Arrestations dans les bars et saunas gais

Il y a 40 ans, 200 gais étaient emprisonnés avant les JO de Montréal

Samuel Larochelle
Commentaires
 Jeux olympiques de 1976 cet été

Alors que Montréal souligne les 40 ans des Jeux olympiques de 1976 cet été, la communauté lgbt se souvient des centaines d’arrestations ciblant des homosexuels, quelques mois avant la tenue du plus grand événement sportif mondial dans la métropole. Un affront longtemps attribué aux volontés du maire Jean Drapeau… à tort. 

Le 4 avril 1975, les policiers débarquaient au sauna Aquarius de la rue Crescent et arrêtaient 36 homosexuels. De telles arrestations massives ont été répétées à plusieurs reprises l’année suivante, culminant avec une descente policière au sauna Neptune, le 14 mai 1976. Quelque 89 gais ont alors été emprisonnés. 
 
1 500 homosexuels se déchaineÀ l’époque et pendant des décennies, il était commun de croire que ces actions avaient été ordonnées par le maire Jean Drapeau, reconnu pour avoir « nettoyé » la métropole avant Expo 67. Dans le journal Le Dimanche du 20 juin 1976, on pouvait lire que « les homosexuels accusent la police de les persécuter, de faire des descentes injustifiées dans leurs lieux privilégiés de rencontre et de les brutaliser. Ils les accusent de les assimiler aux robineux et aux autres éléments de société qu’ils jugent indésirables et de vouloir les faire disparaître pendant la durée des Jeux olympiques. »
 
Pourtant, en 2009, le livre Canadian War on Queers des auteurs Gary Kinsman et Patrizia Gentile a révélé qu’il s’agissait d’une volonté politique fédérale. «Les autorités policières de plusieurs régions du Canada luttaient contre le radicalisme. Il faut se rappeler que ces années suivaient les actions du FLQ et la tuerie aux Jeux de Munich en 1972. À l’époque, le gouvernement voyait les organisations gaies comme une menace pour la sécurité nationale. Ils étaient obsédés par la collecte d’informations sur les homosexuels », explique Ross Higgins, cofondateur des Archives gaies du Québec. 
 
Ironiquement, ces arrestations ont encouragé la création d’un mouvement de revendications organisé : le 20 mai 1976, le Comité homosexuel antirépression (CHAR) a été fondé. « Lors d’une assemblée à McGill, les gens insistaient pour organiser une manifestation, se rappelle Ross Higgins. Les leaders du comité ne voulaient pas faire de provocation avant les Jeux, mais les gens ordinaires étaient excédés par ce qu’on leur faisait subir.» Résultat, un dimanche de juin 1976, près de 2000 personnes ont participé à la première manifestation homosexuelle de l’histoire du Québec en marchant sur le boulevard Dorchester (aujourd’hui nommé «boulevard René-Lévesque»).  
 
Les descentes dans les lieux gais ont soudainement cessé, mais les hostilités ont repris dans la nuit 22 octobre 1977, alors qu’une cinquantaine de policiers – munis de mitraillettes et de gilets pare-balles – ont arrêté 146 hommes au bar Truxx de la rue Stanley. Enfermés dans des cellules surpeuplées jusqu’au lendemain, ils ont été forcés de passer des tests médicaux afin d’identifier des ITS. Le lendemain, la population s’indignait de ce qu’elle apprenait dans les journaux et une nouvelle manifestation a été organisée devant le Truxx. Moins de deux mois plus tard, le gouvernement québécois a amendé la Charte québécoise des droits de la personne afin d’interdire la discrimination face à l’orientation sexuelle.


 

  Envoyer cet article

 Jeux olympiques de 1976 cet été

Arrestations dans les bars et saunas gais

Il y a 40 ans, 200 gais étaient emprisonnés avant les JO de Montréal

Le 4 avril 1975, les policiers débarquaient au sauna Aquarius de la rue Crescent et arrêtaient 36 ho (...)

Publié le 01 août 2016

par Samuel Larochelle