Des voitures pour la belle saison

On enlève le foulard

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
fiat 2017

Tête nue au soleil, c’est ce dont on rêve quand arrive le prin-temps. Et l’idée de rouler en cabriolet vient alors nous titiller. Mais ce désir relève souvent plus d’une folie que d’un achat raisonnable. Est-ce la raison qui fait que les ventes de décapo-tables ont chuté de 44 % depuis l’année record de vente en 2004 ? Une petite nuance, mais de taille quand même, ce sont les cabriolets les plus abordables qui ont été les plus touchés. Sur le marché du luxe, la tendance se maintient. Peut-être parce que ses acheteurs ont les moyens de se procurer une voiture pour chaque saison. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

En ce mois de juin, petit tour du jardin, ou plutôt du garage, pour rêver, ou pour casser sa tirelire, du plus abordable au plus dispendieux des cabriolets.  Sachez qu’il est difficile de trouver une voiture découvrable neuve à moins de trente mille dollars. Pour moins, il faut se tourner vers des véhicules d’occasion. Avec un peu de patience, vous pourriez trouver votre bonheur. Pour 2016, les nouveautés en ce domaine ne sont pas nombreuses et d’autres se font attendre. 
 
Fiat 124 Spider et la Dolce Vita
Fiat a du mal à s’implanter en Amérique du Nord. Ne croyez pas que le nombre de Fiat 500 qui roule à Montréal et à Québec est révélateur de la bonne santé du constructeur sur le nouveau continent. Les Québécois-e-s sont friands des petits modèles, une autre exception culturelle sans doute. Cependant, la marque italienne n’a pas dit son dernier mot. Elle compte beaucoup sur la 124 Spider pour imposer une image sportive et jeune. Fiat s’inspire du modèle des années 70 qui utilise l’architecture de la Mazda MX-5, et l’intérieur est semblable au modèle japonais à l’exception du blason au centre du volant. Sous le capot, le moteur est d’origine italienne, signé Abarth et développant 160 chevaux. Il se peut que la 124 Spider rencontre le même succès que la Mazda MX-5 si la fiabilité est au rendez-vous. 
 
Land Rover Evoque décapotable 
Si l’on excepte les Jeep Wrangler, le Land Rover Evoque est le seul VUS à se découvrir. Le luxe mêlé au tout-terrain, l’Evoque possède toutes les qualités du baroudeur, qui ont fait la réputation de la marque anglaise, même avec un toit en toile. Nissan avait tenté l’aventure avec un Murano cabriolet, mais devant le peu de succès, hors des frontières de l’état de Californie où il était construit, l’expérience avait avorté. L’Evoque connaît un très grand succès au point où il inspire depuis les nouveaux modèles de la marque. Cette version découvrable a toutes les chances de trouver des amateurs au Québec. Le cabriolet toute saison en somme, agile en hiver et dans la neige, et s’ouvrant dès les premiers rayons du soleil. Autre parti-cularité, l’Evoque reste un véritable quatre places, ce qui est plutôt rare pour ce type de véhicule qui n’en compte généralement que deux. Certains sont dotés de deux places arrière mais qui sont le plus souvent symboliques, à moins d’être très petits pour bénéficier d’un minimum de confort.  
 
Land Rover Evoque
 
Mini cooper décapotable
Elle est la moins chère des décapotables. Avec un prix tout compris d’un peu plus de 30 000 $, vous pouvez repartir avec la version de base. Sachez que Mini est un spécialiste des options qui vont des bandes décoratives à l’éclairage de base. Certes, on peut personnaliser SA Mini mais le portefeuille s’en ressentira rapidement. En revanche, le plaisir de conduire sera au rendez-vous. Si la Mini a pris un peu de poids et a grandi aussi bien en longueur qu’en largeur, elle reste un jouet pour ceux qui aiment être aux rennes d’un véhicule alerte, sportif, avec une tenue de route irréprochable. Si en plus on peut se faire aller les cheveux au vent, que demander de plus. Reste que la marque sous la coupe de BMW souffre encore de défauts de jeunesse. Et on lui reproche une finition pas tout à fait au point, et des faiblesses question fiabilité. 
 Mini cooper décapotable
Volkswagen Eos et Beetle 
L’Eos ne sera bientôt qu’un souvenir. Le cabriolet à toit rigide rétractable sera bientôt retiré de la gamme Volkswagen. N’hésitez pas à discuter son prix puisque les concessionnaires de la marque auront qu’une seule envie, se débarrasser de leur stock d’Eos dont le prix n’est pas si alléchant pour un modèle en toute fin de carrière (plus de 40 000 $). En revanche la Beetle la moins chère sans toit est nettement plus abordable. La Beetle fait tout de suite penser aux vacances, au soleil, et dans sa présentation découvrable, ajoute au sentiment de liberté. Même si la marque allemande a connu des difficultés avec ses moteurs diesel ne correspondant pas aux normes anti-pollution, les produits continuent de bénéficier d’une bonne réputation en termes de qualité de fabrication et de fiabilité. 
 
Volkswagen Eos et Beetle
 
Hors norme : la Bugatti Chiron
Seulement 500 exemplaires seront construits de la voiture la plus puissante du monde. Et déjà plus d’un tiers des modèles à venir ont été réservés. On peut penser que l’ex-président du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, a déjà signé son chèque, lui qui est un grand amateur et collectionneur de voitures rares. La Bugatti Chiron est quasiment soulevée de terre par un 16 cylindre développant 1500 chevaux et atteignant le 100 km/h en 2.5 secondes. Vitesse maximale : 417 km/h. Et puis, à 3,8 millions de dollars canadiens l’exemplaire, on peut même choisir la couleur et personnaliser sa Bugatti en fonction de ses goûts. Sachez par exemple que les quatre haut-parleurs à notes aigües au diamant valent 6 000 $ chacun. Les premiers modèles seront livrés à l’automne et il est à peu près certains que vous pouvez demander un toit retractable. À ce prix, peu de risque que l’on vous refuse la modification.