Le défilé de la fierté de la Capitale

Toutes les couleurs de la fierté à Ottawa

Maxime Hamel
Commentaires

L'ambiance était à la fête dimanche, journée de défilé de la fierté gaie dans la région de la Capitale nationale. Le festival était spécial cette année, puisqu'il s'agissait de la trentième mouture de l'organisation.

Au total, près de 100 000 personnes aurianet pris part aux festivités.

Selon Charles Hill, un des trente ambassadeurs de l'événement, la lutte de l'affirmation est bien faite pour les membres de la communauté LGBT, mais ce n'est pas terminé. « Ce qu'il reste à faire, c'est créer une communauté, accompagner les jeunes qui peuvent être isolés », explique le militant.

Plusieurs politiciens et personnalités publiques ont pris part à l'événement, dont le maire d'Ottawa, Jim Watson.

« Il y a beaucoup de monde qui dit que ce n'est pas nécessaire, mais c'est toujours une question d'éducation à la population. » Jim Watson, maire d'Ottawa (qu'on voit dans la photo ci-dessous)

Les chars allégoriques ont entamé le défilé en début d’après-midi, au coin des rues Gladstone et Bank. Le défilé a emprunté d'abord la rue Kent, ensuite la rue Laurier, avant de se conclure sur la rue Bank au coin de Somerset.

Cette année, la Fierté dans la capitale soulignait 30 ans de fête, mais également 30 ans de combats et de changements. C'était la première fois cette année que les transgenres défilaient sur un char allégorique. Selon les militants transgenres rencontrés, la plus grande lutte qui reste à faire est la leur.

Impossible de passer sous le silence la présence de plusieurs candidats aux élections fédérales. Peu importe leur allégeance, ils sont satisfaits du chemin parcouru.

S'il y a trente ans, la population d’Ottawa était plutôt absente. Aujourd'hui, la population prend part aux activités et les spectateurs étaient bien nombreux au défilé et se sont fait entendre. D’ailleurs, plusieurs parents ont assisté au défilé accompagné de leurs enfants.