Brandon Jones & Samuel Stone

Rencontre avec le couple «princier» de la porno d’ici

Marc Antonios
Commentaires
Brandon Jones & Samuel Stone
Photo prise par © Brandon Jones & Samuel Stone

En 2014, Dirk Caber et Jesse Jackman nous faisaient un grand honneur d’être en page couverture du ZIP ! C’était notre première entrevue avec un véritable couple de  vedettes pornos ! Même si cela n’avait pas été planifié ainsi, le hasard a voulu qu’en février 2015, c’était Cutler X et Adam Russo, un autre couple très actif dans l’industrie, qui avaient accepté de faire la couverture. Le sexy Brandon Jones (30 ans) et son chum Samuel Stone (23 ans), donc un troisième couple, ont bien voulu se prêter au jeu de l’entrevue et de la page frontispice du No. 106 de ZIP (Printemps 2016)! Un vrai régal pour les yeux d’ailleurs !


L’un, Brandon, possède des bleus hallucinants, l’autre, Samuel, nous charme avec son regard mélangé bleu azur et vert, et les deux nous font fondre sur place tellement ils nous ensorcellent par la magie de leurs paroles, leurs gestes, leur langage corporel…  

Dans le métier depuis plus de cinq ans, Brandon Jones cumule plusieurs dizaines de scènes pour certains des plus grands studios : COLT, CockyBoys.com, Falcon Studios, Lucas Entertainment, NextDoor, MenofMontreal.com, etc. De son côté, Samuel Stone a commencé dans la porno il y a deux ans et il s’est commis pour des épisodes de CockyBoys.com, MenofMontreal.com, Squirt.com, etc.

Ils nous parlent ici de leur relation de couple, du métier, de l’industrie et de leurs projets… Rencontrés juste la veille de leur départ pour le méga party Hustlaball de Las Vegas (qui a eu lieu du 15 au 17 janvier dernier), ils nous ont dit qu’ils s’en allaient justement tourner des scènes pour un tout nouveau site : JonesExposed.com qui devrait être en ligne sous peu. On apprenait qu’ils avaient avec eux des joueurs de gros calibres, les Trenton Ducati, Dominic Pacifico et Darius Ferdynand… Vous en bavez d’avance ? Cela s’annonce plus que bien pour ce couple !

Brandon et Samuel se sont rencontrés il y a deux ans et demi. Samuel, un gaspésien d’ori-gine, désirait faire de la porno, mais ne savait pas par où commencer… Un de ses amis l’introduit à Brandon Jones et cela fut le coup de foudre ! Évidemment, ils ne se sont pas quittés depuis. Ils construisent leur nid patiemment tout en évoluant dans l’industrie porno. Ayant tous les deux fait des écoles d’hôtellerie, il n’y a donc pas que la porno qui les réuni mais aussi leurs autres passions… Qui sait, peut-être qu’après la porno le couple nous ouvrira un resto avec de bons petits plats ? Seul l’avenir nous le dira…

Voici donc le compte rendu de cette belle rencontre…

Combien de scènes avez-vous tourné ensemble et séparément et pour quels sites ou studios ?

Brandon : Ensemble, il y a trois scènes sur divers sites, y compris CockyBoys.com. Personnellement, je crois que j’en suis à une centaine de scènes puisque j’ai tourné aussi pour HardBritLads.com, MenAtPlay.com ou encore UKNakedMen.com. Mais, ensemble, il y en a encore tout plein qui doivent sortir…

Samuel: Comme je commence dans le métier, je n’ai pas encore beaucoup de scènes. Il faut dire aussi que je travaille plutôt en restauration, ce n’est pas mon gagne-pain principal. À chaque voyage que l’on fait, on essaie de se filmer, de faire des scènes.

Cela fait combien de temps que vous êtes ensemble et dans qu’est-ce qui a fait que vous vous êtes rencontrés ?

Samuel : Comme je ne connaissais rien à la porno, mais que je voulais y entrer, alors je me demandais comment m’y prendre. Cela ne faisait pas longtemps que j’étais arrivé à Montréal puisque je viens de la Gaspésie. Puis, un de mes amis m’a dit de voir Brandon Jones. Je suis entré en contact avec lui et on a convenu d’une rencontre.

Brandon : À ce moment-là, j’étais producteur aussi. Donc, on a jasé puis il fallait bien essayer ce beau petit jeune-là (rires) !  On a eu un véritable coup de foudre, cela a cliqué immédiatement ! Et on s’est revu et puis, on ne s’est plus laissé… On vit une belle histoire d’amour depuis ce temps-là.

 

Comment est-ce que les gens vous perçoivent et cela vous cause-t-il des problèmes parfois ?

Samuel : Nous nous assumons pleinement, on assume ce que nous faisons donc, cela ne nous cause pas de problème. Même au resto où je travaille, les autres employés savent que je fais de la porno et ils l’acceptent.

Brandon : Plus tu es affiché et que tu assumes ce que tu fais et moins les gens ont des problèmes. La société a évolué et, aujourd’hui, les gens ont une vision différente de ce que nous faisons. Les gens nous approchent en tant que couple et c’est intéressant de voir qu’ils s’intéressent à nous justement.

Bien des couples dans la porno n’ont pas duré longtemps, avez-vous un secret pour que votre relation fonctionne et perdure dans le temps ?

Samuel : Il faut commencer par séparer la «job» de porn star du «quotidien» lorsqu’on est un couple qui est dans la porno. Il faut complètement faire une séparation entre les deux parce que c’est justement ça, une «job» !

Brandon : Oui, je suis entièrement d’accord. Je rajouterai aussi la communication, il faut se parler de ce que l’on vit. On est comme une «équipe». Il faut communiquer tout le temps l’un avec l’autre. Je crois que c’est cela aussi qui fait qu’un couple fonctionne ou non.

Samuel : Les gens nous approchent en tant que couple qui fait de la porno et c’est le fun aussi, parce qu’ils voient que nous sommes un couple «normal et ordinaire», on ne s’enfle pas la tête et on reste naturel. Cela aide le couple aussi, dans le sens qu’on ne se prend pas pour d’autres. 

Brandon : Même si on est un couple dans la «porno», il ne faut pas se limiter uniquement à cela non plus. Nous faisons des activités en tant que bénévoles soit pour Fierté Montréal ou d’autres causes qui nous tiennent à cœur, parce qu’il faut faire des choses gratuitement pour la communauté, participer aux événements, c’est gratifiant et c’est de redonner à la communauté ce qu’elle nous donne. C’est important de faire des activités qui ne sont pas reliées directement à la porno, que «l’acteur porno» s’implique dans les causes de la communauté. Il ne s’agit pas que de la carrière, mais de notre implication en tant que vedettes pornos pour faire avancer la cause…

 

Selon vous, où se situe l’industrie porno par les temps qui courent ?

Brandon : Le monde de la porno a évolué, il est plus accessible qu’avant pour le public. Avant, la vie des vedettes était moins affichée, moins exposée que maintenant. Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, les gens suivent la vie des acteurs sur Facebook, sur Twitter, sur

Instagram, etc. Par exemple, j’ai 90 000 followers sur Twitter. Et ça grossit tout le temps. Les gens veulent savoir ce que je fais, où je vais, avec qui je tourne. Ils veulent voir aussi notre vie de couple avec Samuel. Aujourd’hui, il est plus facile de tourner des vidéos qu’avant alors que cela se faisait par de grands studios. À présent, il vous faut très peu d’équipements et chaque acteur peut lui même faire ses propres scènes. Et, contrairement à avant, il y a énormément de porno gratuite sur le web. Les grands studios mettent aussi en vedette les acteurs qui ont le plus de fans parce qu’ils pensent que cela va leur rapporter. Ils prennent pour exclusifs ceux qui ont le plus de followers. Ça peut être un avantage tout comme cela peut être un désavantage lorsqu’on mise toujours sur les mêmes joueurs… C’est pour ça que l’on voit souvent les mêmes acteurs, surtout dans les productions des grands studios. C’est pour ça aussi que le public qui aime la porno vont voir des scènes tournées pour de petits sites ou par des acteurs, il y a plus de variété.

L’industrie est en train de se transformer, non seulement avec le côté plus «réalité» comme on l’a dit, mais aussi en ce qui concerne la clientèle. Le public de la porno est en train de changer et ne se cantonne plus qu’aux hommes gais. On l’a bien vu avec le type de porno – comme les séries bien scénarisées de CockyBoys par exemple – qui attire une clientèle de femmes hétéros et des lesbiennes qui regardent la porno gaie maintenant. Ce qui n’était pas le cas auparavant. Donc en sachant cela, cela demande une autre conception, une autre vision de la porno qui va plaire aussi à ce type public. 

Comment est-ce que vous réagissez face à tant de mortalités récentes dans l’industrie, surtout bien souvent des jeunes qui meurent ?

Brandon : Il y a beaucoup de suicides, d’overdoses, etc., je trouve cela épouvantable et très triste. C’est dans de tels moments qu’on voit combien c’est important d’avoir un bon système d’appui, des amis, de la famille… Pour ceux qui ne vivent que de l’industrie du sexe, cela joue énormément sur leur moral, sur leur «mental» parce qu’ils doivent bien se trouver une échappatoire de ce monde de sexe qui est très exigeant. Beaucoup d’acteurs sont aussi escortes alors, quand les clients ne te rappellent plus et que les studios ne te rappellent pas non plus – parce qu’il y a de plus en plus de jeunes qui veulent faire de la porno, donc ce n’est pas qu’il en manque – alors qu’est-ce que tu fais, qu’est-ce qui arrive ? C’est très difficile de s’y retrouver. J’ai pensé de créer un parrainage pour les porn stars gaies, pour les aider, les guider.

Au début, lorsque tu commences, il y a la visibilité, la renommée, on te veut partout, mais cela peut tomber très vite. Le problème c’est que les studios n’aident pas non plus, ils ne donnent pas de conseils, n’entourent pas suffisamment les jeunes porn stars. J’ai connu des moments d’inquiétude au début de ma carrière, mais j’ai été aidé et dirigé par [la réalisatrice chez Lucas à l’époque] mr. Pam, elle m’a beaucoup aidé sur ce qu’il faut faire et ne pas faire. On doit en faire plus pour ces jeunes hommes. C’est vraiment épouvantable de voir la mort d’un gars aussi jeune comme Jasper Robinson…

 


Est-ce que vous vous considérez comme tops, bottoms ou versatiles ? 

Samuel : On a des phases, des fois je suis plus top, des fois je suis plus bottom ! (rires)

Brandon : En général, on se considère plus versatile. Il fallait bien «dévierger» ça, ce beau petit cul-là (celui de Samuel) ! (rires) Cela dépend aussi de ce qu’on nous demande, de la scène qu’on tourne et avec quel partenaire… 

Quelle serait votre scène de rêve, votre fantasme devenu réalité devant la caméra ?

Brandon : On s’en va justement la tourner cette scène-là, dans le désert, dans une réserve naturelle, à l’extérieur de Las Vegas, près du Grand Canyon. C’est une scène vraiment très «mâle», avec des chemises à carreaux, etc. On a pensé à un scénario d’un couple qui voyage pour la première fois à Las Vegas, qui visite le désert, qui est excité et qui baise dans cet environnement à la fois romantique et aride.

Samuel : Je rêve d’une scène de vestiaire, ça ça m’excite au «boutte» ! Des vestiaires, avec un tas de beaux gars noirs autour de moi, des gars aguichants et bien bandants, ça m’excite au plus haut point… J’aimerais bien tourner ce genre de scène un jour…

Quand vous tournez une scène ensemble, comment distinguez-vous le partenaire sexuel – l’acteur porno – de l’amant ?

Brandon : Dans ce métier, il faut compartimenter les choses. Lorsque tu arrives sur un plateau de tournage, il y a un scénario, une direction, un réalisateur et des techniciens. Il y a tout un environnement qui sépare déjà le couple «normal» de ce contexte. Ce qu’on fait comme sexe, n’est pas nécessairement ce qu’on fait dans l’intimité entre nous. Donc, il y a ça aussi qui est différent. Il ne faut pas oublier que c’est dans un contexte professionnel, c’est une performance que nous donnons, c’est un show de sexe, ce ne sont pas les amants qui font l’amour dans leur vie privée. Il y a donc ce conditionnement mental qui entre en ligne de compte et qui fait que c’est totalement différent que de baiser ensemble… 

Samuel : Je sais tout de suite que c’est «professionnel». Ce n’est pas mon «chum» avec lequel je baise, mais bien «l’acteur» ! Donc oui, il y a une grosse différence comme dit Brandon. Cela étant dit, je suis toujours plus excité que lui lorsqu’on tourne une scène ensemble. Il y a un petit quelque chose de plus excitant quand même malgré le fait que ce n’est pas nous en tant que «couple» que nous tournons, mais en tant qu’acteurs…

Brandon : Je dois avouer que je trippe plus encore lorsque je suis à l’arrière de la caméra et que je vois Samuel avec un autre gars. C’est très excitant.

Dans le même ordre d’idée, vous vous en allez à Las Vegas, vous allez performer sur scène ensemble. Est-ce que vous aimez ça ?

Samuel : J’aime bien faire des performances devant le public. C’est un tout autre genre d’expériences que d’être devant la foule, devant des fans. Pour un couple de porn stars, cela peut être une intéressante expérience de couple…

Brandon : Mais, encore une fois, c’est comme une scène qu’on tourne ensemble, cela reste un show de sexe que nous faisons. Ce sont les deux «acteurs» qui sont sur scène et non le «couple»… Mais on peut avoir beaucoup de plaisir à le faire et à rencontrer les fans.   

Quels sont vos projets futurs ? 

Brandon : Nous avons réalisé que nous avons tout un following de fans dans notre quotidien. On mettait des photos de nos activités, des voyages, etc. sur nos différents comptes, donc on a vu la possibilité de mettre sur pied notre propre site parce que le potentiel est là. À Las Vegas, justement, nous allons tourner des scènes avec Darius Ferdynand, Dominic Pacifico, qui est un bon ami, et Trenton Ducati. Cela fait maintenant un an qu’on travaille à mettre en ligne ce site. On va le faire en collaboration avec Marko Lebeau [de MenofMontreal.com]. Ça va s’appeler JonesExposed.com.

Samuel : C’est un site où l’on retrouvera des entrevues avec des porn stars, des duos, des trios, des solos, etc. Une journée par semaine, on fera du direct. On va analyser l’intérêt des gens et si celui-ci augmente, on installera peut-être des caméras chez nous, à la maison, pour que cela soit diffusée comme un reality show… C’est très excitant et motivant de travailler sur le site. Nous avons plusieurs scènes qui ont déjà été tournées et qui sont en montage, on a hâte de les voir terminées et de les montrer au public.

 Brandon Jones & Samuel Stone

Merci bien pour votre temps Brandon et Samuel de répondre à nos questions juste à quelques heures de votre vol vers Las Vegas, cela a été passionnant.

Brandon : Merci bien à ZIP de nous donner cette occasion de nous exprimer…

Samuel : Ce fut très agréable, j’apprécie vraiment beaucoup cette opportunité…

 

Pour les crédits photos: MenofMontreal.com / Jonesexposed.com  FalconStudios.com / Os Acosta