Montréal, le Rebel Heart Tour 2015-16

«Merci Montréal! Vous avez été extraordinaires!»

Yves Lafontaine , Hector Cartier
Commentaires

Le coup d'envoi du Rebel Heart Tour de Madonna a été donné mercredi soir, au Centre Bell à Montréal et la chanteuse nous a prouvé une fois de plus qu’elle ne fait pas les choses à moitié : succès revisités, remaniés, réinventés et remixés, chorégraphies spectaculaires et réglées au quart de tour, un escalier qui descend du pafond, une panoplie d’écrans géants amovibles, en mouvement ou qui se transforment en murs, en passerelles ou en trappes, mais aussi une mise en scène qui a également su mettre en valeur sa voix dans des prestations acoustiques intimistes.

Le Rebel Heart Tour s’inscrit dans la lignée des précédentes tournées de concerts de Madonna où la technologie (notamment les créatif vidéos signés par l'équipe montréalaise de Moment Factory) fait partie prenante de la scénographie et de la mise en scène, alternant les moments à très grand déploiement et ceux plus intimistes.

 

La chanteuse aime encore provoquer, mais elle le fait avec un peu plus d’humour que par le passé. Et si Madonna ne danse peut-être plus aussi énergiquement qu’avant, cela n’est pas un défaut en soit. Elle bouge très bien, est en diapason avec ses danseurs qui ont la moitié de son âge, et elle sait comment mettre de l'ambiance dans un amphithéâtre qui était rempli à pleine capacité.

Fidèle à ses habitudes, elle a vraiment mis le paquet dès l'ouverture du spectacle à 21h30. C'est sous les notes d'Iconic et d'une vidéo du boxeur Mike Tyson et de Madonna, tous deux amochés et incarcérés dans des cellules, que le spectacle a commencé. Puis la star, debout dans une cage sortie de l’écran, est arrivée sur scène attendue par une armée de samourais. Dans un décor teinté de rouge, la chanteuse a affronté ses danseurs. La foule composée de fans de tous les âges s’est enthousiasmée devant une si dynamique ouverture.

 

Sans s’arrêter un instant, l’ambitieuse blonde, vêtue de manière à la fois sexy et élégante, a enchaîné avec Bitch I’m Madonna, avant de poursuivre avec un vieux succès, rarement présenté lors de ses spectacles antérieurs, Burning Up (tiré de son premier album paru en 1983), alors qu'à larrière d'impressionnantes flammes accompagnaient l'artiste. 

Les scènes de BDSM japonais accompagnaient les danseuses qui faisaient du strip-tease sur des lances/croix, vêtues en sexy bonnes-sœurs adeptes de la danse-poteau sur un bref remix de Vogue. Sur scène, ses danseurs incarnaient la dernière cène de Jésus et ses apôtres et des images saintes se succédaient sur les écrans. Les mains ligotées, Madonna s'est ensuite mise à chanter Devil Pray, de son nouvel album.

Dans le segment suivant, la star est apparue plus accessible et relaxe que jamais avec la chanson Body Shop. Puis, alors qu’elle débutait True Blue, accompagné au ukulélé, elle a demandé à la foule : «Vous passez un bon moment? C’est bon d’être de retour à Montréal. Vous savez que j’ai du sang canadien-français, n’est-ce pas?» a-t-elle déclaré, amusée. Caractérisée par une scénographie plus épurée et moins techno, cette partie a revisité ses grands succès, comme Like A Virgin et Deeper and Depper, toutes interprétées avec simplicité.

Le tableau suivant, qui débiutait avec sa nouvelle chanson Living For Love, abordait la thématique de la corrida, prétexte parfait pour enchaîner avec La Isla Bonita. Quant au remix de Dress you Up et d'Into The Groove, qui a suivi, avec Madonna au centre d'une sorte de bande de gitans. Avec Who’s That Girl en version acoustique Madonna a fait participer le public.

IL est à noter que la qualité des interludes qui permettent à Madonna de changer de costumes et de souffler un peu. Ces moments ont tous été très spectaculaires. En particulier celui où l'on voit les danseurs sur de longues perches amovibles et hyper flexibles dans un ballet aérien.

Madonna a fait plaisir à bien du monde avant d’entamer la dernière partie du concert, en reprenant le classique d’Édith Piaf La Vie en rose, qui lui a valu une ovation monstre des milliers de spectateurs présents. Pendant sa chanson Rebel Heart, un montage inventif de dessins, que lui ont envoyé ses fans au cours des derniers mois, présentait ses nombreux styles et personnifications au fil des années.

La dernière pafrtie du spectacle, rappellant l'ambiance d'une boîte de nuit jazz, l’énergisante Music a électrisé la foule, tout comme Unapologetic Bitch et Material Girl. Pour le rappel, Holiday, remixée avec Walk This Way, n’a pas déçu avec ses acrobaties et ses vidéos hyper graphiques.

Juchée sur une balançoire, à plusieurs mètres dans les airs, Madonna a finalement quitté la scène en traversant une ouverture pratiquée au haut de l’écran géant, pendant que la foule s’époumonait à l’acclamer. Visiblement satisfaite, Madonna a quitté en saluant les spectateurs une dernière fois. «Merci Montréal! Vous avez été extraordinaires!» C’est clair, avec le Rebel Heart Tour Madonna est pleinement dans le coup.

 

 

LISTE DES CHANSONS INTERPRÉTÉES

 

Iconic 
Bitch I'm Madonna 
Burning Up 
Holy Water/Vogue 
Devil Pray

Interlude Messiah

Body Shop 
True Blue 
Deeper and Deeper 
HeartBreak City/Love Don't Live Here Anymore 
Like A VIrgin

Interlude S.E.X./Justify My Love 

Living For Love 
La Isla Bonita 
Dress You Up/Into The Groove/Everybody/Lucky Star 
Who's That Girl 
Rebel Heart

Interlude Illuminati

Music (Get Stupid) 
Candy Shop 
Material Girl 
La Vie En Rose 
Unapologetic Bitch

Holiday