14 MAI 2016 - JOURNÉE DE LA VISIBILITÉ LESBIENNE

Qui suis-je?

Julie Vaillancourt
Commentaires
Journée de visibilité lesbienne

Le 14 mai prochain, à l’Écomusée du Fier Monde, se tiendra l’annuelle journée de la visibilité lesbienne.

C’est sous le thème interrogateur du «Qui suis-je?», que se présente cette journée qui vise l’inclusion de toutes les réalités lesbiennes. Organisé par le Centre de solidarité lesbienne (CSL), en collaboration avec le Réseau des Lesbiennes du Québec (RLQ), puis en partenariat avec Fierté Montréal, la journée de cette année se veut « être la plus inclusive possible pour les femmes qui aiment les femmes, alors le Qui suis-je? s’est imposé », explique d’entrée de jeu Marjolaine Landry, responsable du projet au CSL. Une question qui force nécessairement la réflexion, alors que le « Qui suis-je? » sera débattu tout au long de cette journée, par le biais de conférences qui exploreront « ce qu’il y a en marge, ce dont on ne parle pas assez souvent », appuie Marjolaine.  Dès 10h30, la première conférence « Je ne suis pas lesbienne, tu m’aimes quand même? / What’s Your Label? », offrira des témoignages de pansexuelle, assexuelle, bisexuelle et un couple où l’une est en transition. « On désire vraiment explorer, par rapport à la communauté lesbienne, notre pluralité », soutient Marjolaine. C’est d’ailleurs aussi dans cette optique que se positionne la conférence en après-midi, sous le thème « Être lesbienne: Une maladie de blanc?/ Being Lesbian: A White’s Disease? », puisque dès 15h30, 6 femmes de communautés ethnoculturelles viendront témoigner, sur deux panels, incluant une catholique, une libanaise, une algérienne et une autochtone bispirituelle. Une occasion de découvrir la diversité, en lien avec l’origine ethnique. D’ailleurs, même si nous sommes en 2016, la pertinence d’une telle journée demeure, explique Marjolaine, car « nous sommes encore invisibles, malgré tout! C’est près de la Journée internationale contre l’homophobie (du 17 mai) et c’est important qu’on parle d’homophobie et de transphobie, mais la lesbophobie a aussi ses particularités: c’est aussi pour cette raison que nous avons changé la date de l’événement. Beaucoup de femmes n’ont aucune idée des ressources et ne savent pas les activités qui sont organisées, en dehors de quelques soirées. »  À 13h30, un «atelier sexualité» sera animé autour des jouets érotiques. La vente d’articles sur place, n’est pas encore confirmée, mais c’est sans conteste une bonne occasion de prendre des notes pour votre prochaine séance de magasinage! « On va essayer de donner des cadeaux » promet Marjolaine. Qui plus est, comme les années précédentes, des kiosques d’organismes issus de la communauté seront présents tout au long de la journée, mentionnons entre autres, la Chaire de recherche contre l’homophobie, le GRIS Montréal, le RLQ, le CSL, LSTW, le Conseil québécois LGBT, Image + Nation, etc. « Ce qui est génial, cette année », conclut Marjolaine « puisque c’est à L’Écomusée du Fier Monde, les conférences seront dans les anciens bains au milieu et les kiosques seront autour. De cette façon, tout le monde - même celles aux kiosques - pourront entendre les conférences » De ce fait, même l’endroit se veut inclusif, au même titre que l’aspect bilingue (francophone/anglophone) des conférences, qui seront traduites! La journée se terminera par un 5@7 musical. Et puisque les organisatrices attendent plus de 200 filles, la visibilité sera nécessairement au rendez-vous!
 
La journée de la visibilité lesbienne 2016. 14 mai de 10h à 19h.
Écomusée du Fier Monde, 2050 rue Amherst, Montréal.
Prix d’entrée: 10 $ à la porte. Vous pouvez aussi vous procurer les billets en 
pré-vente, au coût de 8,50$ par paiement paypal via le site web du Centre de 
solidarité lesbienne. Vous pourrez récupérer vos billets à la porte, le jour de l’événement sous présentation d’une pièce d’identité: http://www.solidaritelesbienne.qc.ca
Événement Facebook: https://www.facebook.com