Vendredi 12 août

Lara enchantera Montréal lors du Diva Den

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
 Laura Fabian

Lara Fabian chantera pour la première fois à Fierté Montréal, le vendredi 12 août à 20 h, place Émilie-Gamelin lors du spectacle «Diva Den». Une première fois aussi pour un événement LGBT dans sa carrière ! Un nouvel album, un projet de tournée, Lara a bien voulu partager quelques confidences avec Fugues, sur l’épreuve qu’elle a traversée ces dernières années, mais aussi quelques bonnes nouvelles. Vivement le 12 août !

Lara Fabian partagera la scène avec 12 autres artistes. Une soirée consacrée aux voix féminines, concoctée par Marleen Ménard, avec Eva Avila (gagnante de Canadian Idol), Elizabeth Blouin-Brathwaite, Stéphane Moraille, Lulu Hughes, Sandy Duperval, Tamar Eisenman (la sensation d’Israël), Angelike Falbo (La Voix), Catherine Avoine (La Voix), Coco Thompson, Marie-Christine Depestre, Michelle Sweeney et Carissa Vales (La Academia).
 
Pouvez-vous nous confier quelques-uns des titres que vous interpréterez ?
Il y aura certainement Ton désir, le simple diffusé récemment au Québec, issu de mon dernier album, Ma vie dans la tienne. Je voulais aussi interpréter La différence. Il y aura aussi I will love again. Et j’ai aussi préparé une surprise, je ne peux pas vous en dire plus…
 
Lors du spectacle « Diva Den », votre public peut-il s’attendre à des duos avec certaines des artistes qui partageront la scène ?
«Des artistes qui seront sur scène ce soir-là, je ne connais que Tamar Eisenman, artiste new-yorkaise d’origine israélienne d’un talent exceptionnel, et virtuose de guitare. J’ai hâte de découvrir les autres artistes qui seront présentes. Nous n’avons pas prévu de duo, car cela nécessite que nous nous rencontrions avant. Or, je n’arrive à Montréal que peu de temps avant le spectacle. Pour un duo, ce sera peut-être une prochaine fois…?» Après votre accident auditif il y a quelques années, avez-vous de bonnes nouvelles pour vos «fans» à ce propos? Cela fait maintenant déjà trois ans. J’ai failli devenir sourde suite à un accident technique survenu sur scène, lié à une erreur humaine. Perdre l’audition est, pour une chanteuse, aussi grave que de perdre la voix. Aujourd’hui, ce n’est plus, heureusement, qu’un mauvais souvenir.
 
Comment avez-vous trouvé la force de guérison pour vous relever de cette épreuve ? Avez-vous des craintes encore quand vous montez sur scène ?
Effectivement, c’était un moment très difficile, aussi bien au niveau de ma carrière, qui risquait de s’arrêter, mais aussi tout simplement humainement. Quand vous n’entendez plus la voix de votre enfant… J’ai suivi des traitements assez lourds, mais qui m’ont aidé à guérir. À aucun moment je n’ai douté que j’arriverai à guérir. La force positive que nous avons en nous peut faire des mi-racles. J’appelle cette épreuve un «cadeau mal emballé», car j’ai appris à entendre différemment. Et l’album Ma vie dans la tienne est le résultat de cette épreuve. Aujourd’hui, quand je monte sur scène, je prends des précautions techniques pour qu’un tel accident ne se reproduise plus jamais.
 
Sans doute avez-vous déjà participé à des événements destinés à la communauté LGBT ailleurs ?
J’ai déjà assisté à des marches de la Fierté avec des amis. Je pense encore à celle de Tel-Aviv, qui reste un magnifique souvenir. Mais c’est la première fois que je monte sur scène dans le cadre d’un événement LGBT. Et je suis très contente que cela se passe ici, à Montréal.
 
Comment expliquez-vous l’engouement LGBT à votre égard ?
Vous pensez qu’il y a un engouement LGBT à mon égard ? Si c’est le cas, c’est un beau compliment pour moi. Si ce que je fais en tant qu’artiste plaît, et que les gais se retrouvent dans mes textes et chansons, je ne peux qu’être reconnaissante. J’étais très contente de recevoir l’invitation de Fierté Montréal, et j’ai pu adapter mon agenda afin d’être présente le 12 août au Québec. J’ai vraiment hâte d’y être, pour célébrer ensemble la diversité, et simplement l’amour…
 
Vous avez une réelle ouverture d’esprit à propos des gais et lesbiennes. D’où vient, selon vous, ce bel état d’esprit ?
Il y a eu La différence. Et aussi le titre Deux ils, deux elles sur mon album précédent. Mais je ne pense pas qu’il y ait besoin d’avoir une très grande ouverture d’esprit pour défendre simplement l’amour contre la haine, exiger l’égalité, les droits égaux pour tous, la diversité, le respect contre le mépris. Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin d’incarner en nous-mêmes le changement que nous espérons voir dans la société.  
 
Le Diva Den, Vendredi 12 août / 20 h / Place Émilie-Gamelin
Pour plus d'infos visitez FIERTÉ MTL