Los Angeles

La cité des anges

Julie Vaillancourt
Commentaires
Los angeles

De par son nom évoquant les créatures célestes, plusieurs voient en Los Angeles la terre de tous les possibles, où vous pouvez marcher sur les étoiles, les croiser dans la rue, ou encore les observer au Griffith Observatory. Sans conteste, d’un point de vue d’une touriste québécoise, après un hiver qui n’en finissait plus, le soleil de Los Angeles, en avril dernier, séduisait, avec un « je ne sais quoi » de divin.

HollywoodOasis au milieu des étoiles
Avant que les ailes d’Air Canada ne se posent en sol divin, j’aperçois de par mon hublot (faut choisir le bon côté) les fameuses lettres H-O-L-L-Y-W-O-O-D. Si en 1923, l’enseigne servait de publicité au programme immobilier «Hollywoodland», aujourd’hui elle demeure une icône de l’industrie cinématographique. Si vous êtes cinéphiles, comme moi, vous voudrez les voir de près pour sortir votre kodak…À présent protégées par un coûteux système de surveillance, ces lettres hautes de 16 mètres ne sont pas accessibles au toucher… Vous pourrez les voir de «près» en empruntant Mulholland Drive, en voiture, ou encore en marchant — avec de bons souliers — et peut-être même un guide ou un GPS. Pour les moins aventureux, la vue de Beachwood Drive promets de beaux clichés. Parlant de points de vue, le Griffith Observatory offre une vue surprenante de Los Angeles et des Hollywood Hills, puis si vous y faites une visite nocturne, des étoiles, puisqu’il tient lieu de planétarium. C’est d’ailleurs à cet endroit que fut tournée la célèbre scène de bagarre dans Rebel Without a Cause (1955). Juché dans les collines et canyons, l’observatoire du Griffith Park est une oasis au milieu des étoiles. S’y rendre en transport en commun, en semaine, nécessite une difficile marche — ou un (onéreux) taxi — si la motivation vous fait défaut… Quoique dans les hills il y a rumeurs de serpents et coyo-tes, alors attendez la navette (disponible uniquement les week-ends) ou louez vous une voiture! Sans conteste, Los Angeles étant une ville de voitures, si vous avez l’idée de génie, comme moi, de vous y rendre en randonnée pédestre (avec petite bouteille d’eau et mauvaises chaussures) prenez donc le taxi pour monter et, pour redescendre, demandez à une gentille famille de vous ramener à la civilisation. Mon scénario final…
 
Ville du cinémaVille du cinéma
En regardant où vous mettez les pieds, marcher sur les quelques 2500 étoiles du Walk of Fame situées sur Hollywood Boulevard vous procurera un amusement certain et vous mènera aux célèbres Egyptian Theatre (construit en 1922) ou encore au Chinese Theatre (1927), dont le célèbre parvis accueille les empreintes de plusieurs stars. Si la visite guidée de ce théâtre n’en vaut pas le prix, assister à une projection d’un film dans cette superbe salle (dotée d’un écran IMAX) au kitsch exotique (et sophistiqué) - où les Charlie Chaplin de ce monde se sont assis - vaut le détour. La visite guidée du Dolby Theatre, où se tient aujourd’hui la cérémonie des Oscars, est pertinente et parsemée d’intéressantes anecdotes. Bien entendu, la visite des studios de cinéma est tout indiquée, selon le type de cinéphile que vous êtes. Ayant pignon sur rue sur Melrose avenue, Paramount Studios — qui reçoit en 1928 la statuette pour la production Wings, premier film oscarisé de l’histoire — est sans conteste la visite plus « sérieuse » pour le cinéphile avertit. En voiturette, avec un petit groupe, accompagné d’un guide (qui s’y connait en cinéma), vous déambulerez à travers les vastes plateaux de tournages (peu d’accès aux hangars/ stages) et les rues reconstituées de villes célèbres (New York, Chicago). Quant à la visite guidée des Warner Bros. Studios, elle propose aussi une visite de l’intérieur de certains plateaux de tournages et s’arrête sur deux courtes expositions (Harry Potter et Batman), sans oublier l’intéressante visite du hangar d’accessoires/ décors et l’exposition Stage 48: Script to Screen. Finalement, Universal Studio, offre bien entendu sa visite guidée (1h) en voiturette, où vous déambulerez sur les lieux de tournage de Retour vers le futur ou encore de Psychose, mais c’est avant tout un parc d’attractions à thème, avec l’ajout de la récente attraction The Wizarding World of Harry Potter. Pour les amateurs de manèges, elle demeure la plus surprenante. Bien entendu, si vous avez la voiture pour vous conduire jusqu’à Orange County, le Disneyland imaginé par le visionnaire de l’enfance s’impose comme un incontournable.
 
De la ville à la plageDe la ville à la plage
Los Angeles est une métropole aux quartiers divers et aux attractions multiples, qui offre, en moins d’une heure, un accès à l’océan, en voiture et en transports en commun. Le célèbre Santa Monica Pier, vaut le détour pour son ambiance festive et son parc d’attractions aménagé sur la jetée. Louez-vous un vélo et roulez jusqu’à Venice Beach, vers l’animé et éclectique boardwalk de magasins et d’individus! À l’intérieur des rues résidentielles, vous y trouverez les Venice Canals, agrémentés de jolies passerelles en bois et d’agréables promenades au bord de l’eau, « évoquant » la célèbre ville d’Italie. Si vous désirez une plage tout aussi irrésistible mais un peu moins animée, voire plus résidentielle à l’allure sophistiquée, Manhattan Beach (reliée à une trentaine de minutes par un boardwalk à Hermosa Beach) sera à coup sur, votre coup de coeur! Sable fin et vagues de surfeurs dans une mer plus que rafraichissante (lire très froide, en avril). Plus difficile de s’y saucer, mais moins coûteux (de s’y rendre) qu’en haute saison. D’ailleurs, si vous visitez Los Angeles en avril, et que vous désirez vous immerger dans l’eau lors du plus grand événement lesbien, faites un détour par Palm Springs au Dinah Shore Weekend, qui se tient annuellement au début avril.
 
LGBT los angelesNightlife et intérêts LGBT
Sans proposer une tournée exhaustive des bars gais de West Hollywood, The Abbey est un resto-bar très couru, avec son séduisant patio espagnol et son écran de cinéma. Si vous recherchez une ambiance encore plus sophistiquée, le bar-restaurant Pump, (appartenant à Lisa Vanderpump, de la téléréalité Real Housewives : Beverly Hills) propose de vous immerger dans un jardin d’oliviers, à ciel ouvert, pour profiter de la température clémente de LA. Dans le quartier de Silver Lake, rendez-vous à Sunset Junction, où l’intersection de deux artères majeures de la ville (Santa Monica et Sunset Boulevard) fut témoin, en 1967, du Black Cat Protest, alors que la police avait fait une descente homophobe dans le Black Cat Tavern, soit deux ans avant les émeutes de Stonewall. Depuis 2012, le bar-restaurant nommé de The Black Cat s’y trouve. Bien que cet éta-blissement vise une clientèle plus générale (comparativement aux bars gais prédécesseurs), les cocktails sont originaux et les repas délicieux (et assez onéreux) et vous y retrouverez sur les murs des photos d’époque/archives de 1967 en mémoire de l’événement. Si Los Angeles fait office de pionnier dans le mouvement LGBT, les ressources y sont nombreuses, notamment au Los Angeles LGBT Center, qui voit aux intérêts en matière de santé, services sociaux, logement, droit, éducation et culture. Si l’énorme édifice situé sur Schrader Boulevard est voué aux soins médicaux et administratifs, The Village at Ed Gould Plaza sur McCadeen Place propose diverses activités culturelles. Cette année, du 10 au 12 juin, les célébrations de la Fierté à Los Angeles célébraient leur 45e anniversaire, avec leur parade annuelle dans les rues de West Hollywood. La première parade à Los Angeles remonte à 1970 (célébrant le premier anniversaire des Stonewall Riots) et fut un événement fondateur du mouvement de libération gai de la côte ouest américaine.