Lu dans le «Times of Israel»

L’homophobie n’est pas une opinion

Collaboration Spéciale
Commentaires

Vous souvenez-vous de Shira Banki ? C’était cette jeune fille de tout juste 16 ans qui défilait le 30 juillet dernier lors de la Gay Pride à Jérusalem. Un homme, prétendument religieux, s’est jeté sur elle et l’a poignardée à mort. Elle a succombé à ses blessures trois jours plus tard.


La veille de son passage à l’acte le meurtrier faisait part de sa haine à l’encontre des homosexuels sur les ondes d’une radio israélienne.

Pourquoi ce rappel alors que nous n’avons pas encore atteint la date anniversaire ? Parce que d’autres propos ont été entendus cette fois-ci sur les ondes françaises de nos voisins d’antenne Radio J, bien que les deux situations restent différentes.

Le Grand Rabbin Sitruk, ancien Grand Rabbin de France, a exprimé avec « violence » je reprends ses propos toute sa désapprobation de la tenue le jour même de la Gay Pride à Tel Aviv vendredi dernier. Joseph Sitruk « crie son indignation dans des termes radicaux et violents ». L’homosexualité est une « abomination » et une « catastrophe ». C’est même une « tentative d’extermination morale du peuple d’Israël ». Face à un tel péril, Joseph Sitruk en appelle aux auditeurs de Radio J en leur demandant de « réagir de façon radicale à une telle abomination ».

Cette chronique prononcée quelques heures avant Shabbat est apparue pourtant très rapidement sur les réseaux sociaux de sorte qu’à la sortie du Shabbat il fallait se frotter les yeux pour y croire.

Comment un ancien Grand Rabbin de France pour lequel il nous est demandé de prononcer régulièrement des Psaumes face à son état de santé critique peut-il dans un sursaut, d’une voix chancelante, tenir de tels propos ?

On s’attendrait plutôt à des paroles de paix et de sagesse pour un homme qui, au crépuscule de sa vie et de son lit de souffrance, voudrait laisser la mémoire d’un pieux et d’un Maitre. On ne peut faire le reproche à Joseph Sitruk de son ultra-orthodoxie et de sa lecture littérale de la Torah. Mais a-t-il vu le monde évoluer ? A t-il entendu parler de Shira Banki ? Sait-il qu’en tant que maître il a des disciples qui entendront cet appel à une réaction « radicale » comme un appel au meurtre des homosexuels. Sait-il enfin qu’en France les propos homophobes sont pénalement punis par la justice ?

Je suis partagé entre un sentiment profond de dégout face à de telles paroles et paradoxalement une certaine clémence considérant l’état de santé de l’ancien Grand Rabbin de France en lui reconnaissant une certaine constance sur le sujet.

par Gabriel FAHRI

-------

Gabriel FAHRI est rabbin de la communauté Beth Yaacov, Aumônier israélite des hôpitaux et chroniqueur sur Judaïques FM. Ses thèmes de prédilection sont le judaïsme, la communauté juive, Israël et l’antisémitisme