Fait divers

Un garçon de 15 ans s'immole par le feu suite à des intimidations homophobes

L'agence AFP
Commentaires

Un garçon indien de 15 ans a été admis à l'hôpital avec des blessures graves après qu’il se soit lui met mis le feu. Son geste désespéré fait suite à un harcèlement homophobe.

L'adolescent, qui était premier de sa classe à son école dans la localité Madia Katra près de la ville d'Agra, dans le nord de l'Inde, a été brulé à 40% sur son corps après avoir volé de l’essence dans une voiture.

Les voisins ont rapidement portés secours au jeune homme après que ce dernier ai couru en flamme hors de sa chambre. Ils lui ont versé de l'eau sur lui et l'on enveloppé dans une couverture. Il a été admis à l'hôpital privé de la ville, où les médecins ont confirmé qu'il avait reçu de graves brûlures aux jambes et à la poitrine.

Le garçon a eu recours à cette extrême mesure après avoir été pris «a faire des choses intimes » avec un ami dans un parc local quelques jours avant, après quoi il a été soumis à déluge d'injures homophobes.

Suite à la diffusion de ce qu’il était en train de faire dans ce parc, la population a commencé à le harceler.

«Bouleversé, il s’est enfermé dans la chambre pendant deux jours. Il a couru soudainement à l’extérieur de la maison, après-midi en s’incendiant lui-même » déclare son père. De l'état actuel de son fils, il a ajouté: «Il est incapable de parler correctement. Les médecins disent qu'il est hors de danger».

Des plus jeune des cinq frères et sœurs, les amis disent que le dernier était un étudiant brillant et prometteur qui espèrent devenir ingénieur après avoir obtenu une distinction dans ses examens scolaires récents.

L'incident intervient quelques semaines après que le ministre de l'Indien des Finances Arun Jaitley ai publiquement condamné la criminalisation de l'homosexualité, en disant la communauté LGBT ne pouvait plus être ignorée. L'article 377 du Code pénal indien criminalise les actes homosexuels comme «contre nature», et peut être punie jusqu'à 10 ans de prison.

 

source : TIMES OF INDIA