Conseils d'experts, une présentation de Desjardins

La carte de crédit : amie ou ennemie?

DESJARDINS
Commentaires
Crédit
pierre
  • Crédit
  • pierre

Les jeunes sont plus à risque d'endettement que les autres détenteurs de cartes. Certains groupes d'âge sont plus touchés par le surendettement attribuable à la carte de crédit. Vrai ou faux? En matière de crédit, les préjugés sont bien présents. Testez vos connaissances!

No 1. Les jeunes s'endettent plus que les autres groupes d'âge.
 
FAUX. En fait, il n'y a pas de groupe d'âge particulièrement touché par le surendettement attribuable à la carte de crédit, et la hauteur du revenu ne préserve pas non plus du surendettement qui, de toute évidence, n'est évité que par le maintien de l'équilibre entre la capacité de payer et les obligations.
N'empêche que 70 % des détenteurs de cartes acquittent en entier leur solde à l'intérieur du délai de grâce de 21 jours. Et une bonne partie des autres remboursent plus que le montant minimal demandé.
 
No 2. Avoir une carte aide à se bâtir un bon dossier de crédit.
 
VRAI. Pourvu qu'elle soit utilisée de la bonne façon. Le dossier de crédit dresse le portrait du comportement du détenteur dans ce domaine. Il indiquera, entre autres renseignements, s'il rembourse ses dettes à temps, s'il lui est arrivé d'avoir des retards de paiement, etc. Si le détenteur utilise correctement sa carte de crédit, il construit son historique de crédit que pourront consulter des prêteurs éventuels.
 
Aux yeux d'un prêteur, utiliser correctement une carte signifie toujours payer le montant complet de son relevé sans jamais encourir d'intérêts ou ne pas accumuler de retard en payant toujours au moins le montant minimal 
demandé.
 
No 3. Avoir plusieurs cartes nuit à son dossier de crédit. 
 
FAUX et vrai. L'idéal est d'avoir au maximum 2 cartes. Comme la plupart des commerces acceptent aujourd'hui toutes les cartes reconnues, cela éli-mine la nécessité d'en posséder plusieurs au cas où. En outre, il est beaucoup plus facile d'avoir une seule carte à gérer : un seul relevé de compte, une seule limite à considérer, un seul suivi de transactions à faire. Avec plusieurs cartes, il est difficile d'avoir un point de vue global sur l'ensemble de son budget, ce qui peut être dangereux. Le surendettement est souvent lié au fait d'avoir recours à plusieurs modes de financement et notamment de posséder plusieurs cartes de crédit.
 
Mieux informés, les consommateurs ont d'ailleurs moins de cartes de crédit en leur possession aujourd'hui : 2 par personne en moyenne.
 
No 4. Une augmentation de sa limite de crédit est une bonne chose.
 
FAUX Augmenter souvent sa limite ou avoir une limite très élevée (ou avoir plusieurs cartes) peut même nuire en certaines circonstances. Par exemple, un prêteur pourra se montrer plus hésitant à accorder un prêt s'il juge que le demandeur a une trop grande possibilité d'endettement avec sa carte.
 
No 5. Il n'y a pas d'intérêts lorsque le paiement minimal requis est remboursé à temps.
 
FAUX Lors de la réception du relevé de compte de carte de crédit, il y a déjà un mois que certains des achats ont été effectués et... payés au commerçant par Desjardins. Le détenteur a alors, pour rembourser, 21 jours pendant lesquels il bénéficie d'une gratuité complète. C'est encore Desjardins qui assume le montant de l'achat. Il est donc normal que le consommateur, s'il n'a pas payé passé ce « délai de grâce », perde tout simplement cette gratuité. 
 
Tous les achats faits avec la carte portent alors intérêts, à compter du moment où ils sont faits et jusqu'à ce qu'ils soient remboursés. Mais, contrairement à ce que plusieurs pensent, s'il y a eu un remboursement partiel, le calcul des intérêts se fait seulement sur ce qui reste à payer et... quotidiennement. D'où l'avantage de ne pas attendre le relevé suivant pour acquitter ce qu'il reste du solde, si le montant minimal requis n'a pas été remboursé.
 
No 6. Un retrait d'argent liquide entraîne de l'intérêt à compter de la journée même de la transaction.
 
VRAI.  De la même manière qu'avec une carte de débit, il est possible d'obtenir de l'argent liquide avec une carte de crédit. La différence est que, dans ce dernier cas, le détenteur ne retire pas de l'argent qu'il a dans un compte, mais emprunte un montant qu'il remboursera plus tard. Comme pour tout emprunt, ce retrait porte alors intérêt à compter de la journée où la transaction est effectuée.
 
Par ailleurs, lors d'un voyage, il est possible de faire un paiement anticipé sur une carte de crédit, ce qui permettra de retirer l'équivalent en liquide sans intérêt, au besoin. Mais attention! Si entretemps des achats sont effectués avec cette carte, ce sont ces achats qui vont être débités d'abord et, s'ils atteignent le montant du paiement anticipé, le premier retrait en liquide deviendra alors une avance de fonds portant aussitôt intérêt. 
 
La carte prépayée représente une bonne option pour effectuer des retraits. Puisque c'est l'argent du détenteur qui est déposé sur le compte associé à cette carte, il ne s'agit pas d'emprunt, donc, à chaque retrait, aucuns frais d'intérêt ne seront appliqués. Cette carte est rechargeable, c'est-à-dire qu'en redéposant des fonds elle peut être utilisée à nouveau.
 
No 7. Tout le monde peut avoir une carte de crédit. 
 
FAUX.  Les personnes qui ont de la difficulté à gérer un budget et celles qui ne peuvent pas résister à des achats impulsifs devraient éviter d'avoir une carte de crédit. Une carte de crédit n'est pas de l'argent qu'on a, mais la possibilité de payer quelque chose plus tard. Si l'on n'a toujours pas l'argent à l'échéance, il va falloir le trouver.  
 
Marie-Christine Daignault, Chef de 
contenu Coopmoi, Mouvement Desjardins
 
Cet article a été initialement publié dans le webzine Coopmoi du Mouvement Desjardins