les chats errants. « Beaucoup d’arrondissements ont un programme de stérilisation. C’est la meilleure façon de freiner la surpopulation » ajoute Mme Lecomte. Quand je lui demande de me fournir un chiffre sur le nombre de chats qui vadrouillent dans nos rues et nos ruelles, elle est incapable d’en préciser la portée. Au prorata de ceux qui sont confinés dans les résidences, on peut avoir une bonne idée du volume de chats errants. Son service est celui qui gère les parcs à chiens (40 sur le territoire montréalais), les plaintes (le chien du voisin jappe trop fort) et dispense aussi des conseils dans les aires d’exercices des parcs canins. Avez-vous songé à médailler votre bête chérie ?