États-Unis

À San Francisco et Los Angeles, des policiers accusés d'homophobie et de racisme

L'agence AFP
Commentaires

Une série d'affaires secoue la police californienne, un agent étant poursuivi à San Francisco pour des textos homophobes et racistes, et un haut dirigeant des forces de l'ordre à Los Angeles étant accusé d'avoir envoyé des courriels insultants pour les minorités.

À San Francisco, l'agent Jason Lai (photo) faisait l'objet d'une enquête relative à des accusations d'agressions sexuelles, qui a mis à jour des « textos comprenant des remarques racistes et homophobes répréhensibles », selon un communiqué de la police locale.

Jason Lai, dont les textos à l'encontre d'Afro-américains, d'Indiens, de Latinos-Américains ou d'homosexuels ont été rendus publics, a été placé en congé administratif et pourrait être renvoyé définitivement, selon ce communiqué diffusé mardi.

D'après le directeur du bureau des avocats commis d'office de San Francisco, Jeff Adachi, « les textos racistes ou homophobes échangés par trois officiers de la police de San Francisco (dont Jason Lai) pourraient concerner jusqu'à 207 affaires criminelles ».

Jason Lai, dans la retranscription de ses messages téléphoniques, utilise à de nombreuses reprises le mot « nègre » et traite les Afro-américains de « barbares » et « d'animaux sauvages en liberté ». « Cela fait frémir de voir à quel point l'officier Lai déshumanise les citoyens qu'il a juré de servir », a ajouté Jeff Adachi dans un communiqué.

Parallèlement, le bras droit du shérif du comté de Los Angeles, Tom Angel, aurait fait circuler des « plaisanteries » douteuses depuis sa messagerie électronique professionnelle en 2012 et 2013, d'après le quotidien Los Angeles Times. Il était alors employé du commissariat de Burbank, une ville limitrophe de Los Angeles.

Dans une série d'échanges reproduits par le Los Angeles Times, Tom Angel transmet à un interlocuteur dont l'identité n'est pas révélée un courriel qui liste une série d'attentats commis par des « musulmans pieux » et qui s'intitule: « Les musulmans, on se doit de les aimer, on ne peut pas les punir?". Un autre courriel intime à son interlocuteur de « faire circuler » un message qui demande « pourquoi les terroristes musulmans ont une telle tendance à se suicider? » et d'énumérer une série de réponses très insultantes. Un autre message accuse les musulmans d'être « bêtes ».

Les Noirs ou les femmes sont également mis en cause dans d'autres messages. 

Tom Angel a déclaré au Los Angeles Times qu'il « s'excuse s'(il) a offensé quiconque, mais que l'intention n'était pas que le public voit ces plaisanteries ». Son supérieur, le shérif du comté de Los Angeles Jim McDonnell, a pour sa part déploré auprès du quotidien ces commentaires « qui divisent et sont contre-productifs », mais a dit ne pas envisager de sanctions.