Royaume-Uni

Forte augmentation de coming-out chez les jeunes Britanniques

Collaboration Spéciale
Commentaires

Au Royaume-Uni, les 16-24 ans enregistraient en 2015 un record de coming-out par rapport à leurs aînés et aux générations précédentes.

Tel est le verdict avancé par l’Office for National Statistics le 5 octobre 2016. Cet organisme dépendant directement du Parlement britannique a employé les données de l’Annual Population Survey qui analyse les données d’environ 320 000 sondés. Selon l’étude, intitulée «Sexual identity, UK : 2015», 93,7% de la population britannique se dirait hétéro, tandis que 1,7% des individus se diraient gays, bis ou lesbiens ; ils étaient 1,6% en 2014. Mais le chiffre qui retient l’attention, c’est celui obtenu pour la tranche des 16-24 ans. En 2015, ils sont 3,3% à s’identifier comme gais, lesbiens ou bis, alors qu’en 2014, ils n’étaient que 2,8%. A l’inverse, seuls 0,6% des 65 ans s’identifient comme LGB.

Ce seraient les personnes «métisses » qui accueilleraient le plus de coming-out (2,5% de personnes LGB). C’est enfin Londres qui accueille la population LGB la plus importante avec 2,6% de ses habitants qui s’auto-définissent comme lesbiennes, bis ou gais. L’Irlande du Nord détient le second rang, avec 1,9% de sa population, alors même que la région n’autorise toujours pas les couples de même sexe à se marier.

Un droit que semble toutefois bouder les gais, lesbienens et biseuel(le)s du Royaume-Uni puisque d’après cette même étude, seuls 3,4% des LGB auraient épousé une personne de même sexe. C’est donc surtout l’union civile qui reste en tête pour 10% des LGB, mais surtout le célibat : sur les îles britanniques avec près de 70% des homosexuels et bis —hommes ou femmes — qui sont célibataires.

Source : TETU.com