WikiLeaks

Chelsea Manning a fait une seconde tentative de suicide en octobre

L'agence AFP
Commentaires

La lanceuse d’alerte, qui purge une peine de trente-cinq ans de prison, avait déjà tenté de mettre fin à ses jours en juillet.

La lanceuse d’alerte Chelsea Manning, emprisonnée depuis six ans pour avoir fourni à WikiLeaks des milliers de documents secrets de l’armée américaine, a fait une nouvelle tentative de suicide le 4 octobre, a annoncé son comité de soutien. Dans un texte qu’elle lui a transmis, l’ancienne militaire affirme avoir tenté de mettre fin à ses jours le 4 octobre. Elle avait déjà fait une première tentative en juillet.

Dans un communiqué, son avocat Chase Strangio reproche aux autorités de refuser de « traiter correctement la dysphorie de genre » de sa cliente, née Bradley Manning et qui a révélé après sa condamnation pour espionnage qu’elle se considérait femme. Chelsea Manning avait expliqué sa première tentative de suicide par le fait que la prison refusait de lui accorder le droit de subir une opération pour changer de sexe. Après une grève de la faim, elle avait finalement obtenu en septembre le droit de se faire opérer.

« Je m'inquiète de la durabilité de ses conditions actuelles [de détention] et de sa capacité à continuer à se battre contre ces abus implacables », a-t-il déclaré.

Chase Strangio a également fustigé l’isolement dans lequel Chelsea Manning a été placée à la suite de sa première tentative de suicide. « Elle a été punie à plusieurs reprises pour avoir tenté de survivre et la voilà punie pour avoir tenté de mourir », a dit l’avocat.

Chelsea Manning purge une peine de trente-cinq ans de réclusion, après avoir été condamnée en août 2013 pour avoir transmis plus de 700 000 documents confidentiels au site WikiLeaks. Elle a annoncé au mois de mai faire appel de cette condamnation.