France Associations / Sida

Le traitement préventif doit être disponible partout

Étienne Leduc
Commentaires

Le traitement préventif contre le sida ou Prophylaxie pré-exposition (PrEP) doit être disponible partout dans le monde et notamment en Afrique, selon Coalition PLUS, qui rassemble plusieurs associations de lutte contre le sida dont l'association Aides.

« Nous exigeons que la PrEP soit disponible au Nord comme au Sud, pour toutes les personnes qui, sans cet outil, risquent d'être contaminées par le virus » souligne Hakima Himmich, la présidente de Coalition PLUS dans un communiqué.

L'association précise qu'elle va lancer une campagne pour « la PrEP partout » à l'occasion d'une conférence internationale sur le VIH et les hépatites qui se tiendra à Bruxelles du 20 au 23 avril.

« Prévenir aujourd'hui c'est d'avoir moins de malades à traiter demain » note pour sa part Bintou Dembele, directrice d'une association de lutte contre le sida au Mali qui souligne que cet outil, combiné au préservatif « peut permettre d'empêcher des millions de contaminations ».

La PrEP consiste pour une personne fortement exposée au VIH, en raison notamment de rapports sexuels non protégés, à prendre une combinaison d'antirétroviraux à titre préventif. « La PrEP n'a pas pour but de se substituer aux autres moyens de prévention, mais vient se combiner à ceux déjà existants" rappelle le communiqué.

Bien que son efficacité ait été démontrée par plusieurs études, la PrEP n'est aujourd'hui disponible qu'en France, aux États-Unis, au Canada et au Kenya, alors même que « 66 % des nouvelles infections par le VIH sont concentrées en Afrique subsaharienne ».

« En réduisant les nouvelles infections, l'introduction de la PrEP dans la gamme des outils de prévention disponibles au Nord comme au Sud permettrait de faire des économies substantielles sur le long terme » poursuit Coalition PLUS qui appelle « tous les États à autoriser la PrEP et à mobiliser les investissements financiers nécessaires pour un monde sans sida d'ici 2030 ».