Entrevue vedette du ZIP d'hiver 2015-16

Dallas Steele chez TitanMen

Marc Antonios
Commentaires

Il y a quelques semaines, de manière un peu coquine, notre ami Jesse Jackman nous informait sur son compte Facebook que ce bel homme mature aux yeux bleus et aux cheveux poivre et sel était devenu un exclusif pour TitanMen. Il n’en a pas fallu plus pour attirer les regards admiratifs et quelques mâchoires qui se déboîtent…  Quelques jours plus tard, le 3 novembre, TitanMen annonçait donc officiellement que Dallas Steele devenait le plus récent exclusif de la maison.


Mesurant 6’3’’ et pesant 220 lbs, Steele se présente avec un corps athlétique et musclé, des tatouages, une certaine pilosité et une barbe courte de couleur châtain. Il n’est pas inconnu au studio puisqu’on l’a aperçu dans deux productions : soit Break A Sweat et Blue Collar Ballers. Dallas Steele fait d’ailleurs la couverture du film Blue Collar Ballers en compagnie de Dirk Caber (voir ZIP No. 94).

«Il n’y a qu’une poignée de maisons pornos gaies légendaires et TitanMen est l’une d’entre elles, de commenter Dallas Steele. TitanMen est une marque puissante représentant une masculinité, une sexualité et un style des plus intenses. Leurs productions sont de bon goût, bien éclairées, bien photographiées, hautement sexuelles sans être de basse qualité. Quant au montage, il est vif et bien rythmé offrant au public ce qu’il désire voir à l’écran. […] Je suis vraiment honoré de faire partie de TitanMen.»

 «Il possède le charme d’un acteur de cinéma, il est bâti comme un dieu grec, il nous offre une grosse queue qui reste dure et il peut soutenir un dialogue comme un véritable comédien. Il a une brillante carrière devant lui et nous sommes extrêmement heureux de le compter parmi nous, ici, dans la famille de TitanMen. Après 20 ans à la télévision en tant que reporter et chef d’antenne, Dallas est prêt à entreprendre un tout nouveau chapitre dans sa vie. Alors faites attention, il s’en vient !», a déclaré pour sa part Keith Webb, le vice-président de Titan Media.

Avant d’aboutir chez TitanMen, Dallas Steele avait enregistré trois scènes pour MenAtPlay.com, soit avec Logan Moore, Flex et Robbie Rojo.

Dallas Steele vient ainsi rejoindre cette belle écurie d’exclusifs de TitanMen qui comprend déjà les Matthew Bosch, Eddy Ceetee, Jay Bentley, Jesse Jackman, Eric Nero, Nick Prescott, etc. Bref, je crois qu’on vient à peine de commencer à parler de Dallas Steele.

Voici donc l’entretien réalisé avec ce gars simple, humble et ultra sympa.

---

Premièrement, pour commencer, peux-tu nous expliquer ce qui t’as poussé à faire de la porno ? Est-ce quelque chose que tu contemplais de faire, même lorsque tu travaillais dans les médias ? Étant déjà une personnalité publique, est-ce que cela a aidé ou, au contraire, nuisait à une possible carrière dans la porno ?

J’ai toujours voulu faire de la porno, mais travaillant dans le milieu de la télévision généra-liste signifie de grandes limitations quant à ce que l’on peut accomplir à l’extérieur de la profession. J’aime les hommes. J’aime le sexe. J’aime aussi montrer mon corps. Tous ces trois éléments mis ensemble font en sorte que la porno soit toute indiquée pour moi. Une fois mon départ officialisé du domaine des nouvelles télévisées, je pouvais agir et mon passé de reporter et de chef d’antenne importait peu. Dans certains cas, je suspecte plutôt que cela suscitait le fantasme de milliers d’hommes qui me regardaient lire les nouvelles dans différentes villes à travers le pays.

Est-ce toi qui a initié les démarches de faire de la porno ou bien est-ce qu’un chasseur de têtes d’un studio t’as contacté. Quand as-tu débuté dans l’industrie ?

Depuis des années déjà que mes amis m’encourageaient à faire de la porno mais, ultimement, ce fut ma décision d’aller sur le site de COLT et puis sur celui de TitanMen et de faire application et ce, le même jour ! COLT m’a alors appelé deux semaines plus tard et TitanMen a suivi.

Tu as fait le saut de la télévision (nouvelles) à la porno. Comment cela a-t-il été perçu par ton entourage, ta famille, tes amis autour de toi ?

Il y a eu tout un choc chez les gens qui travaillaient avec moi en télévision. Par contre, pour ma famille et mes amis, cela n’était pas un choc du tout. La plupart des gens proches me connaissent, ils savent que je suis un être sexuel et que j’aime me montrer, alors le fait d’aller devant une caméra ne les a pas trop surpris (comme bien d’autres choses dans ma vie d’ailleurs). Si je suis «out» au sujet de la porno, pas beaucoup de gens dans la famille ou les copains savent, en revanche, que je suis également escorte. Mais, encore là, je ne crois pas que cela arriverait comme une si grande révélation [pour eux].

Est-ce que tu étais avide de la porno et qu’en regardant ces scènes tu t’es déjà dit que tu pourrais en faire toi aussi un jour ?

J’ai TOUJOURS aimé regarder de la porno, qu’elle soit hétéro ou gaie. Mais honnêtement, je ne pensais jamais avoir le corps pour ça ou la grosseur de queue nécessaire. Dans mon adolescence, j’étais assez gros. À 15 ans, je pesais 240 lbs et mon tour de taille faisait 42 pouces. Ce n’était pas rien ça. À l’école, je me faisais insulter et intimider. Alors j’ai abandonné mes études, je ne voulais plus aller à l’école pour ne pas me faire écoeurer. Puis, j’ai réfléchi, j’ai passé un examen qui m’a donné le droit de faire des études collégiales et de passer par dessus le secondaire. J’ai été au collège et j’ai fini deux ans plus tôt que ceux de ma classe. Durant ces deux ans, je me suis pris en main et j’ai perdu du poids. Après le collège, j’ai commencé à aller au gym, j’ai fais des haltères et je n’ai jamais lâché depuis. À présent, j’utilise toute mes expériences et ce que j’ai vécu et appris afin d’aider les autres, les inspirer et les motiver en tant qu’entraîneur personnel.

En général, comment pourrais-tu décrire tes premières scènes ? Comment cela s’est-il passé car, être devant la caméra en tant que reporter est une chose, être complètement à poil et avoir du sexe en est une autre ?

J’étais très nerveux. J’avais déjà posé nu pour des photos, pour COLT, mais pas pour de la vidéo. Ma première scène fut un solo de masturbation pour COLT Studios. Cela s’est très bien déroulé, du moins je l’espère. Par contre, j’ai eu bien du mal à jouir à la fin. On le sait, la scène d’orgasme (cum shot) est le point culminant de chaque scène et les performeurs sentent alors toute la pression. Vous avez toutes ces équipes (de techniciens) et parfois votre partenaire de scène qui attendent que vous veniez. Parfois, cependant, vous vous êtes retenu tout le temps, soit le temps que l’équipe ait filmé toutes les prises utiles que, quand quelqu’un crie «go !», c’est difficile de s’ima-giner que l’on puisse jouir immédiatement et renverser le conditionnement qui stoppait la jouissance. Toutefois, l’expérience fait en sorte que l’on apprend ce qui marche ou non pour vous [pour faciliter ainsi l’orgasme] 

Parles-nous un peu de tes scènes dans Blue Collar Ballers et Break A Sweat ?

Ces deux films-là marquaient mes débuts avec TitanMen. Dès le départ, j’ai été grandement admiratif du professionnalisme des équipes de tournage et des autres acteurs. Dirk Caber et Hunter Marx sont des gars tellement hot que les scènes se sont enchaînées sans effort presque. Ces deux productions marquent aussi mes débuts en tant que bottom devant la caméra. Auparavant, je ne faisais que du «top». Je ne sais pas si vous le savez, mais je suis 100% versatile, je veux être ainsi sûr de ne rien manquer de l’action et du plaisir, si vous voyez ce que je veux dire ! (clin d’œil)

 

Tu as déjà joué pour Raging Stallion, COLT, Men At Play et pour TitanMen. Que peux-tu nous dire de cette expérience que tu as acquis dans la porno, est-ce à quoi tu t’attendais, ou pire ou mieux encore ? Y a-t-il une véritable différence entre ces studios ?

Je dois avouer que mon expérience n’est pas du tout ce dont à quoi je m’attendais. L’industrie reflète une image où tout le monde fait de la drogue ou alors on tient des orgies sans fin et que les directeurs des studios prennent avantage des acteurs. Ayant tourné dans un total de 17 scènes (neuf seulement ont été rendues publiques jusqu’à présent), je n’ai jamais été témoin de quelqu’un de saoul sur le plateau et encore moins intoxiqué. Quant aux équipes avec lesquelles j’ai œuvré, elles ont toutes été incroyablement professionnelles, sans vouloir coucher avec les acteurs ou interférer dans leur travail. Il en est de même pour les dirigeants des autres studios comme Men At Play, COLT ou Titan. Les dirigeants sont des gens d’affaires avec une très bonne compréhension du milieu et que des limites existent entre les studios et les acteurs. Par contre, cela ne veut pas dire que je n’avais pas des fantasmes à vouloir baiser certains membres d’équipes de tournage ou des responsables de studios, j’aurais voulu le faire avec la plupart d’entre eux, mais cela ne serait pas une bonne idée tant que je serai dans le domaine de manière active.

Il y a, en effet, des différences nettes entre les studios. Je ne discuterai pas ici de détails quant aux cachets, les hôtels dans lesquels vous séjournez ou les acteurs avec lesquels vous jouez, mais il y a des divergences marquantes entre les studios. J’encourage les nouveaux performeurs à s’informer des divers studios auprès d’autres gars dans l’industrie avant de prendre une décision. Certains vous traitent bien mieux que d’autres et certains autres pondent un meilleur produit que d’autres…

Est-ce que tu pensais que TitanMen t’offrirait éventuellement un contrat d’exclusivité ou que tu continuerais uniquement à jouer dans quelques scènes de temps en temps ?

Il serait stupide et même un peu arrogant pour quiconque de «s’attendre» à ce qu’une entreprise aussi légendaire que TitanMen lui offrirait un contrat d’exclusivité. Que l’on me comprenne bien, j’étais déjà très honoré que l’on m’appelle pour ces deux premiers films et vous pouvez vous imaginer aisément le choc agréable et la surprise que cela m’a procuré que de me voir offrir un contrat d’exclusivité avec eux. La porno est une industrie présentant beaucoup de défis et que de se faire offrir une garantie est quelque chose de très rare. Alors je me sens extrêmement honoré que Titan m’ait fait une telle promesse [d’exclusivité].

À quoi ressemble une journée «normale» dans la vie de Dallas Steele ?

Il y a le petit-déjeuner et le gym en matinée, ensuite l’entraînement avec des clients en après-midi et en début de soirée et, puis, si c’est le cas, je rencontre un client pour la partie escorte (www.rentmen.com/DallasSteele). S’il n’y a pas de client, je passe ma soirée avec mon chum, DJ. Il a 32 ans, mais il a l’allure d’un jeune de 22 ans. Et même s’il ne fait pas de la porno, il adore montrer son beau corps sexy. Vous pouvez le voir sur Twitter @boysteele. Généralement, on se couche vers minuit pour se lever vers 8h.

As-tu des passions, des hobbies à part la porno ? Quelle est ta bouffe préférée ?

Ma passion, c’est vraiment l’entraînement, la musculation et participé aux compétitions régionales, cela fait déjà cinq ans que je m’entraîne pour le circuit des compétitions. Mais maintenant que j’ai dépassé les 40 ans, je ne sais pas si je vais retourner un jour à la compétition car cela exige trop d’efforts, de diète extrême, ce n’est pas très amusant. À part le gym, j’aime énormément voyager n’importe où. Mon métier à la télé, la porno et le service d’escorte m’ont permis de vo-yager un peu partout aux Etats-Unis, dans les Caraïbes et en Espagne. Malheureusement, je n’ai pas encore eu la chance de visiter la plupart des pays européens.  Cependant, les gens de TitanMen ayant vu la qualité des vidéos produites par Men At Play (MAP), ont décidé de me «prêter» à ce site (www.menatplay.com) dans un avenir rapproché. J’espère donc pouvoir retourner en Espagne le printemps prochain pour un autre tournage et j’en profiterai alors pour prendre des vacances et explorer un peu plus l’Europe.

J’adore aussi les croisières, spécialement les croisières gaies. DJ et moi avons déjà planifié une croisière Atlantis Caribbean (www.atlantisevents.com), nous partons de Fort Lauderdale pour un périple entre les 23 et 31 janvier. Cela fait neuf ans que je vais à de telles croisières, je sais que plusieurs de mes amis et fans européens sont également de la partie ! J’ai hâte de les rencontrer tous et, cette année, ayant fait bien de la porno, je pense que plus de gars encore vont me reconnaître !

Bon, pour ce qui est de mon plat préféré… Je ne peux pas choisir rien qu’un, alors je vous en donne trois : la pizza, les pastas et les sushis !

Es-tu au courant de tes prochains tournages ?

Il y a déjà quatre films de réalisés pour le compte de TitanMen et qui seront lancés en 2016. Je jouerai huit films supplémentaires pour eux l’an prochain. Sans révéler trop des thèmes incroyables qui seront ainsi abordés, je peux vous dire des mots clés qui s’y rattachent : baseball, élections, cuir et motocross.

Nous voyons que tu es vraiment bien bâti avec un corps d’enfer, combien de temps passes-tu au gym par semaine ?

Je fais de la musculation quatre jours par semaine, ensuite du cardio et des pectoraux. Donc, cela veut dire que je m’entraîne sept jours par semaine à raison de deux heures chaque fois. En 26 ans, je n’ai manqué que 52 jours incluant les weekends, les jours de fêtes et de maladie.

Dans une récente entrevue avec le média officiel de l’industrie (jrlchartsonline.net), tu mentionnais que tu utilisais des «joue-ts», à part ces joujoux sexuels, est-ce que tu t’aventures dans des jeux plus kinky et jusqu’où es-tu prêt à aller ?

Oui, j’aime les jouets, j’ai un sling, un banc pour fourrer et une superbe machine à traire (pour vous faire venir) que j’ai acheté l’an passé chez SeriousKit d’Angleterre  (www.seriouskit.com). J’ai du plaisir à essayer presque n’importe quoi qui n’implique pas du sang, de la douleur ou de la scatophilie. Je n’aime pas les jeux de torture ou quoi que ce soit du genre. J’ai déjà «fisté» en tant que top, mais les fois que je me le suis fais faire comme bottom, on peut les compter sur quelques doigts seulement (bon, quel jeu de mots involontaire !). Ayant dit cela, il vous faudra me regarder prendre tout un fisting, pour la première fois devant la caméra, dans une des prochaines productions de TitanMen en 2016 ! Voilà, c’est dit !

À part ça, j’aime bien le cuir, le néoprène et le rubber, j’aurais aimé pouvoir m’en payer plus encore parce que c’est trop hot.

 

Quelle serait ta scène de rêve, ton fantasme devenu réalité devant une caméra ?

J’ai une multitude de fantasmes, c’est dur de ne choisir qu’un seul. J’aime les scènes où je domine l’autre totalement ou, à l’inverse, je me fais dominer complètement. Dans la plupart des films, je suis le top ou, à tout le moins, versatile, mais l’année prochaine, dans une nouvelle scène de TitanMen, je serai le bottom de Diesel Washington, pour un acteur, cela signifie d’être totalement soumis. Je voulais qu’il fasse de moi sa «bitch» et qu’il m’utilise comme bon lui semblerait et, comme vous pourrez le voir avec mes larmes qui coulent sur mon visage à sucer son engin de 10x7 pouces, vous comprendrez facilement qu’il (Washington) a très bien réussi son rôle ! Par contre, le jour d’après, tout de cuir vêtu, j’étais le daddy dominateur absolu sur un autre acteur. Ouf !

Et, en parlant de gars justement, c’est quoi ton style d’homme ?

Eh bien, comme ceux avec lesquels vous me voyez dans les films, j’aime les gars musclés, sexy, bien membrés et passionnés. Cela étant dit, cela ne veut pas dire que je ne trouve pas intéressant des gars que l’on appelle «ordinaires». Certaines de mes meilleures baises l’ont été avec des hommes sur qui des gens pourraient lever le nez et pourtant… Mais la façon qu’il embrasse, le niveau de connexion qui s’établit et la passion sont pour moi,  autant importants que le look du gars. J’ai bien de la misère avec les gars obèses, ceux qui sont des consommateurs de drogues et ceux qui sont imbus d’eux-mêmes.

Tu l’as un peu mentionné plus haut, tu es donc versatile si je comprends bien ?

Oui, absolument, je ne veux rien manquer qui soit plaisant ! 

Alors quelle est ta position favorite ?

Que ce soit en tant que top ou bottom, la position où je peux voir mon partenaire et l’embrasser, c’est ce que je préfère. Cela si-gnifie qu’il est sur son dos et les jambes  en l’air ou encore que je suis sur mon dos et les jambes élevées. Cela ne signifie pas que d’autres positions ne seraient pas hot mais, pour moi, il n’y a rien de tel que de pouvoir regarder les autres dans les yeux, les embrasser lorsque tu es prêt à venir pendant que tu les fourre intensément ou alors pendant qu’ils te pinent !

Est-ce que tu effectueras bientôt des tournées de promotion ? Risque-t-on de te voir un jour ici au Canada, à Montréal peut-être ?

J’adorerais visiter le Canada. Peut-être un club de Montréal pourrait m’inviter à faire une performance ? Ayant demeuré à Ann Arbor, dans l’État du Michigan durant trois ans, j’ai souvent été faire un petit tour à Toronto, j’ai trouvé que les Canadiens étaient des gens merveilleux.

Alors bonne chance Dallas Steele, merci pour cette entrevue.

Ce fut un véritable plaisir, merci beaucoup à ZIP

 

PHOTOS : TitanMen.com