La chronique du Conseil québécois LGBT

Une excuse pour vous voir

Marie-Pier Boisvert
Commentaires
Marie_pier

Pour être très honnête, tandis que se placent les derniers détails de la 13e édition du Gala Arc-en-ciel (lire ici: les surprises, les artistes, les honneurs et les paillettes), je vis beaucoup de stress et de fierté, mais je ne peux pas m’empêcher de me sentir petite dans mes shorts.

Je me sens toute petite parce que j’ai des grandes chaussures à remplir, d’abord, et ensuite parce qu’on a reçu tellement de candidatures pour des projets impressionnants et des individus de qualité exceptionnelle que j’ai l’impression que le Québec au complet s’est drapé d’arcs-en-ciel pendant l’année 2015-2016. C’est émouvant à voir, cette mobilisation. Les tactiques pour contrer la transphobie et l’homophobie se diversifient, et les gens qui en font leur priorité sont de plus en plus nombreux. Ce sont ces personnes et ces projets que le Gala cherche à récompenser même si, en ayant des “gagnants”, on en laisse plusieurs dans l’ombre alors qu’ils mériteraient d’être valorisés et diffusés à grande échelle…
 
Mais en regardant ces candidatures, que j’ai eu l’honneur de lire même si je ne suis pas sur le jury, j’ai compris que le Gala sert aussi à donner au Conseil québécois LGBT une vue d’ensemble sur les initiatives LGBTQ+ à travers le Québec, et ultimement à mieux faire son travail de concertation et de mieux planifier ses actions politiques. Même si le mot “concertation” est un peu galvaudé depuis quelques années, et que l’idée de “faire de la politique” donne la nausée à pas mal de monde. Je ne sais pas encore si vous serez heureuses et heureux des résultats du Gala, mais moi, je vous serai reconnaissante encore longtemps.
 
Cela dit, pour que ce gala ressemble à nos communautés, il a fallu se pencher sur les événements de la dernière année, et ça n’a pas été chose facile. Les blessures encore vives d’Orlando ont donné un souffle d’amertume à l’orga-nisation, et revenaient en mémoire d’au-tres violences que l’ont croyait reléguées au passé: l’emprisonnement de George Klippert, les arrestations massives au TruXX… La violence, sans nécessairement avoir diminuée, se perpétue autrement. De violences externes (les policiers, les politiques répressives) à internes (la transphobie et l’homophobie intériorisées, la culture du silence), les communautés LGBTQ+ sont encore menacées, et le besoin de se rassembler est d’autant plus crucial.
 
Je l’ai vu, à la mi-septembre, au rassemblement LGBT+ Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Dans une si grande région, avec une densité de population minime, ce n’est pas possible de créer des sous-groupes. On mêle toutes les lettres, toutes les générations, toutes les cultures. Les projets doivent toucher tout le monde, ou alors ils tombent à l’eau (littéralement).
 
Cette solidarité régionale (et provinciale?), cette curiosité nécessaire et cet amour inébranlable pour les diversités - quelles qu’elles soient - seront présentes, je l’espère, le 14 octobre prochain au Gala Arc-en-ciel. Il s’agit, avant tout, d’un gala communautaire, d’une célébration où toutes et tous devraient se reconnaître. Ce ne seront pas les Oscars (j’ai pas réussi à rejoindre Neil Patrick Harris, vous allez devoir faire le deuil de ses beaux yeux), mais j’espère qu’on va vous faire rire. Qu’on va vous faire pleurer. Que vous serez inspiré.e.s, transporté.e.s. 
 
Je suis persuadée que nos maîtres de cérémonie, Frede Rioux et Steve Bastien, sauront vous en faire voir de toutes les couleurs et que, comme moi, vous serez flabbergasté.e.s par la grandiose Jóhanna Sigurðardóttir, ex-première ministre de l’Islande et récipiendaire du Grand Prix du Gala Arc-en-ciel 2016. Je crois que vous serez impressionné.e.s par les nominé.e.s, et par la créativité de notre équipe de réalisation (sous la direction de Véronique Marcotte, de chez Virtuoze). J’aurais peut-être eu besoin de plus de temps pour tout mettre en place mais en même temps…  je suis déjà impatiente. J’ai hâte de vous montrer.
 

Directrice générale du conseil QUÉBÉCOIS LGBT

www.facebook.com/CQLGBT www.conseil-lgbt.ca



 

  Envoyer cet article

Marie_pier

La chronique du Conseil québécois LGBT

Une excuse pour vous voir

Je me sens toute petite parce que j’ai des grandes chaussures à remplir, d’abord, et ensuite parce q (...)

Publié le 27 septembre 2016

par Marie-Pier Boisvert