Fierté 2016

Syndrome de Stendhal des corps

Collaboration Spéciale
Commentaires

J’ai participé, le dimanche 16 août 2015, aux festivités de Fierté Montréal. J’ai été agréablement marqué et fasciné par ce que j’ai vu et entendu. Voici mes impressions de l’évènement où j’ai entraperçu, en couleur, un rêve d’une trop courte durée.

Tout commence par ces trois minutes de Silence total de long en large de la rue René-Lévesque, où, un petit instant avant, la rue était bruyante de fête. Drapeaux versicolores hauts au vent, poings levés fiers et alliés. Mon cœur se serre à y repenser! Le mot solidarité me brûle les lèvres closes pour cause de fierté nationale.

Et je vois le fleurdelisé qui flotte au vent du progrès. Je ne vois que les Conservateurs absents, et je m’en moque. Les autres Rouges, Verts, Oranges et Bleus ont choisi notre camp. À nous de les supporter comme ils supportent l’égalité et l’intégrité.

Les gars torse nu et aux dessous révélateurs et les filles sens dessus dessous s'amusant à se vêtir de décolletés plongeants! Beaucoup de peau qui brillent d’or au soleil!

Il ne manquerait réellement plus que de jeter nos vêtements par terre et de ne les ramasser qu’à l’hiver. Après tout, c’est l’été. Il fait chaud et enfin nous pouvons alléger nos corps!

Enfin!

Car c’est aussi la fête du sexe, et on en a grandement besoin!

Les gais et leurs alliés LGBTA sont-ils les seuls à l’assumer, cette pulsion vitale?

Fierté d’être humain. Tout cela est tellement plus grand que la sexualité orientée ou réorientée!

Frères et Sœurs, trans et hermaphrodites, hétéros et homo, bis et androgynes, asexuels et unisexuels, allez, chantons, dansons, car nous sommes libres!

Et si toutes les drags portaient des vêtements de gars, je m’en foutrais… Je m’en foutrais!

Et si tous les toms boys portaient des vêtements de filles, je m’en foutrais… Je m’en foutrais!

Continuons à agir avant que notre propre et chère liberté repasse sous attaques!

Car, regardons-nous, nous sommes de toute beauté!

Alors, parlons de ce que nous essayons, ce qu’on essaie de taire à notre sujet!

Je vous aime! Nous nous aimons maintenant! Nous avons un monde pour nous!

Que les conformistes mi-confortables ferment les yeux sur ce monde de couleurs, et que nous nous emparions, à leurs insu, de leur soleil éteint, pour le rallumer en pleine nuit par les rayons chauds de la musique et de néons!

Nul besoin de «déblablablatérer» car tant que les gens font de l’amour, les corps virevoltent dans leur plus simple expression à travers les mouvements de dense basse et dans l’épanchement de désirer et du désir de plaire à tous les humains du Monde.

Je suis sous les haut-parleurs comme je serais sous un soleil. C’est bon! Comment pourrait-ce être mauvais avec une basse suramplifiée pareille et des gens qui s’aiment et qui se redemandent?

Mais le métro ferme à 1 heure et le jour se lève!

C’est maintenant venu le retour au gris triste des 364 jours de pudeurs sexuels.

Longue vie à la fête de l’épanouissement!

« White collared conservative flashing down the street,

Pointing their plastic finger at me.

They’re hoping soon my kind will drop and die,

But I’m gonna wave my freak flag high, high! » -        Jimi Hendrix

Gabriel Félix 2016