Ferme La Bourrasque

Les paniers bios bientôt de retour

André-Constantin Passiour
Commentaires
Ferme La Bourrasque

Signe indubitable que le printemps arrive, Maxime Dion et Philippe Benoit, les agréables producteurs de la Ferme La Bourrasque, ouvre la période d’inscriptions pour les paniers bios. Une procédure simplifiée, moins contraignante que par les années passées et qui permettra de choisir parmi ses légumes préférés… De 180 familles ou personnes abonnées l’an passé, on s’attend à ce que cela grimpe à plus de 250 en 2016 ! Et votre panier comportera des nouveautés également…

Il s’agit d’aller sur la boutique en ligne de la ferme et de s’inscrire. Cette année, on a étendu les inscriptions jusqu’en juillet pour les retardataires, mais il faut s’attendre à une variation du prix à ce moment-là. Quant au point de ramassage, encore là, rien de bien sorcier: le marché Saint-Jacques (à l’angle d’Amherst et Ontario), chaque mardi, entre 16h30 et 18h30 ! Et attendez-vous à plus de produits cette année ! Vous pourrez choisir vos légumes grâce à une liste de deux groupes : légumes racines (betteraves, carottes, etc.) ou feuilles (laitues, etc.). Ainsi, si vous n’aimez pas des betteraves, eh bien on ne vous les imposera pas… Si vous ne pouvez pas vous rendre au marché Saint-Jacques cette journée-là, vous pourrez avertir les deux agriculteurs sur le site web et vous irez chercher votre panier à un autre endroit… 
 
«C’est déjà notre 5e année de production. En 2015, nous sommes devenus propriétaires d’une terre de 15 hectares, dont deux en forêt. On a construit un bâtiment agricole avec des chambres réfrigérées et de conditionnement des aliments (lavage) et, à l’étage, nous avons maintenant notre chez nous!  Nous avons aussi deux grandes serres pour faire des tomates plus tôt et plus tard dans l’année ainsi que des concombres, des haricots, etc. On pourra donc offrir des tomates chaque semaine», explique le dynamique Maxime Dion.
 
En plus de la multitude de légumes déjà produits. On en introduit de nouvelles sortes cette saison-ci. Par exemple, de la patate douce. Ce légume tropical sera à l’essai, ainsi que des champignons pleurotte de champs, on cueillera également du céleri rave ou encore un poivron doux long jaune orange pas mal sucré paraît-il. «Nous étudions les techniques, nous faisons des tests afin d’élargir la gamme de légumes offerts et qui soient bios», dit M. Dion.
 
«Chaque année on essaie de rajouter des produits pour que ce soit plus intéressant pour la personne qui s’inscrit à nos paniers. Par exemple, en partenariat avec d’autres producteurs, on offre des œufs bios. Cette année, on regarde la possibilité de pouvoir se procurer du pain en collaboration avec un boulanger qui fait du bio lui aussi. Il s’agit de créer des partenariats avec les intervenants bios, c’est nouveau et c’est à l’avantage de tous, y compris du consommateur. Et c’est un de nos points forts de rallier ainsi les producteurs comme nous», souligne Maxime Dion.
 
Si on ne s’abonne pas aux paniers, qu’à cela ne tienne, on retrouvera nos deux sympas fermiers, du jeudi au dimanche, de juin à la fin octobre, au stand «Bio Locaux», au marché Jean-Talon ! On s’unit à d’autres producteurs et l’on se partage les coûts du kiosque pour une présence à ce marché très couru de la métropole. «Chacun arrive avec ses spécialités et l’on finit par développer des productions particulières. On augmente ainsi la qualité des légumes présentés. Et c’est super agréable de rencontrer les gens et de discuter avec eux à ce marché-là», note Maxime Dion. 
 
Ferme La Bourrasque  312, rang Brodeur, Saint-Nazaire d’Acton