Événement culturel

À l'invitation de Fugues, près de 100 personnes visitent nues l'expo Mapplethorpe du MBAM

L'équipe de rédaction
Commentaires
100 PERSONNES VISITENT LE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL… NUES !
Photo prise par © Sébastien Roy
100 PERSONNES VISITENT LE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL… NUES !
Photo prise par © Sébastien Roy
100 PERSONNES VISITENT LE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL… NUES !
Photo prise par © Sébastien Roy
Photo prise par © Sébastien Roy
Photo prise par © Sébastien Roy

Le jeudi 13 octobre, en soirée, près de 100 personnes ont déambulé dans le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) en tenues d’Ève et d’Adam. Elles ont pu découvrir l’exposition FOCUS : PERFECTION – ROBERT MAPPLETHORPE dans leur plus simple appareil, en compagnie de guides du Musée. À la suite d’une invitation du magazine Fugues, partenaire de l’évènement, les places disponibles se sont vendues en quelques jours seulement. Il s’agit de la première activité du genre à se tenir au MBAM.

 Découvrez la visite « nue » du MBAM en images

Les participants inscrits ont été accueillis par le personnel du Musée. Ils ont pu faire connaissance lors d’un cocktail de bienvenue qui s’est tenu dans le pavillon Michal et Renata Hornstein du MBAM. Ils ont ensuite été invités à se dévêtir puis à rejoindre l’un des groupes de 15 personnes formés pour visiter l’exposition FOCUS : PERFECTION – ROBERT MAPPLETHORPE, en compagnie de guides bénévoles du Musée qui ont volontairement accepté d’encadrer ces groupes. 

  Découvrez la visite « nue » du MBAM en images

L’Américain Robert Mapplethorpe, auquel le Musée consacre une grande rétrospective jusqu’au 22 janvier 2017, a fait époque par son approche nouvelle de la photographie de nu. Ses photographies, magnifiquement composées et soigneusement éclairées, subliment la beauté du corps et engagent une réflexion autour des notions de genre, d’identité et de sexualité.
 
Fidèle à des valeurs d’ouverture, de tolérance et d’inclusion, le MBAM, en collaboration avec le magazine Fugues, a souhaité célébrer à sa manière la diversité du corps humain et la liberté d’expression, sans censure. Cette invitation à découvrir l’exposition dans un contexte nudiste a été une occasion de valoriser une image positive du corps et l’affirmation de soi, dans une atmosphère respectueuse et conviviale. Cette expérience collective a de plus permis aux participants de découvrir comment la nudité peut transformer leur relation à l’art dans un contexte muséal.

 Découvrez la visite « nue » du MBAM en images

« Les notions d’identité, de représentation de soi et d’affirmation du corps, exprimées avec tant de force par l’artiste Robert Mapplethorpe, nous ont inspirés pour créer cette visite d’un autre genre. Et l'intérêt suscité par l’évènement est au-delà de nos attentes ! Avec près d’un million de visiteurs par année, le Musée se doit d’offrir une variété d'expériences, parfois inusitées, à ses différents publics, et ce, dans le respect de sa mission et de tous. À travers ce type d’activité, nous démontrons une fois de plus que la différence a sa place au sein du Musée », explique Thomas Bastien, chef de l’éducation et de l’action culturelle au MBAM.

 Découvrez la visite « nue » du MBAM en images

 

« Cette visite était d’abord un défi pour moi, qui m’intéressait aussi parce qu’elle aborde le rapport au corps. J’ai trouvé l’expérience très intéressante », témoigne Camille, une participante à l'événement.

Cette visite s’inscrit dans la foulée d’autres initiatives du MBAM qui visent à valoriser l’expression des différences et l’estime de soi. De l’exposition La planète mode de Jean Paul Gaultier à des parcours guidés de ses collections encyclopédiques sur le thème de la diversité corporelle, en passant par l’espace ÊTRE/AIMER – BE/LOVED présenté en parallèle de la rétrospective RobertMapplethorpe, le MBAM, à travers son programme culturel et éducatif, affirme l’importance d’apprécier la diversité.

Des visites analogues se sont tenues par le passé dans d’autres institutions muséales, notamment au Leopold Museum de Vienne, dans le cadre de l’exposition Naked Men en 2012-2013, ainsi qu’à la National Gallery of Australia en 2015, autour de la rétrospective James Turrell.