Hommage - Québec

Annie Pullen Sansfaçon et Olie Pullen, récipiendaires du Prix Droits et Libertés 2016

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

La nouvelle n’a pas fait la une des journaux télévisés, et n’a malheureusement pas été beaucoup relayés. Pourtant le Prix Droits et Libertés, remis par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), honore des personnes qui se sont distinguée par leur engagement social et humain. En ce sens, Annie Pullen Sansfaçon et sa fille Olie, sont emblématiques de ce prix.

Olie Pullen s’est battue avec sa mère depuis plusieurs années pour les droits des enfants transgenres, entre autres, pour que ceux puissent changer leur mention de nom et de sexe à l’État civil sans attendre leur majorité.  Une bataille qui n’aurait pu se faire sans le soutien de beaucoup. « Olie et moi sommes très fières de recevoir ce prix, nous confie Annie Pullen Sansfaçon, mais nous n’étions pas seules à mettre la pression sur le gouvernement. Je pense à Odette Plante et son fils David-James qui ont porté aussi ce dossier. La liste des gens serait longue avec qui nous pouvons partager ce prix. Entre autres Manon Massé, la députée de Québec solidaire qui a été dès le début à nos côtés, ou même des personnes de la CDPDJ qui nous ont aidées dans les stratégies ». 

Olie Pullen a rencontré les députés en commission parlementaire pour parler des réalités des jeunes trans. Elle a même eu des entretiens en privé avec la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, alors qu’elle avait 12 ans. Et comme David-James, elle a participé à de nombreuses entrevues dans les médias. 

Démystifier, banaliser, éduquer, Olie a su toucher, non pas seulement les esprits des élus, mais leur cœur. Depuis le changement législatif, les enfants transgenres peuvent ainsi être reconnus socialement dans le genre choisi et non plus en fonction de leur sexe à la naissance ce qui facilitera leur relation avec leurs pairs, mais aussi avec les différentes institutions. 

Steve Foster, membre du jury du Prix Droits et Libertés, se félicite de l’unanimité du jury dans son choix. « C’est toujours difficile d’être sur un jury, et surtout sur un jury pour ce prix. Toutes les mises en candidature que nous avons regardées méritaient aussi ce prix. Mais je crois que tout le monde était heureux que le prix soit remis à Annie et Olie, puisque les autres personnes mises en nomination ont chaleureusement félicité Annie et Olie ». 

Mais au-delà de la satisfaction de ce prix, Annie et Olie Pullen continuent à travailler au bien-être des enfants et des personnes transgenres. « On aurait aimé que dans les changements législatifs, il y ait des politiques d’accompagnement. On rencontre encore beaucoup de résistance ou encore de discrimination surtout dans le milieu de la santé. Et puis, il y a encore le sort des personnes transgenres migrantes, qui peuvent attendre des années avant de pouvoir être reconnues dans leur genre choisi. On espère que le gouvernement bougera dans les mois qui viennent ».