Europe

Paris, tout simplement incontournable

Yves Lafontaine
Commentaires
 Le Louvre et sa pyramide

Culturel, monumental, insolite… Paris cultive un patrimoine d’exception, entre histoire et modernité. Avec son patrimoine hors du commun, sa pléiade de sites et monuments, Paris est une destination de rêve pour les visiteurs en quête de découverte. Classique, novatrice, insolite, la capitale offre un voyage culturel inédit, à travers des miliers de monuments, de musées et de bien d’autres lieux exceptionnels.

tour Avec plus de 30 millions de visiteurs par année, Paris assure son statut  de première destination touristique au monde. Pour commencer votre prochaine visite — surtout si c’est votre première —, quelques incontour-nables : surplomber la ville du sommet de la tour Eiffel à 324 mètres de hauteur, admirer les gargouilles de Notre-Dame, ou dominer la plus haute colline de Paris depuis la basilique du Sacré Cœur. A eux seuls, ces monuments forment les trois visites privilégiés par les touristes. Non loin de Notre-Dame, la Sainte Chapelle et ses remarquables vitraux méritent aussi que l’on s’y attarde.
 
À deux pas des Champs-Elysées, le Grand Palais, immense vaisseau de verre et de pierre, abrite des expositions prestigieuses. L’Arc de Triomphe construit par Napoléon offre une vue panoramique époustouflante sur la ville.
Au centre de Paris, le Louvre, ancienne résidence royale transformée en musée sous la Révolution, est devenu le musée le plus fréquenté au monde. Le musée d’Orsay concentre quant à lui la plus grande collection de peintures impressionnistes et post-impressionnistes.
 
Autre immanquable, le Palais Garnier, sa façade richement décorée et son plafond peint par Marc Chagall. Enfin, un détour par le cimetière du Père Lachaise offre l’occasion de se recueillir sur la tombe de nombreux artistes.
 
 Musée d’OrsayUn voyage dans le temps
Traverser Paris, offre de quoi remonter le cours du temps en un seul jour. Partez de l’antiquité romaine avec une visite aux Arènes de Lutèce. Si le temps le permet, n’hésitez pas à retrouver le Moyen Age avec le musée de Cluny en passant par la rue Mouffetard , la rue de la Montagne-Sainte-Geneviève et la rue des Ecoles qui longe la Sorbonne, la plus ancienne université d’Europe. Lunchez au Quartier latin puis traversez la Seine jusqu’à la Sainte-Chapelle, splendeur de l’époque gothique. En passant par la pointe de l’île de la Cité et les quais, vous arrivez maintenant au Louvre, ancienne résidence des rois dont l’architecture parfaitement équilibrée vous plonge dans l’époque classique. Tout à côté, l’avenue de l’Opéra ouvre une de ces perspectives typiquement haussmanniennes. Là, avec la ligne de métro Météor, filez en un éclair au  nouveau quartier de la Bibliothèque nationale de France. Audace, démesure, élégance, vous êtes au cœur du Paris contemporain, prêts à dîner sur la Seine, juste en bas.
 
Les musées en mode capitale
Paris est l’une des villes offrant la plus grande diversité de musées au monde. Outre l’immanquable musée du Louvre et celle du musée d’Orsay, l’éventail est suffisamment large pour contenter tout type d’amateur d’art. Des musées tels que le Grand Palais ou le muséum d’Histoire naturelle témoignent du passé historique de la capitale. D’autres, comme le centre Pompidou, le musée du quai Branly, la Fondation Cartier pour l’art contemporain, la Cité de la Mode et du Design, la Fondation Louis Vuitton, la Cinémathèque ou l’IMA, arborent une architecture plus contemporaine.
 
Les collections, elles, viennent du monde entier et traversent toutes les époques. Mais la fréquentation des musées parisiens doit aussi son bel engouement à la qualité des expositions proposées au fil de l’année. Des événements qui ponctuent la vie de ces lieux et parfois les réinventent, à l’image du Grand Palais et de son exposition Monumenta tous les 2 ans. Qu’ils soient nationaux, municipaux ou privés, les musées de Paris ont plus que jamais le vent en poupe, comme en témoigne leur rayonnement croissant à travers le monde.
 
Paris regorge de musées plus confidentiels, souvent privés, qui valent le détour et nourrissent aussi son patrimoine. Àl’instar du musée de l’Erotisme, à Pigalle, qui retrace l’histoire des arts de l’amour à travers le monde. Les touristes en quête d’insolite peuvent aussi prendre la direction du musée des Égouts, avec son réseau le plus vaste au monde, qui constitue une sorte de second Paris souterrain. Sous terre encore, les Catacombes de Paris, appelées ainsi en référence aux Catacombes romaines, regroupent dans des galeries labyrinthiques pas moins de 6 millions d’ossements provenant de différents cime-tières parisiens. Si le lieu ne peut accueillir plus de 200 visiteurs en même temps, la foule s’y presse en continu.
 
Dans une toute autre ambiance, le musée des Arts forains embarque le visiteur dans l’ambiance des fêtes foraines du XIXe siècle, avec en prime un atelier de restauration de manèges anciens. Du même siècle, le musée du Parfum plonge les visiteurs dans une ambiance olfactive étonnante. Situé dans un hôtel particulier de style Napoléon III, il retrace la fabrication du parfum telle qu’elle se faisait à l’époque dans l’usine Fragonard.
 
Le Gay Paris
À Paris, la communauté gaie (ou plutôt gay) a son quartier ! Si à l'instar du Banana Café et du Tango — La boîte à Frissons, la plus grosse concentration d’établissements branchés se situe dans le célèbre quartier du Marais, autour de la station Saint-Paul, d’autres bars et clubs dérogent à la règle comme le Raymond Bar Club qui a récemment fait son entrée dans le paysage gai parisien à Montorgueil dans un Ancien spa libertin. Le dimanche soir, le Rosa Bonheur (situé dans le parc des Buttes-Chaumont) accueille une soirée gaie dans ce lieu festif où l'on déguste une cuisine de saison élaborée à partir de produits issus de l'agriculture biologique avant de danser.  
 

Le Marais 

 Pont de ParisDes nobles du XVIIe siècle aux hipsters contemporains, en passant par les gais, portrait d’un arrondissement de Paris, Le Marais, devenu une destination mode masculine de plus en plus riche et métissée. 
 
Fendi, Gucci, Moncler, Givenchy. Les noms des maisons de luxe sont gravés directement dans la pierre claire de l'immeuble du BHV Le Marais L’homme . Ces griffes ont choisi d'ouvrir récemment de nouvelles boutiques dédiées à la gent masculine non pas dans le Faubourg-Saint-Ho-noré ou sur l’avenue Montaigne, mais dans une extension du BHV homme du Marais.  La vie d'un quartier n'est jamais figée et celle du Marais s'écoule au fil de chapitres qui la rendent passionnante. La noblesse s'y est établie durant le XVIIe siècle, jusqu'au déménagement de la cour à Versailles. On doit à cette époque un style architectural élégant, dont la superbe place des Vosges n'est qu'un des innombrables exemples.  À la fin du XIXe siècle, une importante communauté juive s'installe autour de la rue des Rosiers. Puis, à partir des années 1980, la communauté gaie investira massivement le Marais avec ses bars aux drapeaux arc-en-ciel, ses boutiques de sous-vêtements, et lui donnera les couleurs du divertissement, sans compter que plusieurs créateurs — universitaires, artistes, professionnels du design — adoptent le quartier et y rénovent les appartements. Avant que ne débarquent les galeries d'art, puis les bobos et les hipsters. Et miracle ! Toutes ces identités fortes cohabitent aujourd'hui dans une diversité assez rare à Paris.
 
 
Du 4 au 12 août 2018, Paris sera l’hôte de la 10e édition des Gay Games.  Les prochains Gay Games de Paris s'annoncent bien. Plus de 8 000 participants sont déjà inscrits, selon les organisteurs, ce qui devrait garantir le succès public de ces jeux LGBT dans la capitale française. Nés en 1982 aux Etats-Unis, les Gay Games sont ouverts à tous, professionnels ou passionnés et prônent le respect, la solidarité et l’égalité. Les oraganisateurs annoncent déjà que plus de 8 400 athlètes se sont inscrits. Un très bon chiffres puisque les 3 précédentes éditions ont réuni une moyenne de 8 100 athlètes. L’objectif des organisateurs est  d’atteindre 10 000 athlètes au final, soit le score réalisé par Cologne en 2010.
 
Dotés d’un budget de cinq millions d’euros, les Gay Games Paris 2018 se financent grâce aux cotisations des athlètes : 200 euros environ par inscription. Côté disciplines, 9 catégrories sportives concentrent 60% des inscrits. Principalement l’athlétisme (courses, sauts, lancers...), le roller, les sports aquatiques (natation, water-polo et voile), les sports collectifs (foot, volley, basket, rugby, hand...), les sports de raquette (tennis, badminton, tennis de table/ping-pong, squash...), les sports d’adresse (bowling, golf...), les sports de combat (arts martiaux, lutte et boxe), les sports artistiques (danse, patinage...), et les sports cyclistes (vélo, VTT...).  
 
Cette grande manifestation proposera aussi des évènements culturels (musique, chorales, soirées dansantes...) et des conférences à l’Hôtel de Ville, sans compter une cérémonie d'ouverture qu'on nous promet grandiose. Les différents évènements et compètitions se dérouleront sur 60 sites en tout dans Paris et en Ile-de-France, pour l’essentiel dans Paris intra muros.  
 
AIR CANADA offre plusieurs vols par semaine en direction de Paris (en vol direct de Montréal ou via Toronto) et de nombreuses villes dont Londres, Amsterdam, Copenhague, Tokyo, Sydney.
 
Texte mis à jour le 28 avril 2018