LE SAUNA PERMETTRAIT DE LUTTER CONTRE LA DÉMENCE CHEZ LES HOMMES

Une raison supplémentaire d’aller au sauna ?

Yannick LeClerc
Commentaires

Selon une étude finlandaise, publiée début décembre, se rendre au sauna plusieurs fois par semaine (de quatre à sept fois) permettrait de réduire le risque de démence masculine et de contracter la maladie d’Alzheimer.

Au-delà des bienfaits physiques et de la détente qu'elle procure, une séance de sauna régulière permettrait de réduire le risque de démence masculine et de contracter la maladie d’Alzheimer: c'est la conclusion d'une étude de l'Université de l'Est de la Finlande publiée début décembre dans la revue Age & Ageing. Pour parvenir à ces résultats, les spécialistes ont passé au crible les données médicales relatives à 2 315 hommes, en bonne santé, âgé de 42 à 60 ans. Chacun était suivi depuis 20 ans dans le cadre d'une autre étude médicale.

Ils ont alors été divisés en trois groupes: le premier rassemblait ceux qui se rendaient au sauna une fois par semaine. Le deuxième ceux qui faisaient deux à trois séances hebdomadaires. Quant au troisième groupe, il réunissait ceux ayant fait quatre à sept visites par semaine. Et à la grande surprise des scientifiques, les hommes qui s'y rendaient quatre à sept fois avaient 66 % de risque en moins d'être diagnostiqués comme déments comparés aux hommes pratiquant le sauna une fois par semaine.  Même chose pour Alzheimer: le risque de contracter la maladie était réduit de 65 %.

Face à ses résultats, Jari Laukkanen, le principal auteur de l’étude, a émis des hypothèses. « Les séances de sauna peuvent avoir un effet protecteur à la fois sur le cœur et sur la mémoire, même si l'on ignore encore comment », a-t-il expliqué précisant savoir « que la santé cardiovasculaire affecte le cerveau ». « Le sentiment de bien-être et de relaxation que procure le sauna peut également jouer un rôle », a-t-il ajouté. Et pour être le plus précis possible, lui et ses collègues ont éliminé tous les facteurs susceptibles de fausser les résultats comme l'âge, la consommation d'alcool et de tabac, l'indice de masse corporelle (IMC) ou encore la tension.