Contrer le vol à l’étalage

Une application mobile, exclusivement pour les commerçants du Village

André-Constantin Passiour
Commentaires
(SDC) du Village

Disons que vous êtes un commerçant, que vous vendez des vêtements. Vous venez de voir un client qui vous subtilise un t-shirt. Vous appelez la police et, ensuite, vous le rapportez sur une application mobile en décrivant le présumé voleur et en ayant la possibilité d’y ajouter sa photo. Ce message est alors reçu par les autres commerçants voisins, qui s’y sont également inscrits. Un de ceux-ci constate alors que le présumé voleur entre chez lui; il pourra désormais agir de façon plus appropriée auprès de l’individu. Il pourra le suivre de près dans l’établissement, ou même lui interdire l’accès s’il le souhaite. Ou encore, il pourrait à son tour contacter la police pour les informer du nouvel emplacement du suspect. Fiction ou réalité ? Non, réalité puisque cela vient d’être mis en opération par la Société de développement commercial (SDC) du Village.

Il s’agit d’un tout nouveau système de notification (push) pour prévenir les vols à l’étalage dans le Village, un projet portant le titre de «Prévention Vol à l’étalage - Village», un projet-pilote qui fonctionne grâce à une application de téléphone intelligent. Celui qui a eu l’idée d’utiliser cette application dans un concept de prévention de vol à l’étalage est le propriétaire de la boutique Évolution, Stéphane Wilford. En moyenne, cette seule boutique du Village est la cible d’une dizaine de cambriolages par année.
 
 (SDC) du Village«Cela fait des années que je me fais voler. D’autres commerçants du secteur aussi. C’est déjà assez difficile de nos jours de tenir un commerce donc si, en plus, on se fait voler, cela ne nous aide pas et parfois, pour certains, il s’agit de leur survie financière. Donc, il fallait penser à quelque chose qui allait nous aider. Nous avons tous des cellulaires donc, pourquoi pas une application pour, peut-être mettre la photo du voleur et informer les autres commerçants et ainsi s’entraider? J’en ai discuté avec la SDC du Village, et on a développé ensemble un concept d’une application mobile gratuite qui est facile à télécharger et à comprendre...», indique Stéphane Wilford.
 
«Au Canada, d’après les statistiques, le vol à l’étalage représente des pertes d’environ 2,7 milliards de dollars. Donc, c’est important. On cherchait un moyen d’aider plus efficacement les commerçants qui font face à de telles situations. Par la même occasion, en faisant la tournée des établissements, on se rendait compte que les marchands n’appelaient pas la police lorsqu’ils constataient un vol. Ils nous fallait donc aussi un outil de sensibilisation et de prévention pour inciter les commerçants à porter plainte auprès de la police», souligne Katye Garon, agente de liaison à la SDC du Village.
 
La prévention est ici la clé du projet. «Cela nous aide à faire le suivi et de voir, par exemple, si le voleur passe devant la boutique et ainsi avertir les autres qu’il est dans le secteur de telle ou telle rue...».
 
«Il faut faire attention cependant, même si c’est un ‘’réseau privé’’, on ne peut diffuser n’importe quoi. Si le commerçant n’a pas appelé la police pour porter plainte et dénoncer un incident, cela peut devenir de la diffamation si, par exemple, on diffuse la photo de la personne. Et même si cette personne avait volé auparavant, cela ne veut pas dire qu’elle a volé à nouveau cette journée-là ! », rappele Katye Garon.
 
Mais il ne s’agit pas de télécharger cette application n’importe comment et par n’importe qui. Tout d’abord, les agents de liaison de la SDC du Village, dépendamment du secteur, vont visiter un commerce accompagnés d’un agent sociocommunautaire des PDQ 22 ou 21. On invite alors le propriétaire du commerce et ses employés à utiliser l’application, tout en leur parlant de prévention. Démystifier le profil des voleurs à l’étalage ; donner des conseils de prévention pour contrer ce type de vol et, enfin, rappeler et expliquer l’importance de contacter la police (911), c’est ce que l’agent sociocommunautaire du SPVM (Service de police de la ville de Montréal) fera sur place. «De telles tournées avec les policiers donne l’occasion de démystifier le rôle et l’importance de la police de quartier au niveau de l’entraide et de la prévention, note Katye Garon, de la SDC.»
 
«On peut voir cette application comme étant ‘’par et pour’’ les commerçants du Village, une sorte de réseau interne d’échanges d’informations entre eux pour qu’ils soient au courant de ce qui se passe dans le Village à ce niveau», d’ajouter l’agent de liaison Felix-Antoine Mercier. «On ne se le cachera pas, il y a tout de même des infractions commises dans le coin, et il faut que les commerçants se tienne entre eux et cela est un bon moyen. Je suis très, très content qu’une telle application puisse voir le jour», renchérit M. Wilford qui a ouvert sa première boutique dans le Village en 1993.
 
Pour l’instant, cette application n’est offerte que pour les commerçants de détail situés sur le territoire de la SDC du Village, soit sur les rues Sainte-Catherine (Berri à Cartier) et Amherst (René-Lévesque à Robin). «C’est nouveau, c’est un projet-pilote, donc on va voir comment les choses évoluent», dit l’agent de liaison de la SDC Felix-Antoine Mercier. «Pour nous cela aide à renforcer le sentiment de sécurité dans le Village lorsqu’on porte plainte, qu’on voit un voleur se faire arrêter et qu’il y aura des accusations de portées», estime l’employé d’Évolution, Simon Larouche.
 
« Je tiens en tout premier à remercier l’idéateur de ce projet-pilote, le propriétaire de la Boutique Évolution Stéphane Wilford, qui a eu l’idée d’utiliser la technologie maintenant offerte par les téléphones intelligents pour créer un réseau d’entraide entre les commerçants du Village, dans le but de contrer le vol à l’étalage. Remerciement également au SPVM, tout particulièrement à l’Agente Marie-Claude Larocque du PDQ22, pour son support très apprécié et ses excellents conseils. Sans oublier mon équipe à la SDC, qui a eu la patience de mener à terme ce projet d’entraide…Merci! » d’ajouter Bernard Plante, directeur général de la SDC du Village.