Chauffage et santé publique

Vos foyers répondent-ils aux normes ?

Yannick LeClerc
Commentaires

À partir du 1er octobre 2018, seuls les foyers et les poêles répondant à une certification stricte pourront chauffer les Montréalais. Les propriétaires d’un vieil appareil polluant devront donc le remplacer d’ici trois ans, ou arrêter de l’utiliser.

La Ville de Montréal a adopté ce règlement concernant les appareils de chauffage au bois à la fin de l’été. Celui-ci interdit l’utilisation des foyers et des poêles au bois non conformes à partir de 2018, et non en 2016 comme l’a recommandé il y a quelques mois la Commission sur l’eau, l’environnement et le développement durable.

Les Montréalais qui veulent se chauffer au bois devront utiliser un poêle ou un foyer certifié qui n’émet pas plus de 2,5 grammes de particules fines dans l’atmosphère par heure (g/h).

Cette norme avait été recommandée par la commission de la Ville et s’aligne sur celle que l’Environmental Protection Agency (EPA) devrait mettre en oeuvre aux États-Unis en 2020.

Le règlement concerne les 19 arrondissements montréalais, mais épargne les pizzerias et les commerces de bagels. La Ville estime qu’il permettra de réduire de 80 % les émissions de particules fines, qui causent plus de 900 décès prématurés chaque année dans la métropole.

Le premier règlement adopté en 2009 par la Ville interdisait l’installation d’appareils de chauffage au bois polluants dans les résidences neuves ou existantes, mais n’imposait pas de restrictions aux quelque 50 000 appareils déjà installés.

Les citoyens ne seront pas obligés de remplacer systématiquement leur foyer ou leur poêle au bois non conforme, mais ils devront se procurer un appareil certifié s’ils veulent continuer à se chauffer de cette façon à partir de 2018. Il pourront aussi choisir de ne simplement plus utiliser leur vieil appareil.

L’utilisation de tous les appareils de chauffage au bois, conformes ou non, sera cependant permise lors de pannes d’électricité de plus de trois heures.

Notez également que le chauffage au bois est dorénavant interdit durant les avertissements de smog, et les propriétaires d’un appareil non conforme ont jusqu’à la fin de 2015 pour le déclarer à la Ville, via leue site web.Les citoyens qui contre-viennent au règlement seront passibles d’une amende variant de 100 $ à 2000 $ — et de 200 $ à 4000 $ s’il s’agit d’une personne morale.

L’Association des professionnels du chauffage est satisfaite du nouveau règlement, bien qu’elle aurait préféré l’instauration d’une norme plus élevée, à 4,5 g/h. Sa directrice générale, Chantal Demers, a par ailleurs joint sa voix à celle de la Ville en réclamant l’appui financier de Québec pour alléger la facture des Montréalais qui voudront remplacer leur appareil polluant.

 

Programme d’efficacité énergétique

Vous songez à vous départir de votre appareil de chauffage au bois? Sachez que certains program-mes d’aide financière existent afin de vous aider à réaliser vos travaux de rénovation résidentielle et ainsi diminuer votre consommation d’énergie.

• Efficacité énergétique : Rénoclimat

• Hydro-Québec : Énergie renouvelable à votre service

• Gaz Métro : Programmes d’efficacité énergétique

 

Qu’est-ce qu’un appareil à combustible solide?

À titre d'exemple, les appareils à combustible solide sont des poêles, des foyers encastrés ou préfabriqués qui sont conçus pour bruler les bûches de bois ou toutes autres matières solides comme les bûches écologiques, les granules ou le charbon. Les foyers au gaz et les foyers électriques ne sont pas des appareils à combustible solide et ceux-ci seront donc permis au delà de l’échéance de 2018.