Cuba et la Havane

Un aperçu avant le grand débarquement

Collaboration Spéciale
Commentaires
Cuba et la Havane

Six ans. Voilà déjà six ans seulement que je me rends à La Havane ‘pour couper l’hiver en deux’. Ô que de semaines perdues au Mexique, République, Bahamas et autre Jamaïque Dominicaine.

On ne parle pas de Cuba ici, surtout pas de ses hermétiques et convenus tout compris, mais bien de sa formidable capitale, La Habana. Si belle et si tout croche. Charmante, grouillante. Intrigante et aussi si gaie, parfois…
 
Marcher La Havane et croiser quelques dieux locaux, c’est ça La Vida ! On s’entend : Montréal n’est pas très belle mais a du charme.
 
PlageLa Havane regorge de toutes sortes de charmes et est très belle (quoi qu’en perpète facelift, pour l’être encore plus). Et ses Cubains, et ses Cubaines itou, « d’une remarquable beauté ». 
 
Marcher le long du Malecon, cet impressionnant bras qui longe la mer, c’est magnifique et dépaysant. Marcher sur le Malecon et se faire reluquer par un Cubain plus ou moins jeune, voilà qui surprend déjà.
 
Vous ne parlez pas l’espagnol ? Pas grave, no problemo, eux autres non plus ! En fait sont bien rares ceux qui se débrouillent en anglais, mais on arrive quand même à se comprendre ;)
 
Ah, le Malecon… ne pas confondre avec mâle et cons (s’cusez la) : ils ne le sont pas, cons. Ils vous désirent pour vrai. Pour vous connaître, pour être gentil, c’est dans leur nature ; pour être votre guide et votre partenaire d’une nuit… ou votre partenaire de vie ? Holà là.
 
CubaCertains les appellent « Jineteros». Ils vous désirent, Vous. Et peut-être vos pesos itou. 
 
À La Havane vous êtes beau, désiré, vous vous sentez irrésistible. Vous le croyez, du moins. Et ça vous fait tellement de bien. Personnellement jamais un gars ne m’a ouvertement demandé de pesos d’amour, mais ils s’y attendent, sûrement. Sont beaux, sont pas cons pis sont pas riches...  Si vous avez assez de pesos pour venir à La Havane, vous devez en avoir bien assez pour venir avec eux ? 
 
Un pequeño regalo para ti… Il y a de vrais putes, mais aussi de vrais gais à La Havane.
 
Les endroits gais sont diversifiés et souvent éphémères, dont de grands clubs archi bondés. On découvre le « coin gai » près du Malecon à partir de la cafétéria extérieure du Infanta (sur la rue du même nom), mais que tous appellent le Bim Bom (à l’ombre du splendide hôtel National). 
 
Rue chaude tard tous les soirs (s’y donnent rendez-vous plusieurs dizaines de fugueurs), resto-bar branché (le Toké !) et club travelos quétaine comme on les aime (le Las Vegas). Demandez au chauffeur de taxi de vous y conduire. Il rira peut-être de vous, mais sans méchanceté. Les Havanais sont moqueurs de même. 
 
Et si gentils. Et si chaleureux. Et très ouverts… On se demande même parfois si la bisexualité n’est pas un mode de vie… à tout le moins hétéros mucho flexiblés ! (Et comme partout, faut juste savoir piffer les profiteurs beaux parleurs).
 

TE

Pour ma part, je me rends depuis quelques années à Santa Maria del Mar, à une vingtaine de minutes de la capitale. Plage et grande ville, mer et sensations, hôtels muy cheapos (pas pour les princesses !), que demander de plus ?!? (Du bon manger ? Euh… ça se peut !)
 
La belle et très longue plage publique accueille nombre de familles cubaines la fin de semaine, et il y a même plus loin un petit segment gai sympa (Mi Cayito) fréquenté par des touristes en tout genre, certains en monokini plus ou moins serré, et aussi des Havanais tout sourire. Sous la haute bienveillance d’austères policiers armés dans leur uniforme gris avec petit béret assorti (on ne peut pas se sentir plus en sécurité qu’à Cuba…).
 
Et pour les aventureux, quelques coquins bosquets aux alentours (attention bien sûr aux pick pockets !)
 
J’ai maintenant des amis en ville, dont le gros Roberto, chauffeur de taxi bi, qui aimerait sans doute vous y accueillir et vous guider, s’il a le temps bien sûr (surtout avec tous ces touristes d’Italie, d’Allemagne, du Mexique, de France, d’Edmonton ou de Calgary, de Russie et tutti quanti, qui y vont et qui y viennent…).
Dire que ça nous prend, à nous, à peine 3 heures et demi.https://www.facebook.com/roberto.garce.9
 (¡Si si : il ont maintenant facebook ! Et he speek englisss !)
 
Eh bien voilà, Monsieur : bientôt les Américain$ vont débarquer !!! Catastrophe en vue ??? La plage gaie va forcément se développer… mais comment ? Les McDo, les Tim Horton, les panneaux publicitaires (hormis ceux de la ¡?Viva Republica Socialista !, vont-ils polluer à jamais MA Havane ? Et tout ce qui vient probablement avec ?
 
Je ne le sais pas, je ne le souhaite pas, mais un petit conseil si vous le pouvez, Monsieur: allez-y pronto! Et je vous souhaite le paradiso avant la fin de vos jours, mi bello Québecoso !
 
Pierre Monsieur Poirier    Viapp13@gmail.com