À partir du 2 septembre

Le film La Reine-Garçon enfin en salle

L'équipe de rédaction
Commentaires

Présenté l’an dernier en première mondiale au Festival des films du monde, où il a remporté le prix du public, le long-métrage La reine-garçon (The Girl King) du réalisateur Mika Kaurismäki sort finalement début septembre dans les salles au Québec. 

Ce film, scénarisé par le dramaturge québécois Michel Marc Bouchard, n’est pas un film d’époque traditionnel à grand déploiement. C’est un film d’acteurs, un drame psychologique intense, une histoire d’amour «qui fait vivre à l’écran un des personnages les plus intéressants et les plus mystérieux de tous les temps», comme le disait très justement en conférence de presse, l’an dernier, le réalisateur Mika Kaurismäki.

Tourné en Finlande et en Allemagne, The Girl King repose sur le scénario original de Michel Marc Bouchard, aussi créateur de la pièce de théâtre Christine, la reine-garçon (présentée au TNM, il y a 4 ans). Tant la pièce que le film racontent la même histoire, mais différemment, celle de la reine Christine de Suède, une femme surprenante qui était en rupture avec son époque. Si la pièce s’intéresse à un moment précis où se cristallisent tous les questionnements de Christine, le film raconte plutôt la vie de la reine, de son enfance à ses années fastes et controversées en Europe catholique, en passant par l’histoire d’amour qui a changé sa vie.

Dédiée au trône dès l’âge de 6 ans, dans un pays alors sous le joug de la très austère religion luthérienne, Christine a été élevée comme un garçon. Elle avait un physique peu invitant et était extrêmement cultivée, savante, sportive et parlait plusieurs langues. Prenant les commandes de l’État à 18 ans, elle refuse toutes les demandes en mariage, nullement intéressée par les hommes, éprouvant une irrésistible passion pour sa dame d'honneur, la superbe comtesse Ebba Sparre. Elle se démarque en faisant signer les traités de Westphalie, mettant fin à la guerre de Trente Ans, et en invitant savants, artistes et philosophes à sa cour.

« C’est un personnage fascinant : elle a réussi à abdiquer la couronne de Suède, à abjurer sa foi luthérienne, sans qu’il y ait de complot, de chaos, de sang. Tout ça pour correspondre à son idée de liberté... en 1649 ! », commentait Michel-Marc Bouchard dans Fugues l’an dernier. Lorsqu’on l’a approché pour écrire le scénario du film sur la reine Christine, il n’était pas tout à fait convaincu. « Mais en faisant la recherche, j’ai découvert une reine qui jure, qui ne correspondais aps du tout avec ce qu'on attendait d'une reine... C'était un vrai tomboy ! »

Affiche Film La Reine-Garçon

La reine-garçon | The Girl King, un film de Mika Kaurismäki

Au cinéma le 2 septembre 2016 au Québec, en version originale anglaise et en version originale sous-titrée en français.