Le restaurant et l’Auberge Bonaparte

Au Bonaparte, un service impérial

Daniel Rolland
Commentaires
Bonaparte

Le restaurant et l’Auberge Bonaparte forment un rempart contre une tendance des lieux branchés où on finit par s’ennuyer par trop de déjà vu moderne. Bienvenue dans l’antre du classicisme et du romantisme.

Au BonaparteSacha Guitry disait justement de la mode que c’est ce qui se démode. Au restaurant Bonaparte de même que sa voisine l’Auberge Bonaparte, on demeure fidèle à un style qui surfe sur les époques. Martin Bédard est directeur du premier. « Nous sommes un restaurant de cuisine française classique avec un chef français, Gérard Fort un Normand, qui réinterprète un petit peu les plats distinctifs. Par contre, on n’a jamais voulu que ce soit guindé. Les gens sont ici très à l’ais, dont beaucoup de clients réguliers.»  Gérard Fort est en mesure de comparer, lui qui a travaillé une décennie à New York, notamment pour Alain Ducasse. La salle à manger est élégante avec ses tables couvertes de belles nappes immaculées et un éclairage tamisé propre aux confidences feutrées. La carte met à l’honneur les incontournables de la grande cuisine de l’Hexagone. Je vous recommande le menu dégustation où vous allez trouver notamment du saumon fumé à l’huile de truffes, la crème brûlée de foie gras de canard, poêlée de pommes, ou bien la fricassée d’escargots en persillade et Provençale de légumes. Le tout arrosé d’un gaillac rougeoyant « Les Chevreuses ». Et je ne vous parle pas du service, assuré par une brigade rodé au quart de tour. Vous risquez d’avoir comme voisin chambre de table Roger Federer ou Lionel Ritchie qui sont passés par là, conquis. 
 
L’Auberge Bonaparte, une vue sur le XVIIIe siècle       
Une porte à côté, et vous franchissez un autre univers, L’Auberge Bonaparte. C’est un ensemble de 30 chambres et une suite. Les corridors sont superbes éclairés par de petits abat-jour coiffant les ampoules. Il faut ouvrir d’imposantes portes de chêne avant de pénétrer dans votre chambre, grande, dotée d’une salle de bain avec bain-tourbillon. Les fenêtres très hautes, avec fermoirs cylindrés qu’on verrouille avec une poignée au centre, offrent une vue impre-nable du Vieux-Montréal. Toute une ambiance XVIIIe siècle. Ne manque que le son du clavecin.  
  

Restaurant Bonaparte,
443 rue Saint-François Xavier, Mtl. Tél. (514) 844 4368

Auberge Bonaparte,
447 rue Saint-François Xavier Mtl. Tél. (514) 844 1448 www.bonaparte.com