Ottawa

Un séjour dans la capitale

Étienne Dutil
Commentaires
ottawa

Sous son allure plus intimiste que les autres métropoles canadiennes, Ottawa cache une réserve insoupçonnée d’activités qu’elles soient culturelles, sportives, gastronomiques, historiques, et même politiques. Une ville à apprécier différemment…

Le voyage en train avec VIA Rail permet de prendre le temps de surfer sur le web pour programmer les activités de la fin de semaine (et somnoler un peu) pendant les deux heures du voyage en dégustant un bon café. Le train, c’est vraiment reposant pour entamer un séjour ottavien.
 
Dès l’arrivée, une visite s’impose au 90 Wellington, en face du parlement. Tourisme Ottawa rassemble ici toutes les infos pour bien organiser et utiliser adéquatement le temps de son séjour dans la capitale fédérale. Car trois jours, c’est peu au regard de la multiplicité des activités possibles, et ce aussi bien pour l’esprit que pour le corps. Pour bien planifier son séjour, plusieurs guides piétonniers décrivent des circuits thématiques. Le calendrier des festivals 2015 permettra de choisir muséeune période ciblée pour visiter la capitale. Toutefois, ce dépliant n’indiquait pas la Fierté d’Ottawa en août cette année. Espérons qu’on y remédiera en 2016.
 
Lumières & feux
Se loger dans un hôtel du centre-ville est une bonne chose pour la proximité des premiers centres d’intérêts. Un des atouts que l’hôtel Radisson offre avec confort à un coût raisonnable. Mais attention, Ottawa reste une grande ville et ce qui semble à trois coins de rue prendra plus de temps qu’on pense en marchant. Pour aller plus loin, il y a le bus mais on peut aussi louer des VéloGo (Bixi), des Zipcar (Car2go), ou des Vrtucar (Communauto) pour se déplacer. Attention toutefois de bien vérifier les zones de stationnement parfois imprécises. Le premier soir, on appréciera bien assis sur la pelouse du parlement, « Lumières du Nord », un splendide spectacle son et lumière sur l’histoire du Canada projeté sur la façade, avant d’aller souper dans une brasserie artisanale. Le soir suivant, on s’installera sur les rives de la rivière des Outaouais, pour les Grands feux du Casino Leamy qui n’ont plus lieu au lac Leamy, mais au Musée canadien de l’histoire, un magni-fique point de vue sur la colline parlementaire et la bibliothèque du parlement.
 
Une page d’histoire… manquante
Pendant l’été, la relève de la garde sur la colline parlementaire entamera dès 10h la liste des visi-tes. Rideau Hall, la résidence du Gouverneur Général propose de visiter six salles : le hall, la salle de la tente, la salle des médailles, le salon canadien, le salon d’honneur, et le salon des ambassadeurs où une maquette vous révèlera… que vous ne verrez que 1/6e du palais !
 
De plus, il n’existe aucune boutique à la sortie, ni aucun livre ni photo, à part quelques cartes postales dans l’espace éducatif, pour poursuivre cette visite de façon virtuelle et en savoir plus. Quand on se nourrit d’histoire, on reste sur sa faim! Mais le parc de Rideau Hall mérite le détour pour visiter l’arboretum des chefs d’états ainsi que la roseraie des bixiPremières nations et ses espèces indigènes. On pourra aussi assister à une séance de cinéma en plein air (deux soirs en août), ou une partie de cricket !
 
La tournée des institutions
On s’arrêtera en suite le temps du dîner au Marché By, tout un quartier quasi piétonnier, à la fois cossu et artisanal, plus touristique aussi, mais très vivant. Les autres sites à visiter offrent… l’embarras du choix : le Parlement, la tour de la Paix et la bibliothèque, la Cour suprême, la Monnaie royale, le Centre National des Arts, le Canal Rideau, classé au patrimoine mondial, la place Aubry, à Gatineau, les musées. Et Ottawa n’en manque pas: Histoire, Guerre, Aviation et espace, Beaux-Arts, Nature, Bytown, etc. Sous la canicule, un musée est toujours une bonne idée. Alex Colville, les Grecs et les Gladiateurs s’y sont "exposés" aux regards des visiteurs avec succès cet été.
 
Une ville hommage
Le monument aux morts, très instructif, et pourtant paisible bien qu’au centre d’un rond-point névralgique d’Ottawa. Un site complété sous le mandat de la GG Michaëlle Jean par plusieurs bronzes des héros de l’histoire canadienne, dont Laura Secord, d’Iberville et d’autres qui se sont illustrés lors de conflits armés. D’ailleurs, et bien que la comparaison soit osée, force est de constater que la capitale fédérale du Canada, à l’instar de celle de nos voisins du sud, reste un espace hautement symbolique et célébrant. Les monuments natio-naux, les bâtiments officiels, les musées (canadien, de la guerre), la statuaire qui ponctue la ville, rappellent sans cesse les hauts faits des Canadiens.
 
À l’instar de Londres qui célèbre ses souverains, ou Washington et ses présidents, Ottawa regorge d’hommages à presque tous les coins de rue, à la différence près qu’on y honore fréquemment des gens ordinaires qui ont fait des choses extraordinaires, des soldats sortis du rang, des civils altruistes comme Terry Fox, des gens qui relèvent des défis insensés, de simples personnes qui s’engagent ici ou ailleurs pour tenter de changer, un peu, ce monde. On appréciera Ottawa pour cette fierté affichée du peuple canadien, avant même ses personnalités politiques. 
6 Étienne DUtil
 
Ce reportage a été possible grâce à VIA Rail et Tourisme Ottawa. 
www.pch.gc.ca (Patrimoine canadien)

tulippes