Entre danse et théâtre

L’acteur qui voulait danser

Samuel Larochelle
Commentaires
Duels

Le sourire candide, les boucles blondes, le regard sincère, la dégaine désinvolte, la carrure athlétique : Marc-André Poliquin s’est fait remarquer par sa fière allure et la qualité de son jeu dans les deux saisons de la websérie Coming out. Aujourd’hui, l’acteur continue de déployer l’étendue de son talent en s’investissant comme danseur avec la compagnie Cas Public. Ces jours-ci, il entame une tournée internationale de l’adaptation chorégraphique de Roméo et Juliette : Symphonie dramatique.

Au cours des neuf prochains mois, Poliquin et ses collègues offriront près de 40 représentations au Québec, au Canada, aux États-Unis, en Italie, en Belgique, en France et en Angleterre. Incluant des passages au Covent Garden, où réside le Royal Ballet de Londres, et au prestigieux Opéra national de Paris. 
 
L’artiste de 28 ans est partie prenante de la chorégraphie imaginée par Hélène Blackburn. « Je suis le narrateur et je joue plusieurs personnages, dont Roméo et Juliette, précise-t-il en entrevue. Presque tout ce qui est parlé vient de moi. On se concentre sur les portions de la pièce qui sont chargées d’émotions et les liens entre les tableaux se font à travers le texte et ce que je vis. L’œuvre se campe sur les paradoxes shakes-peariens comme l’amour et la haine, l’ombre et la lumière. C’est une version éclatée de l’histoire, très abstraite, tout en restant accessible au grand public. » 
 
Au début, le comédien ne savait pas qu’il allait aussi beaucoup danser. «Hélène voulait d’abord entendre le texte de ma bouche. Puis, j’ai appris les enchaînements. C’est un long processus pour moi. Surtout que les mouvements de la compagnie sont exécutés rapidement et que mes collègues apprennent très vite. Je dois travailler sur ma précision, car je n’ai pas 20 ans de danse dans le corps comme eux. Heureusement, les autres danseurs sont hyper patients et ils prennent le temps de tout me montrer. Au final, je danse autant qu’eux. »
 
Jouer avec les mouvements
Marc-André PeloquinPoliquin se considère-t-il désormais comme un danseur ou un comédien qui danse? « Je me vois encore comme un comédien et ensuite un danseur, mais je suis avant tout un interprète. Dans une classe de ballet, je ne suis pas au niveau des autres, mais je n’ai pas un sentiment d’imposteur. Hélène m’a engagé en 2012 pour Duels, une création où des non-danseurs comme Sylvie Moreau, Alexandre Désilets et moi se mêlaient à des danseurs professionnels. Elle savait que j’avais déjà fait de l’impro-danse, des acrobaties et du jeu physique avant. Et je pense que j’apporte une dynamique différente au groupe. »
 
En réalité, Marc-André Poliquin s’est toujours senti interpellé par le travail physique. « Je viens d’une famille de sportifs et j’ai longtemps fait du soccer et du basket-ball pour suivre le courant. J’étais bon, mais je n’aimais pas ça. J’ai commencé à me sentir bien en faisant du yoga et des acrobaties, où je pouvais bouger à travers l’art. Au secondaire, j’ai fait beaucoup de théâtre et de théâtre musical, à Sept-Îles, mais si j’avais eu accès à la danse plus jeune, ça m’aurait probablement titillé. »
 
Après avoir quitté la Côte-Nord pour étudier en interprétation théâtrale au Cégep de St-Hyacinthe, il a suivi une formation de théâtre acrobatique chez Dynamo Théâtre et participé à un spectacle de cirque présenté en Haïti devant 10 000 personnes pour sensibiliser la population au choléra. Il a également tenu des petits rôles dans les téléséries C.A., Trauma, Tactik et La Promesse, avant d’être vu par des dizaines de milliers d’internautes des deux côtés de l’Atlantique dans Coming out. 
 
Un projet très marquant pour le comédien. « Je n’avais jamais eu d’expérience de tournage dans un premier rôle avant Coming out. La caméra était un médium très jeune pour moi. Je me suis dit que ce serait une belle école. En fin de compte, l’équipe était merveilleuse. On avait du fun entre les prises et on était à l’aise de faire des propositions à Mathieu Blanchard, le réalisateur, scénariste et acteur principal. » 
 
À quoi faut-il s’attendre de la troisième saison? « Je ne le sais pas encore. À la fin de la deuxième, Ian et Mat décident de ne plus être ensemble et ils sont en paix avec ça. Mathieu m’a parlé brièvement de ses idées; il est très ouvert et humble quand il écrit. Je sais que mon personnage sera un peu moins présent dans la prochaine saison, mais qu’il pourrait apparaître plus tard. »  
 
Symphonie dramatique
 
Pour plus de détails sur Symphonie dramatique, visitez le