Les 18 et 19 février 2017

Les Ballets du Trockadero à voir en février

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Trockadero

Ils sont tous danseurs masculins classiques.  Et leur répertoire l’est aussi. Mais ils insufflent aux pas de danse, l’humour, la dérision, l’irrévérence avec intelligence et subtilité.

Les Ballets du Trockadéro osent reprendre les grands classiques et leur apportent leur touche personnelle et amusante que ce soit dans le Lac des Cygnes, La Esmeralda, ou Don Quichotte, en parodiant les grands rôles féminins du ballet. Créés en 1974 à New York, la Compagnie joue depuis à guichets fermés dans le monde. Plus de 500 villes et plus de 30 pays les ont déjà accueillis avec toujours le même succès.

Ils avaient posé leurs chaussons sur la scène du Théâtre de Maisonneuve en 2015, ils reviennent pour deux soirs en février. Travestissant les codes d’un art très conventionnel, il lui rende aussi un hommage touchant. Sur des pointes, amplifiant le maniérisme, jouant sur les costumes et les maquillages outrageux, les danseurs revisitent le répertoire mais toujours avec un grain de sable qui vient enrayer la prestation. Détournements des rôles et des genres, puisque les ballerines deviennent des porteurs dans les pas-de-deux, ou encore par des impairs qui détruisent des enchainements, le rire n’est jamais loin dans cette performance spectaculaire.

Les Ballets du Trockadero reviennent avec un tout nouveau spectacle tout aussi amusant. La clef de leur succès, tous les danseurs sont, avant tout, des professionnels chevronnés du ballet classique, et aux prouesses techniques auxquelles on s’attend, ils ajoutent la touche ludique qui rejoint tous les publics, les aficionados comme les néophytes.  
 

LES BALLETS DU TROKADERO DE MONTE CARLO
les 18 et 19 février au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

ACHETER VOS BILLETS






 

  Envoyer cet article

Trockadero

Les 18 et 19 février 2017

Les Ballets du Trockadero à voir en février

Les Ballets du Trockadéro osent reprendre les grands classiques et leur apportent leur touche person (...)

Publié le 20 décembre 2016

par Denis-Daniel Boullé