Personnalité

La comédienne Rita Lafontaine s'éteint à 76 ans

Pierre-Olivier Courville
Commentaires

L'actrice québécoise Rita Lafontaine est morte lundi soir à l'Hôtel-Dieu de Montréal, où elle était hospitalisée depuis dimanche pour subir une opération chirurgicale.

Née le 8 juin 1939 à Trois-Rivières, elle a commencé sa carrière au théâtre avec le dramaturge Michel Tremblay. Elle a notamment été de la première distribution de sa pièce Les belles-sœurs, en 1968. Elle a par la suite tenu plusieurs rôles principaux dans ses œuvres, dont À toi pour toujours, ta Marie-Lou et Albertine en cinq temps.

Rita Lafontaine a également interprété des rôles au cinéma, entre autres dans Le soleil se lève en retard, réalisé par André Brassard, et La grande séduction de Jean-François Pouliot. Au petit écran, elle s'est illustrée dans plusieurs téléromans, dont Avec un grand A, Le retour et L'auberge du chien noir.

À l'initiative de cette comédienne, le programme de certificat en interprétation théâtrale a été créé en 2010 à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

En 2013, elle a perdu sa fille unique, Elsa Lessonini, morte d'un cancer. Elle laisse dans le deuil son conjoint Jacques Dufour. En 2005, Rita Lafontaine a reçu le titre d'officière de l'Ordre du Canada, et en 2011, celui d'officière de l'Ordre national du Québec

Son mari, Jacques Dufour, qui s'est confié à l'animateur Alain Gravel ce matin, a expliqué qu'elle était entrée à l'hôpital afin d'être opérée pour une perforation de l'intestin. L'opération a toutefois « mal tourné » et la comédienne a dû être plongée dans un coma artificiel. Elle est morte hier soir à 19 h 30. La gorge nouée par l'émotion, Jacques Dufour a parlé d'une « grande comédienne » et d'une « femme très humble ».

Les gens qui ont travaillé avec elle gardent le souvenir d'une femme drôle, passionnée et accessible. Le metteur en scène René-Richard Cyr, qui l'a notamment dirigée dans la pièce Bonbons assortis au Théâtre du Rideau Vert en 2006, encense son talent.

« C'était une comédienne qui avait une technique un peu particulière : elle disait tout, se souvient-il, c'est-à-dire qu'elle ne disait pas que le texte, elle disait aussi ce que le personnage pensait. Comme metteur en scène, c'était formidable de pouvoir travailler avec elle. »

La comédienne Clémence Desrochers, qui a donné la réplique à Rita Lafontaine dans La grande séduction, lui a également rendu hommage. Elle l'a décrite comme « une femme très attachante » et « proche des gens ».

Les gens étaient très proches d'elle et quand ils la rencontraient, c'était des rapprochements très, très vrais. Elle était vraie d'un travers à l'autre.

Sa vieille amie Jeannette Bertrand a loué son authenticité « complète » et son influence sur la société québécoise.

«Une actrice qui a marqué comme ça; les gens l'aiment profondément. Pourquoi? Parce qu'ils se reconnaissent en elle. Rita, c'est toutes les Québécoises.»

Le metteur en scène Yves Desgagnés estime quant à lui que :

« C'est elle qui a inventé le naturel et la vérité au théâtre. Il n'y a personne qui jouait plus naturellement. On avait même de la difficulté à croire qu'elle avait appris un texte par cœur. Elle avait une méthode, une façon de jouer [...] qui nous convainquait qu'elle était non pas le personnage, mais que c'était la vraie personne qui était avec nous ».

Rita Lafontaine nous a accompagnés toute sa vie, et j'allais dire toute ma vie aussi.

Michel Tremblay attristé par le départ de son amie Rita Lafontaine, qui a interprété 16 personnages du dramaturge, dont 12 écrits pour elle.

«Ça a été une immense interprète de mes textes. En quelque sorte, je la considérais quasiment comme une collaboratrice [...]. Elle était tellement présente quand j'écrivais pour elle que j'avais l'impression que c'est elle qui me soufflait les mots que j'écrivais, qu'elle était à côté de moi». - Michel Tremblay