«Forum communautaire du projet MOBILISE!» les 21 et 22 octobre

Pour faire pression sur les décideurs concernant la prévention

André-Constantin Passiour
Commentaires
communautaire du projet MOBILISE

Le Musée des beaux-arts de Montréal sera l’hôte, les 21 et 22 octobre, du «Forum communautaire» du projet MOBILISE!. Cette recherche sur la prévention des maladies comme le VIH et les autres ITSS (infections transmissibles par le sexe et par le sang) en lien avec les hommes gais et bisexuels a débuté en 2012.

Concernant le VIH-sida, on le sait, la science a mené à divers outils de prévention qui, combinés ensemble, peuvent prévenir l’infection. Mais les hommes sont-ils bien informés sur ces moyens de prévention, savent-ils où sont-ils disponibles, et ces outils sont-ils réellement accessibles ? C’est ce qu’on veut apprendre lors de ce Forum public les 21 et 22 octobre prochain.
 
«Il s’agit de rendre disponible tous les moyens de prévention. Il est important de savoir ce que les gens savent et pensent sur les outils de prévention et comment ils combinent ces moyens-là. Nous avons beaucoup à apprendre : qu’est-ce qui existe, qu’est-ce qui est accessible, qu’est-ce qu’il manque ? Une fois qu’on connaît ces données, on peut agir et faire pression sur les décideurs. Par exemple, quelque chose qui est offert de 9 à 5, ça sert à qui et à quoi ? Est-ce vraiment utile ? Ou faut-il plutôt ré-aménager un tel service pour qu’il soit plus accessible ? C’est ce qu’on veut savoir et c’est à ça que servira le Forum, c’est son objectif», explique d’emblée Ken Monteith, le directeur général de la COCQ-SIDA (Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida). «Nous avons d’excellents partenaires dans le réseau de la santé, mais eux aussi ont besoin de pressions de la communauté pour agir. Cela facilitera leur travail», de dire M. Monteith.
 
En effet, MOBILISE! compte une vingtaine de partenaires incluant des groupes communautaires, des universités, des cliniques médicales, des centres hospitaliers et institutionnels…
 
On le sait maintenant, à part le condom, une charge virale indétectable fait en sorte qu’une personne séropositive n’est plus contagieuse pour son partenaire, ce qui signifie des traitements de trithérapies efficaces pour elle. Mais il existe aussi la PrEP (prophylaxie pré-exposition), soit un traitement pris par une personne séronégative avant la relation sexuelle) - plusieurs études sont en cours en ce moment tant aux Etats-Unis, en Europe qu’au Québec (avec IperGay) -, ainsi que la PPE, c’est-à-dire la prophylaxie post-exposition (vous avez eu une relation sexuelle et le condom s’est percé et vous ne savez pas le statut de votre partenaire ou celui-ci est séropositif). Mais comment peut-on rendre tout cela plus ouvert à la po­pulation des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes?
 
«Le but ultime est de renouveler la prévention. On veut saisir le moment pour réduire significativement la propagation du VIH-sida puisqu’il y a maintenant une multitude d’outils de prévention», déclare le directeur général de la COCQ-Sida, Ken Monteith. «En ce moment, il n’y a pas assez de collaboration et d’interaction efficaces entre les divers partenaires du réseau de la santé pour avoir une prévention combinée. Bien sûr, c’est du travail de longue haleine et, si le financement le permet, aller au-delà du projet MOBILISE! et poursuivre le travail. L’espoir est que ce projet va favoriser une meilleure prévention au sens large du terme. Est-ce que le système [de santé] actuel est capable d’intervenir globalement pour la personne ? Pour qu’elle puisse obtenir des services efficaces et du soutien avec cette approche fragmentée que nous vivons à présent ? On espère que le fait que tout ce monde se rassemble pour en discuter [lors du Forum] fasse déboucher les choses sur des réponses concrètes. Mais pour cela, nous attendons que les partenaires et les gens de la communauté viennent pour partager ce qu’ils vivent afin que les décideurs puissent être informés de ce que les gens ont à dire du système...»
 
«Il y a ici [avec ce Forum] une occasion importante pour faire du progrès et il faut saisir cette opportunité et y participer en grand nombre», renchérit le coordonnateur du projet, Thomas Haig.
 
geilmore
 
Pour orienter les discussions au Forum, on procède à une vaste enquête sur le web sur la sexualité des hommes gais et bisexuels et sur les moyens qu’ils prennent pour se protéger (projetmobilise.org/enquete). «On enregistre déjà plus de 300 personnes qui ont répondu à l’appel. Notre objectif est d’atteindre le chiffre de 1 000 personnes pour que l’on ait un bel aperçu des diverses opinions», de noter Thomas Haig. «Le plus de gens qui répondent à cette étude, le plus qu’on sera proche de la réalité et de l’expérience des hommes de la communauté», rajoute Ken Monteith.
 
Ce Forum de MOBILISE! est une autre étape de ce projet après les groupes informels (appelés «équipes citoyennes») se rencontrant pour discuter de la prévention combinée. «Nous sommes à la mi-recherche de MOBILISE! à présent, mais nous avons besoin des voix de la communauté. Le Forum va nous permettre de savoir ce qu’on va pousser comme moyens [collectivement en tant que communauté]», souligne M. Monteith.
 
«On désire aussi intégrer l’opinion des personnes séropositives parce qu’elles ont un rôle à jouer dans ces débats en sachant qu’une charge virale indétectable est non contagieuse et donc ne propagera pas le virus du VIH», indique le directeur général de la COCQ-Sida. «Trop longtemps, on a constaté les clivages entre les séropositifs et les séronégatifs, mais à présent tout le monde a un rôle à jouer dans la discussion sur les outils de prévention combinés.»
 
Voilà le menu de ce Forum : vendredi 21 octobre, séance d’ouverture à 17h30 à la Galerie de Bronze du MBAM, suivi d’un cocktail pour souligner le 25e anniversaire de l’organisme RÉZO (avec des perfor-mances) ; samedi : à partir de 9h jusqu’à 16h (y compris le dîner), ateliers en petits groupes et plénières. 
 
«Pour nous, c’est vraiment une première que cet accueil des plus chaleureux au MBAM. Les autorités du Musée démontrent une très grande ouverture envers la communauté LGBT. Ils nous ouvrent les portes de leur institution et nous permettent d’y tenir notre Forum avec toutes les facilités que cela comporte. C’est très intéressant de constater combien, et depuis plusieurs années maintenant, ils collaborent avec la communauté gaie et prouvent une réelle ouverture par des activités et des expositions comme celle de Maplethorpe par exemple», souligne M. Monteith. «En complément au Forum, il y aura d’ailleurs une visite guidée de l’exposition de Maplethorpe pour les participants», d’ajouter Thomas Haig. «L’idée du Forum est d’établir les priorités de la communauté en matière de prévention, donc tout le monde est invité et non pas seulement les groupes, les experts cliniciens, les médecins ou les chercheurs. Cela a plus de crédibilité quand on dit que ce sont les prio-rités de la communauté parce que cela vient de la base. C’est un exercice en démocratie et, ensuite, on va travailler avec tout ce qui ressortira du Forum.»
 
Notons que ce Forum sera suivi, l’an prochain, d’un grand congrès, qui se tiendra durant l’édition Fierté Canada 2017 de Fierté Montréal, où l’on présentera les résultats du projet. 
 
 
LE FORUM COMMUNAUTAIRE DU PROJET MOBILISE!, les 21 et 22 octobre, 
au Musée des Beaux Arts de Montréal     www.Projetmobilise.org/forum