Australie

Un couple d'octogénaires gais revendique le droit de se marier avant que l'un d'eux ne disparaisse

L'agence AFP
Commentaires
Un couple d'octogénaires

En plein débat sur la légalisation du mariage entre personnes de même sexe, un couple d'octogénaires gais australiens revendique publiquement le droit de se marier avant que l'un d'eux ne décède.

John Challis, 87 ans et son compagnon Arthur Cheeseman, 83 ans — qui vivent à Sydney, en Australie — sont en couple depuis près de cinquante ans, 

« Arthur et moi avons vécu ensemble pendant 48 ans. Nous avons mené la vie très normale d'un couple de banlieue, explique John Challis. Nous étions très compatibles et nous avons mûri ensemble, année après année ».

Aujourd'hui, c'est l'heure de la vieillesse, et des problèmes de santé.

Arthur Cheeseman a maintenant du mal à voir et entendre et les deux hommes ressentent plus que jamais le besoin de s'unir officiellement avant que la mort n'emporte l'un d'eux.

« Ce que nous ressentons, c'est que le mariage homosexuel serait tout simplement le couronnement de l'ensemble du processus d'égalité des droits pour les homosexuels », affirme John. « Il faut que les homosexuels aient exactement le même statut et la même dignité dans la société que les personnes hétérosexuelles », ajoute-t-il.

L'aspiration de ce couple de longue date se heurte au refus du premier ministre australien Tony Abbott d'accorder l'égalité du mariage pour les couples de même sexe pendant son mandat.

« Je suis sûr que notre relation est tout aussi respectable que la sienne; alors pourquoi devrions-nous être regardés de façon différente? », interroge John.

Le premier ministre conservateur s'emploie depuis plusieurs semaines à mettre en échec un projet de loi visant à légaliser le mariage entre personnes du même sexe au Parlement.

Il a interdit le vote de conscience aux députés et sénateurs de son parti et les contraint à s'opposer à cette mesure alors qu'un projet émanant à la fois de députés de la majorité conservatrice et de l'opposition de gauche légalisant le mariage gai serait à même de trouver une majorité au parlement où doit avoir lieu la discussion.

Sentant sa position de plus en plus intenable, il a toutefois promis d'organiser un référendum après les prochaines élections qui ne doivent se tenir que dans deux ans.