ACTION URGENTE

Empêchez le renvoi d’Emmanuel avant vendredi !

Collaboration Spéciale
Commentaires

Emmanuel est un jeune homosexuel du Nigéria qui est venu demander le statut de réfugié au Canada. Contactez votre député pour lui manifester votre désaccord face au renvoi d'Emmanuel, et pour qu'il exige du Ministre McCallum de lui accorder la résidence permanente !

À cause des événements survenus dans son pays d’origine, Emmanuel souffre de syndrome de stress post-traumatique. Il est confus et souffre de trous de mémoires, ce qui a rendu son témoignage difficile devant la Commission de l’immigration et du statut de réfugié qui a rejeté sa demande.

Emmanuel a dû passer à travers ce processus et n’a pas réussi à convaincre le tribunal malgré le fait qu’il était en couple et participait aux activités d’organismes LGBTQIA comme Arc-en-ciel d’Afrique.

Aujourd’hui, la Cour fédérale du Canada a rejeté son ultime recours pour demeurer au Canada. Il n’a donc aucun espoir de rester au pays avec son conjoint qui fut reconnu réfugié, à moins que le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, l’honorable John McCallum, n’accepte de lui donner la résidence permanente pour des raisons humanitaires.

Trouvez le numéro de votre député :

http://www.parl.gc.ca/parliamentarians/fr/members

  

Le Nigéria est un pays reconnu pour persécuter les homosexuels. L'homosexualité est notamment punissable par 14 ans de prison. La persécution des homosexuels y est importante.

D'après le guide Réalités juridiques et sociales des minorités sexuelles

dans les principaux pays d’origine des personnes nouvellement arrivées au Québec, publié par Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion :

« L’article 214 du Code pénal de 1990 prévoit quatorze ans de prison pour tout acte charnel contre nature. En outre, l’article 217 prévoit une peine d’emprisonnement de trois ans pour tout acte de grossière indécence entre deux hommes. Depuis le début des années 2000, certains États du nord du Nigéria ont adopté la charia : les relations sexuelles entre hommes y sont passibles de flagellation et d’un an de prison pour les hommes célibataires et de la peine de mort pour les hommes mariés, tandis que les relations sexuelles entre femmes sont passibles de flagellation et d’un maximum de six mois d’emprisonnement. »

 

Une initiative commune de

Fierté Montréal / Montréal Pride

Arc-en-ciel d'Afrique