LETTRE OUVERTE AU GOUVERNEMENT DU CANADA

2 organismes LGBT demandent au gouvernement canadien de réviser le processus d’immigration

Collaboration Spéciale
Commentaires

C’est par voix de communiqué que les deux organismes communautaires ont exprimé leurs vives préoccupations quant au processus de demande d’asile et de statut de réfugié des personnes LGBTQIA. 

Pour Fierté Montréal, il y a une urgence d’agir face à cette situation inquiétante : «l’acceptation des nouveaux arrivants LGBTQIA dans la société québécoise et canadienne est ardue, voire impossible pour plusieurs». Prenant l’exemple d’Emmanuel Chidoz MBA, citoyen du Nigéria, qui s’est vu refusé sa demande de résident permanent comme réfugié et qui a vu sa demande à la section d’appel rejetée aussi. «Les motifs expliquant ce refus sont inacceptables. Ses troubles de mémoire dus à un choc post-traumatique ne devraient pas avoir d’incidence sur son acceptation, surtout que ces troubles de mémoire ont été diagnostiqués et documentés par des professionnels de la santé. De plus, son homosexualité est remise en doute, alors qu’il a prouvé être en relation avec un homme. Il fréquente d’ailleurs les bars du Village gai de Montréal et a même des lettres d’appui d’organismes de la communauté LGBTQIA. Étant donné que le Nigéria est un pays hostile envers les communautés LGBTQIA et que par conséquent, la vie d’Emmanuel Chidoz MBA pourrait sérieusement être mise en péril, nous vous demandons d’agir rapidement et avec discernement en acceptant sa demande de réfugié. »

« Une révision complète du processus d’immigration est nécessaire de même que de la formation pour les commissaires sur les réalités des communautés LGBTQIA, afin qu’ils soient en mesure de prendre des décisions éclairées. Le cas d’Emmanuel Chidoz est loin d’être isolé : il s’agit d’une problématique récurrente chez les personnes LGBTQIA. Dans un contexte mondial où les attaques homophobes sont en hausses, il est de notre devoir de s’assurer que tous puissent trouver un endroit où vivre en paix et surtout en sécurité», Jean-Sébastien Boudreault, Vice-président – Avocat, Fierté Montréal. 

«C’est avec beaucoup de regret et de consternation que nous prenons connaissance de la décision du gouvernement canadien concernant Emmanuel, pouruist pour sa part les représentants de Arc-en-ciel D’Afrique. «Le cas d’Emmanuel met de l’avant les failles du système canadien. Cette décision de rejeter sa demande de statut de réfugié nous apparaît comme inacceptable, d’autant plus que le Canada se veut un pays et une terre d’accueil pour les personnes LGBTQIA.»

«Nous tenons à rappeler que le processus de demande d’asile et de statut de réfugié s’apparente à un véritable chemin de croix qui demande à chaque personne de gérer la peur, le stress, la douleur de laisser les siens sans savoir ce qu’il peut advenir d’eux lorsqu’il faut partir en urgence, dans un ailleurs où la vie n’est pas en jeu. Non seulement les personnes LGBTQIA doivent passer au travers de ces expériences traumatisantes, mais en sus elles sont dans l’obligation de prouver et de performer leur homosexualité et leur identité de genre, justifiant par le fait même du bien-fondé de leur démarche et de leur demande auprès des services d’immigration.»

Arc-en-ciel d’Afrique demande au gouvernement canadien de se doter d’outils efficients pour prendre en considération les réalités des personnes LGBTQIA racisées, telles que : la modification et le déni de leur identité sexuelle et de genre pour survivre dans des sociétés qui refusent l’homosexualité et la transsexualité, le vécu de la peur d’être tué ou agressé au quotidien, la fuite dans un pays étranger, la confrontation avec un mode de vie occidental souvent très éloigné de leur mode de vie, la précarité financière extrême et l’isolement. Ce sont autant d’éléments qui rendent le quotidien difficile et peuvent influer sur la santé mentale des personnes immigrantes racisées.

Arc-en-ciel d’Afrique trouve «inhumain que le Canada rejette la demande de statut de réfugié d’Emmanuel et le renvoi au Nigéria», alors que ce pays politiquement instable où l’homosexualité est punissable jusqu'à quatorze ans de prison, et de violences physiques. «Nous tenons à manifester notre soutien à Emmanuel, et par la présente adressons au gouvernement un véritable plaidoyer pour qu’il se montre à la hauteur des valeurs qu’il défend.»

 

Jean-Sébastien Boudreault, Vice-président – Avocat, Fierté Montréal  jsb@fiertemontrealpride.com

Anthony M. Plagnes Paya, Directeur des communications, Arc-en-ciel d’Afrique  comm@arcencieldafrique.org

Laurent Maurice Lafontant, Coordonnateur, Arc-en-ciel d’Afrique  diradj@arcencieldafrique.org

 

ACTION URGENTE : Empêchez le renvoi d’Emmanuel avant vendredi !

http://www.fugues.com/246264-article-empechez-le-renvoi-demmanuel-avant-vendredi-.html