Au volant

Mazda plus que Vroum Vroum

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
mazda 3
Mazda CX-5
S'il y a un VUS compact à abattre pour la concurrence, c'est bien le Mazda CX-5 qui se maintient en tête des ventes de sa catégorie depuis son lancement au Canada en 2012. Oubliez le Mazda Tribute, qui n'était qu'un Ford Escape à peine déguisé, le constructeur d'Hiroshima a préféré appliquer sa propre recette. Un modèle utilitaire aux allures et aux performances sportives qui collaient plus à l'image de la marque. Un ticket gagnant par excellence puisque nombre de propriétaires à la recherche d'un véhicule pratique, vif et élégant se sont tournés vers le CX-5, un des tous premiers VUS à ne pas ressembler à une camionnette endiman-chée. Depuis son lancement, le CX-5 a reçu quelques modifications légères pour rester dans la course comme le tableau de bord beaucoup plus plaisant avec un écran beaucoup plus grand. Mais c'est surtout sa tenue de route qui est appréciée grâce à un chassis remarquable et une suspension bien calibrée pour s'amuser en tou-te sécurité à une conduite sportive. Disponi-ble en deux motorisations, un quatre cylindres de 2,0 litres développant 155 chevaux et un autre de 2,5 litres pour 184 chevaux. Bien évidemment pour profiter de tous les charmes du véhi-cule, il ne faut pas hésiter à choisir la seconde  motorisation associée à la boîte automatique à 6 rapports et à rouage intégral. La totale en som-me. Et si le prix peut être un des plus élevés de sa catégorie, la fiabilité et la qua-lité de fabrication compenseront largement le supplément investi. Sachez seulement qu'une nouvelle mouture du CX-5 sera dévoilée au Salon de l'auto de Los Angeles s'inspirant pour le style du tout nouveau VUS pleine grandeur CX-9, disposant de matériaux de meilleures qualités et qui était équipé d'une nouvelle génération de moteur. 
 
Mazda CX-9
Parlant du CX-9, il est revenu complètement changé au cours de l'année après 10 années de production. Impossible de ne pas remarquer son immense calandre proéminente et proche de la gueule d'un requin. On sait tout de suite que ce géant de la route à de quoi en montrer question performance. Si sur papier la motorisation n'a rien d'exceptionnelle, un quatre cylindres de 2,5 litres produisant 227 chevaux, les ingénieurs ont joué l'optimisation de l'utilisation du couple pour obtenir des résultats qui font rougir la concurrence. D'ailleurs la presse automobile ne cesse de souligner l'excellent équilibre sur tous les points de ce véhicule, que ce soit dans la présentation générale, la qualité de fabrication, l'agrément de conduite, la tenue de route, l'efficacité du rouage intégral et le petit plus, le CX-9 est un des moins gourmands de sa catégorie. Que demander de plus  !
 
Mazda CX-9
 
Mazda 3
En 2004, la Mazda 3 est lancée. Le succès est tel que Mazda peut ainsi s'assurer de jouer dans la cour des grands constructeurs nippons. Nissan, Toyota et Honda doivent dorénavant compter avec la marque d'Hiroshima. Et bien sûr est lancé aussi dans la campagne publicitaire vantant les quatlités de la voture le fameux «vroum-vroum». Mais voilà, comment améliorer un modèle gagnant sans lui faire perdre son âme et son pouvoir de séduction auprès de la clientèle. Les techniciens, ingénieurs et designers de Mazda ont dû faire preuve d'imagination pour proposer quatre ans plus tard la seconde génération de Mazda 3, puis en 2009, la troisième génération. Son look et ses qualités ont influencé tous les modèles Mazda qui sont en fait les héritiers de cette compacte sportive. La Mazda 3 qui constitue 50 % des ventes du constructeur au Canada et a été au cours de l'année 2016 considérablement modifiée pour conserver sa place en pool position. En fait améliorer le plaisir de conduite en gommant toutes les petites faiblesses que pouvait rencontrer l'ancienne génération. Ainsi le volant ne tremblera pas même à 100 kilomètre heures sur une route détériorée, ni ne déviera de sa trajectoire. On a misé aussi sur une plus grande insonorisation et une réduction de toute forme de vibration, pour maximiser le plaisir du conducteur. Pas de changement côté motorisation, deux moteurs sont disponibles au Canada, un 2,0 litres et un 2,5 litres. En revanche, le style extérieur a très peu été changé, sinon la face avant plus agressive avec les phares qui sont rattachés finement à la calandre. De même les feux arrière ont été redessinés. Mais il est toujours difficile de s'attaquer à un modèle gagnant tout en lui conservant son ADN. 
 
Inciter la vente de véhicules électriques et hybrides
Le gouvernement québécois souhaite une nette augmentation des ventes de véhicules «zéro-émission» en mettant la pression sur les constructeurs automobiles. La loi 104 adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale prévoit un système de crédits et de redevances pour les constructeurs automobiles. En clair, chaque fois qu’un constructeur vendra une voiture électrique ou hybride au Québec, il se verra accorder un crédit, et en fonction du quota de ventes d’autos qui lui sera attribué. Si le quota n’est pas atteint, il devra payer une redevance au gouvernement. Une forme de taxe-carbone pour les manufacturiers.